Médias

« Le CSA doit donner les moyens aux radios existantes »

Collectif des radios 974

Témoignages.re / 9 février 2011

Le Collectif des radios 974 demande, dans une motion, au Conseil supérieur de l’audiovisuel d’annuler la présélection des fréquences. Une présélection qui sert « certains groupes » et « les futurs clients » du Comité technique radiophonique.

Le Collectif des radios 974 a annoncé hier qu’il reste ouvert au dialogue avec le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) pour une annulation de la présélection des fréquences. Sinon, il fera une demande d’annulation auprès du Tribunal administratif. Les radios sont aussi prêtes à boycotter la “Nuit bleue” qui procède à l’attribution des nouvelles fréquences. Le Collectif des radios 974 représente Kréol FM, First radio, Love FM, Case Info, RSL radio, Velly music, RER, Plus FM, Sky Réunion, Décibel, RJL, Orom et Mega Ouest Communication. « Des radios qui existent depuis 20, voire 30 ans », indique Thierry Araye, patron de Kréol FM. 150.000 auditeurs seraient fidèles à ces radios.
Pour le collectif, le CSA a attribué les fréquences sans connaître le relief de La Réunion, ce qui fait qu’il est parfois techniquement impossible d’émettre dans des zones peu habitées. Thierry Araye se dit prêt à « travailler avec le Comité technique radiophonique (CTR) ici, pour trouver des solutions » et il espère que les radios associatives (réunies lundi dans un autre syndicat) vont obtenir leurs subventions.
Le collectif veut d’abord que le CSA « donne les moyens aux radios existantes », au lieu de les dépouiller de leurs fréquences pour de nouvelles radios. Pour Thierry Araye, les « radios péi » ont du mal à exister. Le CSA leur attribue « une ou deux fréquences dans les cirques » alors ces radios défendent la culture, le maloya. « Pour avoir droit à 8 fréquences, il faut nous franchiser », poursuit-il. « On nous considère comme des médias faibles, indique Fabrice Rivière de RSL Radio. Dans 5 ans, nous devrons passer à la radio numérique. Si le CSA ne nous aide pas maintenant, nous n’avons aucune chance. Nous disparaîtrons ».
Le Collectif des radios 974 se dit « ouvert au dialogue ». Dans une motion au CSA, il évoque l’absence de consolidation et d’extension des radios existantes en tenant compte de l’ancienneté et du rééquilibrage Nord-Sud ; l’appel d’offres dans le but de servir certains groupes et les futurs clients de TDF en leur attribuant des fréquences sur toute l’île ; l’absence de soutien par le CSA des radios touchées par la crise comme KOI ; le manque de pouvoir du CTR.

EP


Kanalreunion.com