Local

« Je n’ai pas vu un seul requin »

Didier Déran est arrivé à Boucan Canot

Témoignages.re / 20 août 2012

Didier Dérand est arrivé à Boucan Canot au bout d’une heure et quelques minutes. L’homme avait pris le départ, ce dimanche 19 août 2012 vers 10 heures 30, à la nage de la plage des Roches Noires. Son objectif : prouver qu’en respectant les règles de sécurité, il n’y a pas de danger à nager avec les requins. « Comme prévu, je n’ai vu aucun squale, ni même de poisson », a-t-il déclaré, un peu frigorifié, à son arrivée. Selon lui, « tout s’est bien passé ».

C’est aux alentours de 11 heures 45 que Didier Dérand a fait son arrivée sur la plage de Boucan Canot, soit une heure à peine après son départ à la nage des Roches Noires. À son arrivée, s’il a annoncé « ne pas avoir vu de requin », le délégué régional de la Fondation Brigitte Bardot a juste indiqué « avoir ressenti un peu de froid ».

Son action destinée à montrer qu’on peut nager en toute sécurité avec les requins ne fait pourtant pas l’unanimité auprès des maîtres-nageurs sauveteurs (MNS). « Je condamne totalement ce genre d’initiative. J’invite la population à la plus grande prudence tant que les résultats des enquêtes scientifiques ne seront pas connues », a souligné Eric Pesnel, responsables des services des plages à la commune de Saint-Paul, présent à l’arrivée du quinquagénaire. Ce dernier a ainsi demandé à la population de « respecter strictement les consignes de sécurité et de se baigner uniquement dans les zones surveillées par des maîtres nageurs et les vigies requins ».

Eric Pesnel a, par ailleurs, indiqué, qu’en cas d’accident, les MNS interviendront pour secourir Didier Dérand. « D’abord, parce que dans le cas contraire, la non assistance à une personne en danger et ensuite parce que notre vocation est de sauver des personnes en difficultés », a-t-il souligné, avant d’ajouter : « depuis 2011, on vit une situation inédite. Il y a encore eu un mort il y a quelques semaines ».

« De ma vie, je n’ai jamais fait appel a un maître nageur sauveteur. Je prends mes responsabilités. La seule chose que j’ai voulu démontrer est que la mer n’est pas un danger public. Si on se connait soi-même, si on connait ses limites, on ne met pas en danger la vie d’autrui. À partir de là, les MNS pensent ce qu’ils veulent. Je n’en ai rien à faire », s’est, pour sa part, défendu Didier Dérand. Il a confié également qu’"il ne s’attendait pas à l’intervention de Aymeric Béviere", ex-champion de longboard, dirigeant d’une école de surf, et membre de l’école française de surf, avant son départ de Roches Noires. « Ce dernier lui avait reproché de "nager avec toute une escorte". Je ne force personne à partager mes idées », a insisté le quinquagénaire.

Pour rappel, vers 10 heures 30, Didier Dérand, avait entamé son périple de plus de quatre kilomètres de la plage des Roches Noires sous le regard amusé des badauds. Le délégué régional de la Fondation Brigitte Bardot prévoit également trois autres traversées en mer à la nage, à savoir à Trois Bassins, à Saint-Leu puis à Étang Salé.

www.ipreunion.com


Kanalreunion.com