Médias

Comment exercer son métier de journaliste face à la violence politique ?

Débat mercredi à Saint-Denis

Témoignages.re / 3 novembre 2015

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) et l’association « Solidarité et culture » et Canopé organisent mercredi 4 novembre un débat sur le thème « regards croisés sur le journalisme en République centrafricaine et au Burundi », en présence de trois journalistes de ces pays. Rendez-vous à 19 heures à Canopé (Saint-Denis), à l’ancien CRDP, en bas de la rue Jean-Châtel.

JPEG - 77.2 ko

La récente agression d’un journaliste du Journal de l’île de La Réunion à la Plaine-des-Palmistes rappelle que ce métier est parfois risqué. Il l’est encore plus dans d’autres pays… Canopé (ex-Centre régional de documentation pédagogique), le Syndicat national des journalistes Réunion-Océan indien (SNJ) et l’association « Solidarité et culture » invitent à assister à un débat entre trois journalistes qui travaillent quotidiennement dans un contexte de violence politique. A l’occasion des 7e « Rencontres Savoirs CDI » de l’académie réunionnaise, sont invités :

-  Marciano Romaric Kenzo Chembo, journaliste centrafricain, réfugié politique.
-  Evrard Niyomwungere, journaliste burundais reporter d’images pour l’AFP.
-  Martina Bacigalupo, photo-journaliste italienne, qui travaille pour l’agence Vu au Burundi (sous réserve).

L’échange sera co-animé par Véronique Hummel, journaliste du Journal de l’île de La Réunion, secrétaire du SNJ-Réunion, et Nicolas Bonin, journaliste au Quotidien de La Réunion. Rendez-vous ce mercredi 4 novembre à 19h à Canopé, 16 rue Jean-Chatel à Saint-Denis.

Les invités

Marciano Romaric Kenzo Chembo a longtemps exercé à radio Ndekeluka (une radio centrafricaine financée par la fondation Hirondelle, une ONG suisse). Réfugié politique en France, il rencontre les lycéens à la Réunion dans le cadre de l’opération « Renvoyé spécial », avec le soutien de la « Maison des journalistes » de Paris.

Evrard Niyomwungere est un documentariste et journaliste reporter burundais, lauréat de l’université d’Eté de la FEMIS (Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son) à Paris en 2011.

Martina Bacigalupo, déjà connue à La Réunion, a passé la semaine à accompagner une classe du collège de Cilaos dans le cadre de l’opération « Des clics et des classes » co-organisée par Canopé et l’association « Solidarité et culture ».


Kanalreunion.com