Médias

Claude Hoarau réagit à l’éditorial du "JIR" d’hier

Communiqué du maire de Saint-Louis

Témoignages.re / 12 mars 2013

Suite à la parution dans le “Journal de l’Île” du samedi 9 mars 2013 d’un édito ciblant Claude Hoarau, maire de Saint-Louis, celui-ci a souhaité réagir. Voici son communiqué.

« Par un édito paru dans le “JIR” de samedi, le journaliste faits-diversier Jérôme Talpin s’emploie à m’impliquer dans le jugement rendu à l’encontre de plusieurs jeunes, jugés la semaine dernière responsables d’actes de vandalisme. Ceux-ci ont été commis lors des échauffourées qui ont accompagné la mobilisation des jeunes pour l’emploi, échauffourées dont je serais, selon M. le Procureur et M. Talpin, responsable, en m’étant adressé à certains manifestants.

M. le Procureur est dans son rôle politique ; et on remarquera que le Parquet, si prompt d’habitude à envoyer le petit Créole à la geôle pour pas grand-chose, trouve des excuses aux dégradations lorsqu’il s’agit de Claude Hoarau. Il faut donc bien croire que je dérange encore…

Faut-il que M. Talpin prenne ses lecteurs pour des imbéciles pour tenter de leur faire croire qu’ayant pris en compte les doléances exprimées au cours d’une manifestation pacifique, j’aurais encouragé ceux qui veulent, non pas travailler, mais casser ! Ma position est claire et l’a toujours été : je reçois et j’aide autant que possible ceux qui veulent travailler. Ceux qui veulent casser-briser n’auront ni aide, ni accompagnement, et n’ont rien à attendre de moi. Pour le reste, je ne suis pas surpris par le cocktail de mauvaise foi, de diffamation et de sociologie de café du commerce servi par M. Talpin. 

Car nous savons à qui nous avons affaire : en 2009, dans le sillage des élections, Saint-Louis avait été le théâtre d’une bavure policière, dénoncée même par les médias de l’Hexagone. Des policiers avaient tiré des coups de feu pour ouvrir la porte d’une famille innocente, braquant les habitants d’une petite maison, dont un enfant au berceau… avant de repartir, laissant le mobilier sens dessus dessous, la porte démolie, les murs souillés de poudre et le sol parsemé de douilles. M. le Procureur fut alors bien moins loquace... au contraire de M. Talpin qui, par un édito du même genre que celui de samedi dernier, prit fait et cause… pour les policiers, affirmant que ces derniers « n’apportaient pas de fleurs » pendant leurs visites, que ces violences étaient normales, et, mieux encore : que ceux qui se plaignaient « dissimulaient leurs propres turpitudes » . Défendant l’indéfendable, M. Talpin était alors le porte-parole de la police. Il est aujourd’hui celui de M. le Procureur. Chacun prend le galon qu’il peut ; mais il faudra que l’on m’explique ce que cela a à voir avec du journalisme…

Claude Hoarau  »



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Monsieur Talpin suit comme il l’a toujours fait sa ligne de droite ! qu’importe l’objctivit due son mtier ! pourvu qu’il vienne l’aide des exploiteurs et des destructeurs d’emplois il est toujours le premier en ligne pour dfendre ce qui n’est pas dfendable !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • La fonction de journaliste a evolue. Avant le journaliste nous faisait connaitre des faits. Il y avait des journalistes qui analysaient la politique, l economie, le sport, l ecologie. Ces journalistes nous apportaient connaissance pour comprendre. Comprendre pour que chacune et chacun puisse faire son propre jugement.
    Aujourd hui certes il y encore ces journalistes la mais il y a aussi et de plus en plus des journalistes porte paroles . Ils sont des porte paroles de telle ideologie. Porte paroles de telle mouvance politique. Porte paroles de telle economie. Porte paroles de ces personnes bien intentionnees qui sont des donneurs de lecons. Ces nouveaux journalistes ne sont pas des journalistes independants : ils sont au service de telle ideologie. Ils se comportent comme des donneurs de lecons. Ils se comportent comme des procureurs. Des accusateurs. Ils vous condamment sans vous avoir donne la possibilite de vous exprimer. Pire ils sont capables de travestir les faits pour mieux vous accuser. lE MENSONGE EST DEVENU POUR CERTAINS JOURNALISTES LEUR TERREAU. PIRE ils vont chercher leurs informations aupres des organismes ou associations dont les objectifs sont la haine, le mepris. Voir l article paru dans INFO.REUNION dont le titre est les escrocs de la C.G.T. signe par Boulevard Voltaire / Mouvement qui reclame l interdiction du Coran, qui exige le depart de tous les musulmans, qui exige que seules, seuls doivent vivre en FRANCE celles et ceux qui sont BLANCS et de VRAIES de VRAIS FRANCAIS.A la suite de ma reaction l article a disparu.
    Ils ne sont plus des journalistes , ils sont devenus des commentateurs partiaux, qui ont choisi leur camp. Le camp des dominants.
    Il faut etre conscient que ces journalistes sont les valets des dominants et combattent celles et ceux qui sont aux cotes du PEUPLE qui souffre.
    Ce qui se passe pour Claude HOARAU est la traduction de cette nouvelle forme de journalisme. Donneurs de lecons. Procureurs. Juges.Moralistes.Accusateurs.Detenteurs de la seule verite.La leur .
    Un journalisme que je combats.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com