Médias

La journaliste éthiopienne Reeyot Alemu lauréate

Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2013 à une victime de la répression

Témoignages.re / 4 mai 2013

JPEG - 17.3 ko
Comme Paul Vergès en tant que directeur de "Témoignages", Reeyot Alemu a été condamnée à de la prison ferme parce qu’elle se bat pour la liberté de la presse.

La journaliste éthiopienne Reeyot Alemu, actuellement emprisonnée, est la lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2013. Reeyot Alemu a été recommandée par un jury international indépendant de professionnels des médias en reconnaissance de son « courage exceptionnel, de sa résistance et de son engagement en faveur de la liberté d’expression », précise un communiqué de l’UNESCO.

Le jury a souligné la contribution de Reeyot Alemu à de nombreuses publications indépendantes. Elle traitait des questions politiques et sociales d’une manière critique, s’intéressant aux origines de la pauvreté et à l’égalité entre les sexes. Elle a travaillé pour plusieurs médias indépendants. En 2010, elle a créé sa propre maison d’édition ainsi qu’un magazine mensuel baptisé  Change . Tous les deux ont été fermés. En juin 2011, alors qu’elle tenait une chronique régulière dans  Feteh , un hebdomadaire national, Reeyot Alemu a été arrêtée. Elle purge actuellement une peine de cinq ans dans la prison de Kality.


Kanalreunion.com