Collectivités

« La lutte contre l’insalubrité et l’habitat précaire a toujours été notre priorité »

Mairie du Port

Témoignages.re / 14 janvier 2011

La Ville du Port dans un communqué réagit à l’article “D’un bidonville à l’autre” en page 19 du “JIR” de mercredi.

« Le “JIR” du mercredi 12 janvier 2011 consacre un article à des familles habitant au n°15 rue de Montpellier au Port. La Municipalité du Port souhaite apporter quelques précisions sur cette situation. Six familles occupent sans titre une parcelle privée sur laquelle elles ont aménagé 7 logements précaires. Le 7 janvier 2009 un 1er arrêté de la Préfecture adressé au propriétaire déclare ces logements insalubres irrémédiables et interdits à l’habitation. En avril 2010 un contrôle effectué par les services de l’État constate que les prescriptions de l’arrêté n’ont pas été respectées et que les 7 familles continuent à vivre dans de très mauvaises conditions sanitaires. Le propriétaire est mis en demeure de respecter les prescriptions et de reloger les familles concernées. Mais le propriétaire décide d’aller en justice et lors du jugement en 1ère instance, confirmé par le jugement en appel, il obtient gain de cause et n’a plus l’obligation de relogement des familles.

La Mairie du Port, si elle n’est pas concernée au 1er chef, cette parcelle appartenant à un propriétaire privé, s’est bien entendu préoccupée par le biais de son CCAS des cas les plus sensibles des occupants de ces logements mais la médiation proposée n’a pas été acceptée.

La Mairie du Port, n’est bien sûr pas insensible à la situation de ces familles. Nos efforts en matière de constructions de logements n’ont jamais cessé. En 1980, plus d’un millier de Portois se sont réfugiés dans les centres d’accueil lors du cyclone Hyacinthe. En 2007 lors du cyclone Gamède, à peine 10 familles ont été hébergées. Sur les 6 RHI qui ont été engagées, 2 sont terminées, 4 RHI sont en cours et concernent 1.500 familles, en outre une RHI multi-sites a démarré en centre-ville. Notre objectif est que les familles modestes deviennent locataires ou propriétaires y compris au cœur de la cité. La lutte contre l’insalubrité et l’habitat précaire a toujours été notre priorité. Dans son édition du 6 décembre 2010 un quotidien de La Réunion montre que Le Port est la Ville de La Réunion qui a de loin le plus fort taux de logements locatifs sociaux en citant les derniers chiffres de la DDE : 55,33%. Dans la continuité de cette politique volontariste le logement reste une de nos principales préoccupations, car 2.500 demandes sont en attente.

Si la Municipalité du Port a toujours fait face à ses responsabilités en matière d’habitat, il n’en reste pas moins que la politique du logement est de la compétence de l’État. Comme l’écrit le président du CRAN dans un courrier adressé à la Ville du Port en décembre 2010, « les problématiques de relogement se trouvent être une cause nationale » ».


Kanalreunion.com