Collectivités

Un bilan « flou »

Séance plénière du Conseil régional

Témoignages.re / 1er juillet 2011

Au terme de cette première année de mandature de l’équipe de Didier Robert au Conseil régional, l’Alliance estime que le bilan est « flou » et qu’elle s’est appropriée bon nombre de projets de l’ancienne majorité.

Entre autres dossiers, l’examen du bilan d’activités de la Région Réunion pour l’exercice 2010 était à l’ordre du jour de la séance plénière d’hier. Pour l’Alliance, c’est Philippe Jean-Pierre qui s’est chargé de dresser un panorama de l’ensemble « des faiblesses, des contradictions et des stupéfactions » de cette première année de mandature de l’équipe de Didier Robert.
Philippe Jean-Pierre a évoqué l’abandon de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR), du projet “Ravenales”, des panneaux photovoltaïques de la route des Tamarins, également le positionnement très critiqué du développement touristique avec l’île Maurice, le plan “ordinateurs portables” qui pose la question de la « viabilité budgétaire », une continuité territoriale qui « reste théorique », une année 2010 du tourisme au bilan sans « réelle clarté »…
De plus, le conseiller régional de l’opposition a regretté que la nouvelle majorité se soit appropriée une partie des projets de l’ancienne majorité ainsi que le mode de gouvernance, plus proche de la « relation de défiance » que de la confiance.

Concernant le volet culturel de la Région, Aline Murin-Hoarau a fustigé « une politique culturelle alignée sur une ligne budgétaire, une vision comptable et non de développement de la culture, de dépenser pou bat karé », allusion, entre autres, au voyage à Adélaïde, en Australie. Une politique qui, selon la conseillère régionale, se contente d’animations et qui dénigre la langue créole. « 42.300 euros et 4 lignes dans le bilan d’activité » y seraient consacrés.
Elle n’a pas manqué de rappeler que la langue créole est reconnue par l’État et que, dans ce cadre, les déclarations du président de Région sur une radio nationale ainsi que les propos d’une députée (« créole KK ») n’étaient pas acceptables.
Aline Murin-Hoarau a accusé le Conseil régional d’avoir supprimé les publications culturelles sur le maloya, les zarboutan nout kiltir et les archives sur le site internet de la collectivité. Elle a aussi regretté que le Conseil régional n’ait pas répondu à l’appel du Comité de l’Année d’Élie pour la commémoration de cette révolte des esclaves de Saint-Leu. Elle a enfin dénoncé le fait que le 20 Décembre soit « noyé dans une fabrication de mots flous » : « La Région a changé le nom de la fête de la liberté, de la Fête Kaf, en Festival Liberté Métisse ».

Élie Hoarau, conseiller régional et par ailleurs député au Parlement européen, a apporté une information concernant les accords sucriers pour 2014-2020. Le Parlement européen a demandé de reconduire ces accords. Élie Hoarau a interpellé la collectivité pour qu’elle soit présente à toutes les réunions qui vont concerner ce renouvellement.

EP


Kanalreunion.com