Local

Interdiction de surfer sous drapeau rouge

Après la quatrième attaque de requin depuis neuf mois

Témoignages.re / 20 septembre 2011

Suite à la nouvelle attaque mortelle de requin hier au large de la plage de Boucan Canot, le préfet et la députée-maire de Saint-Paul ont décidé d’une série de mesures pour empêcher de nouveaux drames

Hier, peu après 15h, un surfeur a été victime d’une attaque de requin au large de la plage de Boucan Canot, malgré l’alerte et les moyens de secours envoyés sur la zone de l’accident, le corps de la victime n’avait pas été retrouvé hier soir. La victime était un surfeur expérimenté de 31 ans. La baignade était interdite en raison de la forte turbidité de l’eau liée aux conditions climatiques. Il s’agit de la quatrième attaque depuis le début de l’année sur les côtes de La Réunion, la deuxième mortelle.
Quelques heures après ce drame, une réunion s’est tenue à la Préfecture en présence de la députée-maire Huguette Bello et du préfet Michel Lalande. Voici ce qui a été convenu, selon un communiqué de la Préfecture :
« Sans attendre la conclusion des travaux des ateliers mis en place après la table ronde organisée conjointement par l’État et la commune de Saint-Paul le 25 juillet dernier, cette nouvelle attaque mortelle exige que des mesures immédiates soient prises pour prévenir de nouveaux drames.
Les deux mesures suivantes ont été décidées :

- Le préfet interdira par arrêté la pratique des activités nautiques de pleine eau (surf, body-board, kite-surf, plongée sous-marine…) dans la bande des 300 mètres dès lors que, sur décision d’un maire, la flamme rouge est hissée. Cette mesure s’appliquera à l’ensemble des communes de l’île à compter de mardi 20 septembre.

- Le préfet a demandé au directeur de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL) de lui proposer sous 3 jours le prélèvement de requins appartenant aux espèces dangereuses et non protégées (requin-tigre, bouledogue et mako) ».


Vous avez dit : « criminelle » ?

Tout le monde a été consterné hier d’apprendre une énième attaque de requin et la deuxième mortelle pour cette année. Ce fait tragique nous rappelle à quel point les milieux tels que les océans, la montagne, la forêt, sont réputés dangereux pour l’Homme. Devant ce drame la député-maire Huguette Bello s’est déplacée à Saint-Gilles. Elle a dû affronter un groupe d’individus qui l’ont insultée ! Cela est incompréhensible et inacceptable. Chacun peut comprendre la douleur et la colère des usagers de sports de glisse ; les côtes réunionnaises ne sont pas propices à la pratique sereine de leur sport. Pour autant qu’est ce qui permet à un individu d’accuser un maire, un élu quelconque, d’être responsable de la mort d’une personne qui est partie de son plein gré dans un milieu réputé dangereux ? La forte houle était-elle étrangère aux difficultés de sauvetage ?


Kanalreunion.com