Collectivités

Remise de clés aux locataires de la résidence “Cardamome”

Saint-Louis

Témoignages.re / 28 août 2013

Dans le cadre de l’achèvement de l’opération de Résorption de l’Habitat Insalubre de la Chapelle Saint-Louis, le maire de la commune, Claude Hoarau, a remis hier les clés aux neuf dernières familles relogées par la SEMADER dans la résidence “Cardamome”, à la norme RTAA DOM.

JPEG - 57.9 ko
Remise des clés par le maire Claude Hoarau.

Favoriser le développement d’un grand quartier Est du territoire saint-louisien tout en éradiquant les poches de logements insalubres, tel est le principe de base du projet de Résorption de l’Habitat Insalubre initiée en 1996 et mise en œuvre par la SEMADER. Ce projet de RHI est situé dans un quartier historique de Saint-Louis, la Chapelle du Rosaire, étant le plus ancien édifice religieux connu de l’île de la Réunion (construite en 1732).

Le périmètre de l’opération est délimité par la rue Léonus Bénard au Nord, la RN1 et l’avenue du docteur Raymond Vergès au Sud, la rue François de Mahy à l’Ouest, les berges de la rivière Saint-Étienne à l’Est. Le site comprenait en 1997, au démarrage des études pré-opérationnelles, 240 cases individuelles, dont environ 60 insalubres, groupées en plusieurs poches d’habitat ou réparties de manière diffuse sur un périmètre de 12 hectares environ. Le cœur du quartier était alors occupé par les familles de la « cité de transit », sinistrées suite au cyclone Firinga.

L’insalubrité résorbée

L’insalubrité était répartie sur différentes poches du quartier, soit sur des terrains privés souvent en indivision, soit sur le terrain communal, mais elle était aussi “diffuse” avec des cases en mauvais état, disséminées un peu partout sur l’ensemble du secteur. Ont été recensées lors des enquêtes pré-opérationnelles de 2000 : 55 cases insalubres, 13 cases nécessitant une “amélioration lourde” ou reconstruction quasi-totale, 40 cases environ nécessitant une amélioration de l’habitat.

A l’avancement de l’opération, le programme prévisionnel des constructions a été modifié et compte 47 LLTS (dont “Cardamome”), 50 LLS, 48 LES, 1 lot libre, 8 améliorations de l’habitat/cession aux occupants.

Au 31 décembre 2012, le bilan prévisionnel de l’opération s’élève à 8,868 millions d’euros HT financés par les subventions de l’Etat, la participation communale et les recettes des charges foncières. Le FEDER ayant financé l’aménagement de la place de la Chapelle. Aujourd’hui, les objectifs de la RHI sont atteints. L’insalubrité est résorbée, les dernières cases insalubres ont été démolies en 2013.

Le projet de la résidence “Cardamome” se voulait une réponse aux objectifs suivants :

- Introduire des maisons de ville en bande avec un collectif de 4 villas, ?

- Trouver une typologie proche de l’habitat résidentiel environnant pour l’intégrer harmonieusement,

- Limiter l’impact de la hauteur des bâtiments,

 ?- Végétaliser les parcelles,

en adéquation avec la réglementation RTAA DOM (voir encadré)

Pour ce faire, la SEMADER a :

- Organisé un plan masse avec des accès directs aux logements par la rue du Belvédère,

- Attribué aux logements en rez-de-chaussée des jardins privatifs à l’intérieur des îlots,

- Accentué la ventilation naturelle des logements en créant des ouvrants en façade tout en respectant le périmètre fixé par les Monuments historiques,

- Equipé les logements d’Eau chaude solaire ?,

- Retourné la varangue côté rue pour privilégier la façade noble,

 ?- Réduit les vis-à-vis au maximum.

Un cadre de vie qualitatif

Ainsi, tous les logements sont traversants avec une varangue, disposent de brasseurs d’air dans toutes les pièces de vie et sont équipés de l’eau chaude solaire. Les ouvertures principales en façades possèdent des protections solaires. ?Les parkings sont soit individuels, soit collectifs, mais systématiquement intégrés à la parcelle, et tous les logements en RDC possèdent un jardin privatif.
Rappel de la norme RTAA DOM

La réglementation thermique en vigueur dans les Départements d’Outre-mer, dont La Réunion, n’est pas la même que celle applicable en métropole. La RTAA DOM (pour Réglementation Thermique Acoustique Aération) concerne tous les nouveaux bâtiments dont le permis de construire a été déposé depuis le 1er mai 2010. La RTAA DOM limite la consommation énergétique des habitations, oblige la production d’eau chaude sanitaire par énergie solaire à hauteur de 50%, vise à réduire les nuisances sonores (notamment les bruits des transports) et privilégie une aération naturelle (avec entre autres l’imposition de surfaces minimales d’ouverture).

À noter encore l’interdiction des fenêtres de toit afin de limiter la surchauffe du logement. Cette réglementation spécifique a été élaborée pour répondre aux contraintes de notre zone géographique, particulièrement chaude et ensoleillée.


Kanalreunion.com