Médias

69 journalistes tués en 2015 selon le CPJ

Liberté de la presse

Témoignages.re / 30 décembre 2015

Le surveillant des médias, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), a déclaré mardi que 69 journalistes ont été tués dans le cadre de leur travail en 2015, avec des militants islamiques responsables de 28 ou 40 pour cent.

Dans un communiqué transmis à la PANA à Dakar, au Sénégal, le surveillant de la liberté de la presse a révélé que neuf meurtres ont eu lieu en France, second lieu après la Syrie, le pays le plus meurtrier pour la presse en 2015.

« Les acteurs non étatiques allant de militants islamiques à des gangs criminels sont devenus la menace la plus mortelle pour les journalistes du monde entier, et compte de la grande majorité des meurtres qui ont eu lieu dans l’année qui s’achève », a remarqué le directeur exécutif du CPJ, Joel Simon.

« Inverser cette terrible tendance doit requérir de rendre la justice efficace tout en assurant que les journalistes sur la ligne de front ont l’information et le soutien dont ils ont besoin pour rester en sécurité ».

Selon le CPJ, des groupes comme Al-Qaïda, l’Etat islamique, les talibans et Al-Shabaab ont été responsables de meurtres de journalistes en Syrie, en Irak, au Pakistan, en Somalie, en Turquie et au Yémen, ainsi qu’en France. Au Bangladesh, des extrémistes islamistes ont tué un éditeur et quatre blogueurs.

Le communiqué a révélé que dans le monde entier, plus de deux tiers des journalistes tués en 2015 ont été assassinés en représailles directes à leur travail et au moins 28 des 47 victimes assassinées ont reçu des menaces avant d’être tuées.

Six journalistes ont été assassinés au Brésil, le plus grand nombre que CPJ a documenté depuis qu’il a commencé à tenir des registres détaillés en 1992.

S’enregistrant pour la première fois sur la base de données du CPJ des journalistes tués, ont été le Soudan du Sud, la Pologne et le Ghana.

Le surveillant de la liberté de la presse a également souligné que le tiers des homicides dans le monde entier est venu des mains de groupes criminels, des responsables gouvernementaux, ou des résidents locaux – dans la plupart des cas, les trafiquants de drogue ou les autorités locales soupçonnées d’être impliquées avec le crime organisé.

Le communiqué a déclaré que le rythme le plus commun couvert par les victimes était la politique, suivie de la guerre et des droits humains. Le journaliste de radio a été le travail le plus dangereux avec 25 tués, tandis que 29 victimes ont travaillé en ligne.

La base de données du CPJ des journalistes tués pour leur travail en 2015 inclut des rapports de la capsule sur chaque victime et une analyse statistique.

Pendant ce temps, le gendarme de la liberté de la presse affirme qu’au vu de son recensement de prison annuel le plus récent, « plus de la moitié des 199 journalistes emprisonnés par les gouvernements à travers le monde sont emprisonnés sur des accusations anti-étatiques – montrant comment la presse est pressée par des terroristes d’une part et par les autorités qui prétendent lutter contre le terrorisme de l’autre ».

{{}}


Kanalreunion.com