Local

Grippe A : Comportement alarmiste ou attitude raisonnable ?

Extension de l’épidémie

Témoignages.re / 17 août 2009

Dans un communiqué diffusé hier sous la signature de son Vice-président, Jean Odel Oumana, la FCPE-Réunion fait part de ses inquiétudes à la veille de la rentrée.

Compte tenu de la vitesse à laquelle se propage le virus A (H1N1), on peut s’attendre à un classement de la France en situation 6 (= pandémie) par l’Organisation Mondiale de la Santé. Un classement qui déclenchera des mesures de fermetures d’établissements recevant du public, notamment des établissements d’enseignements, les endroits de très haute promiscuité (salles de spectacles, rassemblements, réunions, transports scolaires...) pour éviter au virus de se propager. A ce jour, la France, y compris DOM-TOM, approcherait 1.200 cas. Rappelons que le virus a été identifié en métropole chez une jeune fille de 14 ans qui présentait une surinfection pulmonaire bactérienne qui depuis décédée en juillet sans pour autant qu’il y est une cause à effet.

Selon les spécialistes de la santé, le Président de l’Institut des Etudes Epidémiologiques et Prophylactiques et le Directeur de l’Institut de Maladies Infectieuses, deux cas de figures s’imposent, soit le virus mute, il devient virulent, ou bien sa contagiosité infecte beaucoup de personnes. Dans les deux cas, la situation devient chaotique car le pic de l’épidémie (prévu 12 semaines) est une évidence. Ce qui entraînerait une saturation des hôpitaux par la population de patients et une mortalité plus importante de la population. Virulent ou pas, tous les rouages de la société vont s’enrayer pendant un certain temps en cas de pandémie au vue de l’étendue géographique de la maladie.

La FCPE constate que le ministre de l’Education nationale, en fixant un plan d’action allant de l’information aux parents à des programmes radiotélévisés, suivi des cours par Internet, cours à distance par le CNED et des fermetures d’écoles au cas par cas sous l’autorité décisionnelle du préfet, en concertation avec les autorités de l’Education et les directeurs des établissements, montre bien l’importance de cette épidémie et l’inquiétude des autorités. Et en cas de pandémie totale, il envisage de fermer toutes les écoles.
Au vu du développement de l’épidémie et des recommandations des autorités sanitaires et plus particulièrement de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé), la FCPE demande à tous les élèves de respecter scrupuleusement les consignes relatives à l’hygiène et la sécurité dans les enceintes scolaires afin d’éviter la propagation vertigineuse du virus, à savoir :

- Se laver les mains plusieurs fois par jour avec du savon ou une solution hydro-alcoolique,

- Utiliser un mouchoir en papier pour tousser ou éternuer et le jeter dans une poubelle puis se laver les mains.

La FCPE demande aux parents d’élèves de veiller à ce que leurs enfants respectent aussi ces consignes dans leur environnement familial, et en cas de symptômes grippaux constatés, d’appeler son médecin traitant.

La FCPE s’inquiète de la multiplication possible de l’absentéisme des élèves et des enseignants, et souhaite que des moyens suffisants soient déployés pour assurer une continuité du service public scolaire en tenant compte des élèves en très grande difficulté depuis la fin de la grande section de maternelle au lycée en cas de fermeture prolongée.


Kanalreunion.com