Local

10 Nuits sans lumière à La Réunion

Sauvons le Pétrel

Témoignages.re / 12 février 2015

À La Réunion, les pétrels sont des oiseaux endémiques. Au moment de prendre leur envol, les jeunes pétrels sont perturbés par la pollution lumineuse provoquée par l’éclairage public. Le Parc national de La Réunion, la SEOR et le CCEE mettent en place des actions avec leurs partenaires.

Pour la 7e édition des Nuits sans lumière, le Parc national de La Réunion, la SEOR et le CCEE reconduisent l’opération dans le format adopté l’année dernière c’est-à-dire sur 10 nuits (au lieu de 2) durant lesquelles, une réduction des éclairages sera mise en œuvre par les nombreux partenaires, publics et privés, de l’île pour permettre aux jeunes pétrels de prendre leur envol en sécurité et sensibiliser aux effets négatifs de la pollution lumineuse (santé humaine, observation des étoiles, dérèglement des écosystèmes nocturnes et de la ponte des tortues marines, gaspillage d’énergie, ...).
Les partenaires conviés à la réunion de lancement des Nuits sans lumière 2015 : État, Région, Département, communautés de communes, communes, chambres consulaires, entreprises, associations, bailleurs sociaux...
4 thématiques ont été abordées lors de cette réunion préparatoire :
-  un tour de table des projets des partenaires pour les Nuits sans lumière,
-  les enseignements de la formation des partenaires à la pollution lumineuse organisée en novembre dernier,
-  la mise en œuvre de la charte du Parc national dont l’un des axes est la réduction de la pollution lumineuse,
-  la présentation des premières photos de nuit de La Réunion vue du ciel (projet SEOR)

En 2014, l’opération "Nuits sans lumière" s’est étendue sur 10 nuits (au lieu de 2 les années précédentes) durant lesquelles, une réduction des éclairages a été mise en œuvre par de nombreux partenaires publics et privés dans toute l’île pour permettre aux jeunes pétrels de prendre leur envol en toute sécurité et sensibiliser à tous les effets négatifs de la pollution lumineuse (santé humaine, observation des étoiles, dérèglement des écosystèmes nocturnes et de la ponte des tortues marines, gaspillage d’énergie, ...).
Globalement, en plus d’une durée de l’opération étendue à 10 journées, le nombre de structures participantes ne cesse d’augmenter.
Les communes engagées dans des extinctions ont été un peu moins nombreuses cette année du fait de la proximité des élections municipales. Cependant certaines éteignent leurs éclairages publics sur tout le territoire (Salazie), ou le centre ville (Entre-Deux, Sainte- Suzanne). De plus, la majorité d’entre elles, met en place des actions sur le long terme de modifications des éclairages pour des systèmes moins polluants. De nombreuses médiathèques et les bibliothèques municipales ont rejoint l’opération en 2014.
Les partenaires privés, quant à eux, ont répondu présents et ont même accentué leur participation à l’image de la S.A. Aéroport Réunion Roland Garros qui n’a enregistré aucun échouage cette année (diminution des éclairages des parkings publics et des accès du coucher du soleil au départ du dernier avion ; extinction des lumières des parkings avions et de l’enseigne lumineuse de la façade de l’aérogare passagers).
Le coup d’envoi de l’opération a été donné, dans le cadre du Festival du film scientifique, avec la projection du film "Taillevent, le pétrel des montagnes" réalisé par le service DSIUN de l’Université de La Réunion), en collaboration avec le Parc National, la SEOR et le laboratoire Ecomar. Ce film a été un excellent ambassadeur de l’opération, et a été présenté au grand public et aux scolaires.
A cette occasion, l’invité d’honneur du festival, Benoît Reeves, fils du fameux astronome Hubert Reeves, a permis de souligner le lien très fort entre la pollution lumineuse et l’observation des étoiles. Les astronomes ayant été, en métropole, les premiers à alerter sur l’accroissement considérable de la pollution lumineuse en Europe.

942 oiseaux recueillis en 2014

En 2014, 942 jeunes pétrels de Barau ont été récupérés et pris en charge par le réseau de sauvetage animé par la SEOR (bénévoles, postes relais comme les pompiers mais également et surtout la population de l’île).
Suite aux données analysées, il a été constaté que la période critique d’échouage correspondait à la période prévue par la SEOR suite au prévisionnel effectué. En effet, 81 % des oiseaux se sont échoués entre le 17 avril et le 02 mai 2014 correspondant à la période critique d’échouage. Concernant le nombre d’oiseaux signalés, il a été plus conséquent que ce que l’on attendait (650 oiseaux attendus).
Un pic d’échouage a été observé le 24 avril avec 88 oiseaux, période ce situant entre la demi-lune et la nouvelle lune.
Pour le secteur Nord et Est, 131 pétrels de Barau ont été signalés. En ce qui concerne les secteurs Ouest et Sud, 317 et 494 oiseaux respectivement ont été signalés.

822 sauvés

Sur les 942 oiseaux recueillis, 822 ont pu être sauvés et relâchés, soit un taux de 87% contre 120 oiseaux morts suite à des symptômes trop sévères, soit un taux de 13%.
En 2014, 63 oiseaux ont été pris en charge par le Centre de Sauvegarde de la SEOR pendant ces deux mois. Sur ces 63 oiseaux, 35 ont survécu et ont pu être relâchés suite aux soins prodigués, soit un taux de réussite de sauvetage de 56%.
Les collisions, prédations et mazoutage sont des conséquences résultant de la pollution lumineuse qui attire les jeunes pétrels de Barau. Par ailleurs, des cas de mazoutés (2 jeunes qui n’ont pas survécu) et d’oiseaux prédatés (2, l’un par un chat et l’autre par un chien, morts) ont été observés cette année.


Kanalreunion.com