Médias

Charlie Hebdo : trois minutes de silence sur les radios du Burundi

Condamnation de l’attentat meurtrier

Témoignages.re / 9 janvier 2015

Les différentes radios émettant au Burundi ont observé un arrêt des émissions pendant trois minutes à la mi-journée de jeudi en guise de solidarité avec le peuple français au lendemain d’un attentat terroriste qui a fait 12 tués : un agent d’entretien, deux policiers, plusieurs journalistes et sympathisants de l’hebdomadaire satirique français « Charlie Hebdo ».

L’initiative émanait de l’Association burundaise des radiodiffuseurs (ABR, 15 radios membres) qui a réussi à immobiliser les médias audio affiliés de 12 heures locales (10 h GMT) à 12 heures 3 (10 h 03 GMT) en la mémoire des 10 confrères disparus de "Charlie Hebdo" dans un attentat aux allures terroristes.

Pour le président de l’ABR, Vincent Nkeshimana, « que des journalistes soient fauchés dans l’exercice de leur métier, c’est une honte pour l’humanité toute entière ».

Par ailleurs, « Charlie Hebdo n’est pas un cas isolé », a-t-il poursuivi, rappelant que des actes d’intimidation et de violence physique sont régulièrement dirigés contre des journalistes burundais dans l’exercice de leur métier, quand ils ne sont pas arbitrairement emprisonnés.

Le président de l’ABR a appelé les confrères à mesurer, une fois de plus, le danger qui guette la profession journalistique, tout en les invitant à ne pas céder pour autant aux intimidations et chantage.

Des procès contre des journalistes pour « atteinte à la sécurité intérieure » ou pour « imputations dommageables » se sont faits nombreux, l’année dernière, au Burundi.

L’année 2015 comporte aussi des défis pour les médias burundais qui doivent faire montre de la neutralité et du professionnalisme dans la couverture des élections générales des mois prochains.


Kanalreunion.com