Justice

Garder la mémoire

Aafifoudine Aboudou

Témoignages.re / 9 août 2010

La mort tragique, dans des circonstances encore obscures d’Aafifoudine Aboudou avait ému de nombreux citoyens. Trois mois après le drame, ils tiennent bon, et multiplient les manifestations pour garder la mémoire du jeune homme.

À l’appel de l’Association vérité et justice pour Aafifoudine Aboudou (AVJA) plus de 250 personnes venues de toute l’île se sont retrouvées hier matin à la salle Far-Far du Port. Un Madjilise (rassemblement) placé sous le signe du recueillement et de la spiritualité, à la mémoire du jeune homme dont le corps sans vie a été retrouvé le 2 mai dernier, à la suite d’une épreuve sportive comptant pour le baccalauréat.
Un jeune homme responsable, impliqué, exemplaire : telle est l’image que continue de renvoyer le jeune homme après sa disparition. Élève studieux, sportif accompli, Aafifoudine était pieux. « Aafifoudine était très présent dans les activités de la madrasa L’Fallah du Port », nous rapporte Rachid Atoumani, représentant de la famille du défunt lors de cette cérémonie. « Il participait à tout, cantiques, apprentissage du Coran et de l’Arabe… il s’occupait régulièrement de la formation des jeunes gens », ajoute-t-il. Malgré son jeune âge, il était l’un des piliers de ces activités. Il était très apprécié de Maître Hachim, responsable des enseignements. À l’approche du Ramadan, la mosquée Chaffite de la cité portuaire, fréquentée par Aafifoudine a elle aussi participé à la manifestation. Une manière de rendre un hommage plus appuyé encore, à la mémoire du lycéen trop tôt arraché aux siens.

Geoffroy Géraud-Legros


« Toujours rien »

« Toujours rien »… l’exaspération est perceptible chez de nombreux jeunes, qui attendent encore et toujours la vérité sur les circonstances du décès de leur ami. « On n’a pas vraiment l’impression que les enquêteurs cherchent à explorer les zones d’ombre. On ne comprend pas le silence, et tout cela ressemble vraiment à du désintérêt ».