Local

Ecocité insulaire et tropicale : des experts internationaux aux côtés du TCO

Territoire de la côte Ouest

Témoignages.re / 16 février 2013

En 2009, le cœur de l’agglomération du territoire de la côte ouest (Le Port, le centre historique de Saint-Paul et une partie de La Possession) a été labélisé « Ecocité insulaire et tropicale » par l’Etat. L’Ecocité fait actuellement l’objet d’un concours de maîtrise d’œuvre urbaine, quatre urbanistes vont proposer leur vision de la ville tropicale et insulaire innovante.

JPEG - 56.4 ko

Le Port et une partie de La Possession font notamment partie de l’Ecocité.

L’association internationale du développement urbain (INTA) a rassemblé un panel d’experts internationaux de haut niveau pour accompagner le TCO dans la mise en œuvre de l’Ecocité insulaire et tropicale. L’INTA intervient également sur un autre grand projet : le Plan Intercommunal de Lutte contre l’habitat Indigne (PILHI) qui concerne les cinq communes du territoire.
L’INTA connait déjà le contexte réunionnais puisque c’est la sixième fois qu’elle organise un panel pour ses membres à La Réunion.
Lors d’ateliers de travail avec les élus du TCO, l’INTA a fait une série de recommandations :

- Concevoir l’Ecocité comme un projet de développement territorial à la fois urbain, humain, social et culturel qui a une vocation sur l’ensemble du territoire du TCO.
- Faire de l’Ecocité une référence à l’échelle de l’océan indien en terme de durabilité, d’innovation insulaire et tropicale.

- Concevoir une Ecocité utile à l’ensemble des habitants de la cote ouest, y compris ceux de Saint-Leu et de Trois-Bassins. Plus largement concevoir une Ecocité utile à l’ensemble des réunionnais.

- Définir les projets indispensables à la création d’une ville moderne, intense, connectée, accessible en transport en commun et proposant l’ensemble des services et des commerces dont auront besoin ses habitants et ses usagers.

- Penser l’Ecocité en termes d’activités, de création d’emplois, de support au grand port maritime et de tourisme y compris comme un prolongement du littoral touristique de Saint-Paul, Saint-Leu et Trois-Bassins.

- Identifier les sujets prioritaires sur lesquels devra plancher l’urbaniste dès sa désignation à la fin du premier semestre quand il devra mettre en œuvre avec les partenaires du projet la ville insulaire et tropicale de demain.

- Faire participer l’Ecocité à la résorption de l’insalubrité dans l’Ouest par une politique innovante d’habitat et de construction de logements abordables et de qualité.

Les experts

Roy Adams, urbaniste sociologue et aménageur, a conseillé le gouvernement d’Irlande du Nord dans la politique de rénovation urbaine et sociale, dans la médiation avec les habitants de communautés violemment opposées, il est spécialiste de l’économie sociale et solidaire et a dirigé la plus grosse agence d’architecture et d’ingénierie territoriale du Royaume-Uni.

Maurice Charrier, membre du Conseil National des Villes, vice président du Grand Lyon chargé de la politique de la ville, du renouvellement urbain et de la cohésion sociale, ancien maire de Vaulx-en-Velin, animateur de la communauté de compétences habitat de l’INTA.

Pascale Lacroix est spécialiste des interactions culture, image et développement. Elle a reçu son Doctorat de l’Université de la Sorbonne à Paris où elle a étudié l’art comparatif et la littérature. Elle a une forte expertise en stratégie artistique et dans la conception de projets artistiques et culturels. Une partie clé de son approche est la liaison et la consultation avec des élus ainsi que des groupes d’intérêt et des habitants locaux.

Helle Juul, Copenhague (Danemark) est diplômée de l’École d’architecture d’Aarhus. Elle est responsable du programme "campus du futur - du village académique à l’hub universitaire ". Depuis 2006, elle est membre du Parlement culturel européen. Helle Juul a siégé au jury pour plusieurs concours internationaux d’architecture : Europan 2010 Danemark, membre du jury du prix Kaspar Salin en Suède en 2011, membre du jury Europan 2011 Finland, du jury du Royal Institute of Technology (Stockholm), à l’Université de Lund et à l’Ecole d’Architecture de Aarhus.

Henk Bouwman, Rotterdam (Pays-Bas), architecte et urbaniste. Henk Bouwman a mis au point des méthodes d’adaptation au milieu urbain et dans la planification des besoins de la nouvelle économie du savoir. Il a participé à la conception de la nouvelle gare centrale d’Utrecht depuis 2000, avec un budget d’investissement de 3 milliards d’euros.

John Worthington, président de l’Académie d’Urbanisme, Londres, (Royaume Uni), co-fondateur de DEGW, société internationale de briefing stratégique et consultants de design, membre du conseil l’Académie d’Urbanisme et président du comité consultatif d’Urbanisme de la ville de Dublin.

Branca Neves, Lisbonne (Portugal) architecte. Branca Neves a été directeur de projet pour AMBELIS, la société de développement et de modernisation de Lisbonne. Elle est conseillère technique au cabinet du Maire de Lisbonne, en charge des politiques de résorption des bidonvilles, puis de la rénovation urbaine des quartiers populaires et aujourd’hui de la politique de mobilité. Elle travaille également avec les autorités politiques de l’Ile de Madère sur les projets d’habitat social.

Michel Sudarskis, politologue et économiste, secrétaire général de l’INTA
Christine Lor, maîtrise d’ouvrage publique, jury d’architecture.

Iain Whyte, interprète spécialisé urbanisme.


Kanalreunion.com