Collectivités

La jeunesse réunionnaise appelée à lutter pour « un partage équitable des richesses »

Le Conseil général des Jeunes rend hommage à Stéphane Hessel

Témoignages.re / 28 mars 2013

Voici les derniers documents qui nous ont été transmis concernant les interventions du 15 mars dernier sur le parvis des Droits de l’Homme à Saint-Denis en hommage à Stéphane Hessel. Il s’agit des allocutions prononcées lors de cette cérémonie par deux représentants du Conseil général des Jeunes de La Réunion : Romain Legros, le président, et Guillaume Nehoua, le premier vice-président.
Le texte de ces deux interventions souligne à quel point il est important pour la jeunesse réunionnaise comme pour tous les citoyens du monde de continuer les combats exemplaires menés par Stéphane Hessel tout au long de sa vie. Ce texte est publié avec des intertitres de "Témoignages".

JPEG - 71.3 ko

« Aujourd’hui nous sommes présents pour rendre hommage à un grand homme : Stéphane Hessel.

Ancien déporté, Stéphane Hessel s’est battu tout au long de sa vie pour l’Homme, pour la paix, pour la liberté et pour la dignité de chacun.

Un ardent défenseur des droits de l’Homme

Après la guerre, il a commencé une grande carrière de diplomate auprès des Nations unies.

À la retraite, Stéfane Hessel se battait encore pour ses idées et il est resté un ardent défenseur des droits de l’Homme.

Un modèle pour nous tous

Aujourd’hui nous avons perdu quelqu’un qui a connu les violences de la guerre, un homme qui a été un grand diplomate français, un écrivain reconnu, un homme qui a voué sa vie à l’évolution de la société et des mentalités.

Aujourd’hui, avec la disparition de ce grand homme, c’est un emblème de la France et un modèle pour nous tous, que nous avons perdus.

Un symbole majeur de la résistance

Aujourd’hui nous rendons tous hommage à un homme pour qui notre liberté a été une de ses priorités.

Ayant vécu la guerre, il connut l’atrocité et la misère que le peuple subissait.

Stéphane Hessel fut un symbole majeur de la résistance.

Une citoyenneté collective

Stéphane Hessel fut un des premiers membres de la Fondation "Un monde par tous", créée en 1995 sous l’égide de la Fondation de France.

Cette Fondation promeut les objectifs de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et soutient des projets favorisant le dialogue entre les peuples et les actions de citoyenneté collective.

« La pire des attitudes est l’indifférence »

En 2010, Stéphane Hessel publia son manifeste "Indignez-vous !", dans lequel il encouragea les générations montantes à conserver un pouvoir d’indignation.

« La pire des attitudes est l’indifférence », écrit-il.

Il y dénonce le système économique actuel fondé sur le profit individuel et propose un partage des richesses plus équitable.

Il consacre également une grande partie du livre au conflit israélo-palestinien, prône l’insurrection pacifique et l’espérance.

« L’avenir appartient à la non-violence »

Pour finir, je voudrais citer une partie de son fascicule à la page 19 :

« Je suis convaincu que l’avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes. C’est par cette voie que l’humanité devra franchir cette prochaine étape ».

Ce que nous devons retenir — et là, je m’adresse aux jeunes —, c’est que la violence ne résout rien, qu’il faut savoir écouter pour être entendu et que c’est par la médiation que l’on peut tout arranger ».


Kanalreunion.com