Collectivités

La CINOR investit 28 millions d’euros à Saint-Denis

Pose de la 1ère pierre Centre aquatique intercommunal de Champ-Fleuri

Témoignages.re / 23 mars 2013

Hier, en présence des jeunes de l’école des Lilas, la CINOR et la Ville de Saint-Denis, représentées respectivement par Maurice Gironcel, Président de l’agglomération, et Gilbert Annette, le maire, ont procédé, aux côtés de la Députée Ericka Bareigts, — en présence des élus et partenaires du projet — à la pose de la première pierre du Centre aquatique intercommunal de Champ-Fleuri. Un site unique à La Réunion, qui verra le jour mi-2014, avec la perspective d’un accueil maximal de 1.450 baigneurs. Voici le discours du président de la CINOR, Maurice Gironcel, avec des intertitres de “Témoignages”.

JPEG - 47.6 ko

Maurice Gironcel, Président du CINOR, et Gilbert Annette, le maire de Saint-Denis, ont posé les premières pierre du Centre aquatique hier.

« … C’est pour moi un grand plaisir de procéder aujourd’hui à la pose de la première pierre du Centre aquatique intercommunal de Champ-Fleuri.

Cet événement constitue une occasion idéale de rassembler les habitants du territoire, les représentants d’entreprises et des diverses collectivités autour d’un projet de construction inscrit dans notre plan de mandat et de montrer qu’il répond aux attentes de la population.

La pose de la première pierre de ce centre, réalisé entièrement sur les fonds propres de la CINOR pour un montant de 28 millions d’euros (21 millions pour les travaux et 7 autres pour les futurs équipements) donne le coup d’envoi officiel du chantier dont la livraison est programmée pour juillet 2014.

Bientôt, plus d’une centaine d’intervenants et collaborateurs vont s’activer sur le site et démontrer une nouvelle fois aux yeux de tous la force que peut représenter l’union des compétences.

Le Centre aquatique et de loisirs intercommunal de Champ-Fleuri disposera de 1.235 mètres carrés de plans d’eau, 3.000 mètres carrés de solarium extérieur minéral et engazonné ; un club de bien-être avec sauna, hammam et salle de sports, des jets d’eau.

L’ensemble sera complété par un restaurant panoramique ouvert à tous et par une sandwicherie pour les baigneurs directement accessible depuis les bassins.

Objectifs du programme pluriannuel 2008-2014 atteints

La pose de la première pierre du Centre aquatique confirme qu’en matière de réalisation et de niveau d’avancement des projets de l’ambitieux programme pluriannuel 2008-2014, défini par le Conseil communautaire, nous atteignons nos objectifs.

En 2012, nous avons effectivement utilisé plus de 80% des dépenses d’investissement voté au budget, soit 52 millions d’euros représentant un niveau élevé d’investissement sans commune mesure avec ce que réalisent les autres communautés d’agglomérations de taille équivalente.

Le bilan est aussi satisfaisant dans les domaines de service aux usagers avec la gestion d’un plus grand nombre d’équipements, dans le souci permanent d’amélioration de la qualité du service.

Ce résultat, on le doit à l’excellent partenariat avec l’État, l’Europe, les collectivités et les partenaires financiers.

On le doit également à l’implication permanente et quotidienne des agents et cadres de la CINOR, que je félicite.

2013, une année de concrétisation

2013 sera donc l’année de la concrétisation de nos chantiers d’envergure. Projets qui sont autant de contribution au Développement de notre territoire, au meilleur épanouissement de la population actuelle et à venir.

Parmi ces chantiers porteurs d’espoir, on peut citer l’Ecole de Musique de Beauséjour, les STEP du Grand Prado et des Trois Frères, le Stade en Eaux Vives, les pôles d’échanges et de correspondances de Ruisseau Blanc à la Montagne, de la Route Digue-Butor, et celui de Sainte-Marie, les salles de restauration, rénovées et agrandies, des écoles Les Flamboyants, les Tamarins, les Eglantines de Saint-Denis.

Des projets d’équipements structurants qui non seulement vont répondre aux besoins immédiats de la population et aussi participer à la création de nouveaux emplois, permettant d’atténuer les effets de la crise.

En dépit du contexte de morosité budgétaire ambiante, la CINOR fera face à ses responsabilités en apportant sa contribution non négligeable au soutien économique et social de notre île.

Cela passe par la commande publique, qui concourt à la création d’activités génératrice d’emplois.

Pour la période 2012-2014, ce sont près de 200 millions d’euros que nous dégagerons pour les investissements et les projets. »

JPEG - 43 ko

La fréquentation maximale instantanée de ce site en plein air, situé entre le littoral et les hauteurs du chef-lieu, est de 1.450 baigneurs.

Une bataille à mener : l’emploi

« Nous avons eu le souci d’intégrer dans nos marchés une clause d’insertion qui nous a permis en 2012, sur la base de 51.000 heures à temps complet, d’insérer environ 30 personnes.

La bataille à mener, c’est bien celle de l’emploi. Il faut redonner espoir. Il nous revient de nous mobiliser afin de tracer les voies d’un développement durable, solidaire et humain pour notre pays.

Je renouvelle mes remerciements à nos partenaires pour leur soutien.

Nous allons réussir à faire du Nord un territoire « dynamique, solidaire, soucieux de son environnement et où il fera bon vivre »...

Cela sera possible parce que la CINOR, qui fêtera cette année ses 15 ans, est une collectivité qui va de l’avant et qui travaille hier, comme aujourd’hui, dans un esprit de partenariat et de concertation dans le cadre d’un projet pour tous, partagé par tous. »
Un équipement intégré à l’environnement

« La fréquentation maximale instantanée de ce site en plein air, situé entre le littoral et les hauteurs du chef-lieu, est de 1.450 baigneurs.

Voilà un formidable moyen de valoriser notre territoire.

Les activités nautiques, les jeux d’eau rendront ce nouvel équipement particulièrement attractif pour les amateurs qui verront, je l’espère, la fin des travaux.

Cet équipement fonctionnel s’intégrera parfaitement à l’environnement.

En effet, les exigences techniques ont été prises en compte par le biais d’une protection vis-à-vis des vents dominants afin de garder une température confortable de l’ensemble des bassins ; un meilleur ensoleillement ; une protection acoustique par rapport aux zones d’habitations les plus proches.

De même ont été respectées la ventilation naturelle des espaces traversants et l’ouverture des baies au Nord pour des terrasses ombragées.

Les bassins seront, eux, réchauffés par une chaudière biomasse et épouseront harmonieusement les lignes vallonnées du cœur vert familial, permettant ainsi une réduction de la facture énergétique. »


Kanalreunion.com