Collectivités

Claude Hoarau droit dans ses bottes

Saint-Louis

Témoignages.re / 28 novembre 2012

Suite au « gonflement médiatique » de ces derniers jours relatif aux considérations budgétaires, Claude Hoarau, maire de Saint-Louis, a donné hier une conférence de presse en mairie.

JPEG - 37.3 ko

Face à la presse, Claude Hoarau a tenu à dissiper « certaines contre-vérités, qui atteignent au mensonge ». D’une part, les impôts n’ont pas augmenté l’an dernier, et « n’augmenteront pas l’an prochain », affirme le maire de Saint-Louis. En référence au défilé de quelques dizaines de personnes dans les rues de Saint-Louis samedi dernier, il signale que « c ertains ont compris qu’augmentation ou non, la question des impôts est un levier politique  ». D’autre part, « le déficit ne s’est pas accru, comme on l’a raconté partout ». Il s’est « a u contraire résorbé, mais se résorbe moins vite que ne le demande la Chambre régionale des comptes, c’est tout. J’aimerais bien que l’on m’explique comment on peut dire qu’un déficit qui est passé de 21 millions à 1 million en trois ans s’est creusé » .

Fin des pressions sur les personnels communaux

Pour bien se faire entendre, Claude Hoarau s’est lancé dans une explication précise et pédagogique de l’origine des difficultés budgétaires. Il s’est plus particulièrement attaché à rappeler l’importance de la titularisation des fonctionnaires, processus qu’il a lancé afin de «  mettre fin aux pressions sur les personnels communaux, qui tremblent à chaque élection  » , et de garantir une retraite décente aux travailleurs communaux.

Jacques Doffenies, DGS de la commune, a expliqué à ce sujet qu’un travailleur communal non-titulaire partait à la retraite avec 600 euros environ, contre 1.200 euros pour un titulaire... «  Que l’on me coupe la tête si l’on veut  », s’est exclamé Claude Hoarau, droit dans ses bottes. « J ’ai fait ce qui est juste, et réparé, aussi, des injustices  ».

Les impôts n’augmenteront pas

Revenant aux difficultés contemporaines rencontrées par la commune, Claude Hoarau a affirmé que l’équilibre serait retrouvé « si nous disposons d’un an de plus. C’est réaliste, eu égard aux efforts qui ont déjà été faits. Et cela ne dérange personne que je sache  », affirme-t-il, rappelant que cette solution avait trouvé un écho auprès du précédent préfet, Michel Lalande. Attaché au retour à l’équilibre, le maire de Saint-Louis a annoncé que les recommandations de la Chambre seraient suivies... à la notable exception de l’augmentation des impôts, pourtant déjà présentée comme une évidence par les médias dominants. « J ’avais déjà agi de la sorte l’année dernière. Mais la presse, qui est prompte aux effets d’annonce, n’avait pas insisté là-dessus  ». «  La Chambre aime augmenter les impôts. Moi, je n’aime pas ça » , a conclu Claude Hoarau, espérant avoir « mis fin aux contre-vérités et aux outrances » . A suivre...

Correspondant