Local

84 % des Réunionnais sont nés à La Réunion

Etude sur les lieux de naissance

Témoignages.re / 7 septembre 2016

La Réunion, de par son isolement géographique, compte une forte part de natifs de l’île parmi sa population : 84 % au 1 janvier 2013. Les personnes nées en France représentent 11 % de la population, bien plus que les natifs des pays de notre région. C’est ce qu’indique une étude de l’INSEE publiée aujourd’hui.

JPEG - 78.4 ko

C’est un peu moins qu’en Martinique (85 %) et plus que dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (82 %). Les « Réunionnais d’adoption » sont cependant nombreux, en particulier les natifs de France (11 % de la population), avec une prédominance des natifs d’île-de-France et d’Auvergne- Rhône-Alpes. Une faible part de la population réunionnaise (4 %) est née à l’étranger, en majorité dans un des pays de l’océan Indien. Les natifs de Mayotte sont peu représentés (0,7 %).

Au 1er janvier 2013, 835 103 personnes vivent à La Réunion. Parmi les Réunionnais, 698 800 sont natifs de l’île, soit 84 % de la population totale L’isolement géographique de l’île contribue certainement à cette part élevée de natifs parmi les Réunionnais. La part des natifs est également importante en Martinique (85 %) ou en Guadeloupe (81 %). À l’inverse, elle est faible en Guyane et à Mayotte.

Taux supérieur aux régions de France

En France, les natifs de la région Nord-Pas-de-Calais- Picardie (82 %), Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (78 %) et de Normandie (75%) sont très présents dans leur région d’origine. À l’inverse, les régions méridionales, plus attractives, comptent moins de natifs parmi leur population. Les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (53 %), Corse (56 %) et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (57%) bénéficient ainsi d’un héliotropisme certain. Cette part de natifs est également peu élevée en île-de-France (56 %) et dans le Centre-Val de Loire (59 %) en raison de l’attractivité économique de la capitale.

Les natifs de métropole représentent 11 % de la population

Les natifs de France, avec 92 800 individus, représentent 11 % de la population réunionnaise en 2013. Ils sont le plus souvent nés en île-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Aussi, 35 100 « Réunionnais d’adoption » sont nés à l’étranger, soit 4 % de la population totale. Un peu moins des trois quarts sont nés dans des pays de l’océan Indien (25 100 individus), le plus souvent à Madagascar (17 200), à Maurice (5 100) et aux Comores (2 800).

Faible proportion de l’immigration régionale

Les natifs de Mayotte, 6 260 individus, représentent 0,7 % de la population de La Réunion. Par ailleurs, peu de Réunionnais (0,3%) sont nés aux Antilles-Guyane ou dans les COM (collectivités d’outre-mer).

La population des communes des Hauts et les communes plus rurales est essentiellement composée de natifs de l’île, à l’image de Cilaos et Salazie (95 % de natifs), de Sainte-Rose (94 %) ou de Saint-Philippe (92 %). Les communes de l’Est, de Bras-Panon à Sainte-Suzanne, sont également « réunionnaises » à près de 90 %. La carte se modifie en quittant la région Est et le Sud sauvage. Les communes « résidentielles » de l’Ouest et du Sud accueillent plus de natifs de métropole : Les Avirons et L’Étang-Salé (19 % de la population de la commune), La Possession (16 %) et Saint-Leu (15 %). Les « Métropolitains » sont également plus présents dans les grandes communes, à Saint-Paul (15 %), Saint-Pierre (14 %) et à Saint-Denis (13 %).

À Saint-Denis et au Port résident plus de natifs de l’étranger (9 %). Les natifs de Mayotte vivent plus souvent à Saint-André, au Port et à Saint- Louis (2,2 % à 1,4 % de la population).

Source INSEE


Kanalreunion.com