Local

Suicide d’un agent

France Télécom

Jean Fabrice Nativel / 13 août 2009

Nouveau suicide à France Télécom ?

Dans la nuit de lundi à mardi de cette semaine, « Nicolas G., 28 ans, célibataire et sans enfant » s’est suicidé. Cet agent de l’entreprise France Télécom « avait récemment été nommé sur un poste qu’il a ressenti comme très disqualifiant », a expliqué Jacques Trimaille, délégué Sud PTT. L’agent avait dû être hospitalisé et était suivi depuis. « Depuis février 2008, c’est le 20ème suicide enregistré à France Télécom par l’Observatoire du stress et de la mobilité forcée » créé par les syndicats Sud PTT et CFE-CGC, a indiqué à l’AFP Patrick Ackermann, délégué central de la fédération SUD PTT.

Pas un phénomène nouveau

« Les cas de suicide liés au travail ne sont pas un phénomène nouveau. Des cas de suicides sur les lieux du travail ont commencé à être rapportés par les médecins du travail vers la fin des années 1990. Ce phénomène est apparu dans un contexte où les indicateurs de stress au travail se détérioraient : en 2000, 29% des salariés européens interrogés déclaraient ainsi des problèmes de santé liés au stress au travail. Pour autant, il n’y a pas de données nationales permettant de suivre l’évolution du nombre des suicides sur le lieu du travail et a fortiori liés au travail. Seule une étude menée en 2003 en Basse-Normandie apporte un éclairage à l’échelon régional : 55 médecins du travail, sur 190 ayant participé à l’enquête, ont signalé, de 1997 à 2001, 107 cas de suicides ou tentatives de suicide qu’ils estimaient liés au travail, dont 43 ayant entraîné un décès et 16 un handicap grave ». Lire le dossier complet sur www.inrs.fr.
Parler de son travail avec un spécialiste de l’accompagnement de la personne — psychologue par exemple — peut, avec le temps, amener l’employé à voir la vie en entreprise d’une autre façon. Mais cela est facile à dire. Cependant, allons réfléchir pour faire barrage au suicide !

Jean-Fabrice Nativel


Kanalreunion.com