Local

Tragique disparition de Kellian

Communiqué de la ville du Port

Témoignages.re / 7 janvier 2014

Suite au décès d’un jeune enfant, la Ville du Port transmet ses condoléances à la familles et aux proches, et répond aux accusations dont elle a fait l’objet par voie de presse.

De la Plaine des galets faite de sable et de galets, la municipalité élue en 1971 a décidé de réaliser un parc boisé de 17 hectares composé d’un arboretum, d’un lac et d’une cascade. Ville privée d’eau, la cité maritime a su créer cet espace en plein cœur de son tissu urbain afin d’offrir à ses habitants un havre de verdure et de fraîcheur.

Cet espace qui accueille le centre social et culturel du Cœur Saignant, la clinique des Orchidées, le collège de l’Oasis et une école, a privilégié le cadre de vie. Aujourd’hui, il est le théâtre d’un drame qui nous concerne tous.

La commune du Port, ses élus, son administration s’associent à la peine de la famille de Kellian. Sans connaître les circonstances précises de cette disparition précoce, on ne peut que ressentir une profonde tristesse de voir un enfant perdre ainsi la vie, alors que le calme se profilait après le cyclone.

L’émotion qu’inspire un tel événement doit amener chacun à s’interroger sur la question de la responsabilité. La collectivité, en tant qu’institution publique de proximité, est facilement incriminée sans que pour autant elle ait fait défaut dans la conception et l’entretien de l’espace public où tout type d’accidents ou d’évènements regrettables peut se produire.

Le Parc boisé n’échappe malheureusement pas à cette règle et devient le coupable par défaut alors que ni l’enquête, ni l’autopsie n’ont encore livré leurs conclusions. Bien sûr, la douleur de la famille est grande, sa colère également face à un tel malheur. Faut-il pour autant que certains journaux se donnent le droit de tirer des conclusions hâtives ?

Malgré la présence de barrières de sécurité autour du lac, d’une signalisation interdisant la baignade, un enfant de cinq ans non accompagné, le lendemain d’un cyclone, se promenait et jouait sans la surveillance d’un adulte dans le Parc boisé. Cela c’est produit dans un contexte où l’ensemble de la population était informée des dangers et des risques, notamment de chutes de branches d’arbres, dans le cadre de la phase de sauvegarde, dés la levée de l’alerte rouge.

Au-delà de ce dramatique événement, la ville mène en collaboration avec le conservatoire national botanique de Mascarin une réflexion sur la réhabilitation et l’animation du parc, à vocation familiale. Afin d’apporter une réponse à la problématique de sécurité du site, un programme a été établi et fait l’objet d’une consultation pour retenir une maîtrise d’œuvre qui aura notamment pour mission de mettre en place l’aménagement et les équipements d’accueil, de gestion et d’animation du site.

Au-delà de ces considérations, rappelons que la sécurité relève de la responsabilité de tous, des institutions comme de chacun.

La municipalité du Port


Kanalreunion.com