Local

Un courant pour l’océan Indien

Sainte-Suzanne - stade en Eaux vives

Témoignages.re / 22 septembre 2012

Le jeudi 20 septembre s’est déroulé un nouvel essai du stade en Eaux vives intercommunal de Sainte-Suzanne en présence du président de la CINOR et maire de Sainte-Suzanne, M. Gironcel, la vice-présidente de la Région Réunion, Mme Couapel-Sauret et plusieurs élus de la commune de Sainte-Suzanne. L’occasion de faire le point sur l’avancée des travaux avant son ouverture prochaine.

Les travaux du stade en Eaux vives de Sainte-Suzanne approchent de leur touche finale. Le gros des travaux a été réalisé et la CINOR s’attelle actuellement à la réalisation des derniers travaux de finition, d’embellissement paysager, d’espaces parking et de signalétique, alors que les essais techniques en eau (à savoir mise en route et essais des pompes une à une et des pompes ensemble, séquences écoulement rivière, mesures des niveaux d’eau, réglage obstacles mobiles ; essais tapis roulant sec, essais tapis roulant en eau, etc.), se poursuivent.

Soutien de la Région et du CNDS

18 mois ont été nécessaires pour la construction de cet équipement de dimension régionale sur le site Bocage. Un choix, pour l’implantation du premier stade en Eaux vives de l’océan Indien, qui ne relève pas du hasard. Le site propose en effet une activité de canoë-kayak développée par la commune de Sainte-Suzanne, la Ligue régionale de Canoë-Kayak et le Niagara canoë-kayak Club.

En 2002, une étude du Conseil régional, effectuée avec le concours du Comité régional, ayant préconisé d’y créer un pôle d’excellence dans le cadre de la création de cet équipement, le ministère des Sports, alors dirigé par Mme Buffet, a donné son aval pour la concrétisation de cette démarche. Et c’est ainsi que l’État s’est joint au montage financier du projet, faisant du futur stade un équipement de dimension nationale, pour un sport qui affiche en outre le label “Discipline olympique” et dont les derniers résultats aux JO de Londres de 2012 ont contribué à populariser encore plus les différentes disciplines, pratiques que l’on pourra tous s’adonner au sein du nouvel équipement.
Maurice Gironcel, actuel président de la CINOR, tient à rappeler qu’il avait « bataillé ferme pour arracher la décision, les villes de Saint-André, du Port, de Saint-Pierre ayant fait acte de candidature ».

Appui de la Fédération Française de Canoë-Kayak

Validé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports comme un pôle d’excellence dans la région océan Indien, appuyé par la Fédération Française de Canoë Kayak (FFCK), via le Comité régional, ce projet d’envergure ne pouvait que sortir de terre.

Le président de la FFCK, M. Hohler, accompagné de son directeur technique national, M. Graille, se sont du reste rendu dans notre île, du 25 février au 2 mars 2010, pour une visite de travail visant à accompagner le lancement d’un projet qui tient particulièrement à cœur la fédération en vue de la promotion de la discipline dans la région.

En parallèle de cette opération, une première phase de travaux d’aménagement du site du Bocage comprenant les voiries de désertes et parking de la zone est cours (livraison prévue en mars 2013).

S’agissant de l’équipement, l’ouverture officielle est prévue pour le début de l’année prochaine. S’insérant au sein du futur pôle touristique du Bocage, cet équipement sportif et de loisirs constituera un site d’envergure unique dans l’océan Indien.

Correspondant

Abracadabra : l’art de la magie avec Antenne Réunion

La construction d’un stade en Eaux vives est une grande première à La Réunion. Aussi mercredi, la CINOR avait organisé ce qui s’apparente à une séance de rattrapage à destination des médias qui n’avaient pu se rendre disponibles pour la première mise en eau de l’ouvrage.

Antenne Réunion faisait partie de ces confrères.

Une équipe est donc venue sur place et a interviewé les représentants des collectivités, en particulier Maurice Gironcel.

Mais dans le journal du soir d’Antenne Réunion, abracadabra… le président de l’intercommunalité avait disparu des écrans… remplacé par l’avant-dernière vice-présidente de la Région déléguée aux 2.000 bus, Mme Couapel-Sauret, qui était présente ce matin-là à Sainte-Suzanne. Un véritable tour de magie lorsque l’on sait que le stade en Eaux vives est une réalisation de la CINOR, portée depuis de nombreuses années par la Mairie de Sainte-Suzanne.

Quelle est donc la raison qui peut expliquer un choix éditorial autant en décalage avec la réalité des faits ?


Kanalreunion.com