Local

La Réunion patrimoine mondial

Témoignages.re / 4 août 2010

Nous publions aujourd’hui d’autres réactions suite au classement des pitons, cirques et remparts de La Réunion au patrimoine mondial par l’UNESCO.

• Eric Fruteau, maire et conseiller général de Saint-André

« Une grande responsabilité » pour les Réunionnais

« C’est avec fierté, émotion et responsabilité que je me réjouis de l’inscription des pitons, cirques et remparts de La Réunion au Patrimoine mondial. Après le classement, le 1er octobre dernier du Maloya au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, c’est une nouvelle reconnaissance de la richesse de notre pays.

Et je me souviens de nos anciens, de nos “zarboutan” qui, contre vents et marées, n’avaient de cesse de valoriser notre île et ses trésors. Leurs certitudes, leurs espoirs convergent aujourd’hui avec le travail scientifique et technique de l’équipe du Parc national. Une communauté de pensées qui a fait gagner La Réunion. Je les félicite.

Par ailleurs, Saint-André est très concernée par cette décision, car l’Espace Naturel Sensible de Dioré prend sa source sur les hauteurs verdoyantes de notre commune. La faune, la flore et la géographie des Hauts de notre île, lieux d’exception par leur histoire et leur beauté, deviennent donc un bien commun à l’ensemble des habitants de notre planète. C’est pour nous, Réunionnais, une grande responsabilité.

Et en tant que conseiller général en charge de l’Environnement, je mesure l’ampleur de nos futurs engagements pour accompagner par des réalisations concrètes la plus-value économique, touristique d’un tel événement. »

• Clémence Lemagnen, présidente de l’association Fruits de la Passion

Une magnifique étape pour La Réunion

« C’est une magnifique étape que La Réunion et les Réunionnais viennent de franchir et il nous faut remercier tous ceux qui ont œuvré pendant des années à cette inscription.

Ces derniers mois, de nombreuses nouvelles espèces botaniques et faunistiques ont été découvertes par des bénévoles passionnés, et beaucoup restent encore à découvrir.

Ce classement tombe pendant l’Année mondiale de la Biodiversité, ce qui démontre bien la nécessité de protéger et de valoriser des sites dont on ne connaît pas encore entièrement l’inventaire. »


Kanalreunion.com