Médias

La censure des informations dans le monde atteint de nouvelles formes de complexité

Selon le Comité pour la protection des journalistes

Témoignages.re / 26 avril 2017

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a révélé mardi dans sa publication annuelle d’évaluation de la liberté de la presse dans le monde, qu’en dépit de l’essor des technologies de l’information, les gouvernements, les acteurs non étatiques et les entreprises utilisent des techniques sophistiquées et complexes de censure d’une grande quantité d’informations.

JPEG - 230.3 ko

L’édition 2017 de la publication’Attacks on the Press’ met en lumière des méthodes singulières de contrôle du flux d’informations en usant de pressions financières sur les journalistes et les médias, d’exploitation de vide juridique pour éviter la divulgation de nouvelles et de la mise en avant des lois sur les droits d’auteur et des règles de publication des médias sociaux pour restreindre la critique.

Sous-titrée ’The New Face of Censorhip’, la publication contient des articles écrits par Christiane Amanpour, Rukmini Callimachi, Jason Leopold , Alan Rusbridger et d’autres journalistes de premier plan. Il comporte aussi un article du Rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, David Kaye, qui traite des lois et des institutions luttant pour protéger la liberté d’expression. Des chapitres sont consacrés à l’environnement des médias dans des pays comme la Chine, l’Egypte, le Mexique, la Corée du Nord, la Russie, la Syrie, la Turquie et les Etats-Unis.

Le Directeur exécutif du CPJ, Joel Simon, a relevé que tandis que nous sommes submergés d’informations, il existe des écarts considérables à travers le monde, ceux-ci augmentent de plus en plus du fait des attaques contre les médias, de nouveaux systèmes gouvernementaux de contrôle de l’information et de la puissance technologique de censurer et de surveiller.

Il a par ailleurs souligné qu’après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’augmentation des fausses nouvelles et l’environnement hostile contre les journalistes suscité par ses propos, avaient soulevé des préoccupations, ajoutant que ces tendances sont plus profondes, persistantes et troublantes à travers le monde.