Médias

Laura Poitras harcelée par la police des États-Unis

Une journaliste américaine arrêtée 50 fois en 6 ans par la PAF aux États-Unis

Témoignages.re / 14 juillet 2015

La liberté de la presse est un combat quotidien, plus particulièrement aux États-Unis qui pratiquent l’espionnage de masse de sa population et des dirigeants étrangers. Laura Poitras a été arrêtée systématiquement par la police de l’air et des frontières des États-Unis à chaque fois qu’elle rentrait dans son pays. Elle a subi des interrogatoires et son matériel professionnel était perquisitionné. Elle réalise des documentaires sur la face cachée de la guerre contre le terrorisme.

JPEG - 20.8 ko
Laura Poitras. (photo Radius)

Laura Poitras est devenue célèbre en tant que documentariste de Citizenfour, film ayant obtenu un Oscar en 2014. Citizenfour raconte la période qu’elle, et Glenn Greenwald, ont partagé avec Edward Snowden. Edward Snowden avait montré au monde quelles étaient les pratiques utilisées par la NSA pour espionner, y compris des chefs d’État et de gouvernement alliés des États-Unis.

Plainte déposée

Ce qui est moins connu à propos de Laura Poitras est que de 2006 à 2012, elle a été arrêtée à la frontière des États-Unis à chaque fois elle rentrait dans son pays. En tout, elle a été arrêtée plus de 50 fois. Laura Poitras, qui est une citoyenne des États-Unis, n’a jamais reçu une explication satisfaisante pour expliquer pourquoi ces détentions ont eu lieu.

Déçue par cette attitude, et après des années de réflexions, Laura Poitras dit qu’elle travaille maintenant avec des avocats de l’Electronic Frontier Foundation pour obtenir des réponses. Le groupe travaille au dépôt d’une plainte au titre du Freedom of Information Act (FOIA). Le ministère de la Justice des États-Unis et deux autres agences gouvernementales sont la cible des poursuites.

Les États-Unis une démocratie ?

Laura Poitras a dit qu’elle lance cette action pour soutenir des gens moins connus qui étaient soumis aux mêmes années de « harcèlement kafkaïen ».
« Cela ne devrait tout simplement pas être toléré dans une démocratie », a-t-elle dit. « Nous avons le droit de savoir comment ce système fonctionne et pourquoi nous sont ciblés. »

Il semble probable que le traitement réservé à Laura Poitras avait quelque chose à voir avec les films qu’elle avait faits. Avant Citizenfour, elle avait réalisé en 2006 le film My Country. My Country donnait la parole à un médecin irakien qui a protesté contre l’occupation américaine. Laura Poitras a également travaillé en 2010 sur un film à la prison de Guantanamo et sur l’interrogatoire de l’ancien garde du corps d’Oussama ben Laden.

Ordinateur de la journaliste saisi

« Le gouvernement a utilisé son pouvoir de retenir des personnes dans les aéroports, au nom de la sécurité nationale, pour cibler une journaliste dont le travail a porté sur les effets de la guerre américaine contre le terrorisme », a déclaré David Sobel, avocat de l’EFF.

Les arrestations ont cessé après que Laura Poitras les ait dénoncées en 2012.
Au cours de ses détentions, Laura Poitras a été faussement accusée d’avoir un casier judiciaire, qui apparaissait sur une base de données « menace pour la sécurité », et qu’elle était sur dans le fichier des personnes interdites de vol. Son ordinateur portable, appareil photo, téléphone, ont été saisis et leurs contenus copiés.


Kanalreunion.com