Collectivités

La Rivière toute

Au Conseil municipal de Saint-Louis

YVDE / 4 décembre 2009

La réunion du Conseil municipal de Saint-Louis, qui s’est déroulé le 2 décembre 2009, a été entièrement consacrée à La Rivière. À l’ordre du jour, la délibération du principe de la création de la 25ème commune de l’île et cinq dossiers concernant l’aménagement. L’affichage d’une vraie volonté politique.

« Je crois à la création de la commune de La Rivière, si possible avant la fin de la mandature, en 2012 », a affirmé Claude Hoarau, maire de Saint-Louis, mercredi soir lors de la réunion du Conseil municipal. Il a souhaité conclure avant la fin du mandat (fin 2012). Tout est dit ou presque. Le maire a rappelé que le projet de création de la commune de La Rivière « est une thématique prégnante de l’histoire sociologique et politique de la commune », initiée par trois délibérations (1998, 2004 et 2005). Mais aussi par une consultation des électeurs, le 29 mars 2009, à l’initiative de la présente majorité. Cette consultation « n’a pas valeur décisionnelle, mais c’est une très, très forte indication sur les aspirations de la population », a précisé Claude Hoarau. Il a noté un peu plus loin que « la question de la délimitation des deux nouvelles entités n’est pas encore réglée ». Elle fera l’objet d’une étude. De plus, les populations de Bois de Nèfles Cocos et de La Plaine des Makes devront être consultées. La délibération, votée à l’unanimité, en l’absence de l’opposition, constitue le premier pas dans la procédure réglementaire (voir encadré). Non sans que Jean Piot, 1er adjoint, ait souligné la complexité de la procédure et la nécessité de rectifier les limites cantonales.
Max Bénard a dit sa satisfaction et a appelé « tout le monde à aller dans ce sens, avec solidarité, et à participer à la création de la 25ème commune en dehors de toute polémique. Pas de crainte à avoir, nous devons créer la commune de La Rivière ».
Daniel Bénard, conseiller municipal, a été nommé à la tête d’une commission chargée de préparer le dossier (voir encadré). Le Conseil municipal a ensuite examiné quatre projets structurants d’aménagement à La Rivière, « pour lui donner les moyens de son développement par un projet cohérent, viable et équilibré ». Et tout d’abord de moderniser et de rendre attractif le centre-ville, dans le respect de l’identité riviéroise, en développant une offre d’activités économiques et en construisant des logements, des infrastructures et des équipements. Pour cela, la municipalité souhaite s’appuyer sur une étude existante et lancer des études complémentaires nécessaires.

Des équipements structurants

La seconde affaire concerne le développement de l’Ilet à Furcy, « menacée de disparition », selon Claude Hoarau. Il est proposé d’étudier le désenclavement du village coincé entre la rivière Saint-Etienne et la paroi rocheuse. Le maire propose de réfléchir à une « nouvelle liaison accessible à l’ensemble des véhicules » et de réaliser l’endiguement de la rivière à la hauteur de l’Ilet à Furcy « pour restituer le droit de construire sur les berges ».
Autre perspective soulignée par Max Bénard, l’extraction raisonnée d’agrégats pour faire face à la hausse du fond de la rivière de plusieurs mètres en quelques décennies ; une proposition évoquée dans le cadre de la discussion du nouveau Plan climat qui doit être mis en place en décembre 2010. « Le développement de la politique culturelle et du réseau de lecture publique appelle la création d’une médiathèque : espace de lecture, de contes, de spectacles et d’accès aux technologies d’information et de communication », a expliqué Claude Hoarau. L’implantation de cet équipement pourrait se situer sur un terrain à proximité immédiate de la mairie, du collège Hégésippe Hoarau et de l’église. La construction d’un centre de secours et d’incendie à La Rivière est inscrite au Schéma d’analyse et de couverture des risques. Lequel ne prévoit pas de centre de secours à la Plaine des Makes à cause d’un faible indice de sollicitation. Mais, comme il l’avait déjà dit, avant l’incendie mortel qui a fait trois morts, Claude Hoarau suggère pour l’écart « une solution alternative ». Une recherche est d’ores et déjà engagée pour l’acquisition du foncier nécessaire à La Rivière, « pas trop loin de la route de Cilaos ». « Il pourrait être mis à disposition en 2010 et La Rivière prendra alors rang dans le plan d’aménagement des casernes du SDIS ». Le Conseil municipal a lancé les études nécessaires à la création d’un grand stade au Ruisseau. Ce pôle pourrait permettre la pratique du football, du handball, de basket-ball, du volley-ball et de l’athlétisme. Un terrain de quatre hectares est disponible. Et l’équipement pourrait être réalisé en 2011/2012. Mercredi soir, au Conseil municipal, c’était La Rivière toute !

YVDE 


Une procédure complexe

À partir de la délibération de mercredi soir va se dérouler une procédure complexe qui comprend le franchissement de plusieurs étapes étalées sur deux ou trois années. - Délibération du Conseil municipal pour demander la création de la commune de La Rivière ; - Confirmation par le Conseil municipal de sa demande d’érection de deux communes distinctes, un an après l’adoption de la délibération de principe ; - Organisation d’une enquête prescrite par le représentant de l’État dans l’île ; - Création par le représentant dans le département d’une commission en charge d’une commission syndicale chargée de donner son avis par le Premier ministre ; - Si la modification territoriale porte une atteinte aux limites cantonales, demande d’avis du Département sur le projet de partition et nécessité, par l’intermédiaire du ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités locales, d’un décret du Conseil d’Etat édicté par le Premier ministre ; - Arrêté du représentant de l’Etat pour la création de la commune de La Rivière ; - Dissolution du Conseil municipal et nouvelles élections.


Une commission pour un dossier en “béton”

« Nous ne voulons pas d’une procédure de forme », a noté Claude Hoarau. C’est une des raisons de la création de la commission animée par Daniel Bénard. Ce dernier devra « rassembler autour de lui tous les gens qui se sont investis depuis le premier débat : André Souton, Eric Fontaine, Priorité à La Rivière, etc. et tous ceux qui veulent faire avancer le dossier », a-t-il souhaité. Cette commission, opérationnelle dans deux ou trois semaines, sera composée de représentants de la société civile, d’élus et d’administratifs. Elle aura pour objectif de préparer le dossier qui sera présenté à la commission syndicale créée par le préfet après l’enquête publique et chargée de donner officiellement son avis. Elle devra travailler sur des thèmes aussi différents que la répartition du personnel ou la viabilité financière. Une commission créée volontairement pour être, à chaque échelon de la procédure, prête à convaincre les autorités du bien-fondé et de la faisabilité de la création de la commune de La Rivière.


Kanalreunion.com