Médias

« Les conditions de travail ne sont plus optimales »

Manifestation de soutien aux journalistes agressés

Céline Tabou / 18 septembre 2012

De nombreuses personnes ont participé hier en milieu de journée à une manifestation de soutien aux journalistes agressés samedi lors d’une conférence de presse du député-maire de Saint-Leu.

Plus d’une centaine de journalistes et de soutiens se sont réunis sur l’esplanade des Droits de l’Homme à Champ Fleuri (Saint-Denis) en signe de solidarité envers les journalistes agressés par les militants du maire de Saint-Leu. Les représentants du Syndicat National des Journalistes (SNJ) ont dénoncé les agressions, menaces et pression politique et financière dont subissent les journalistes à La Réunion.
Tous les manifestants présents ont écouté le discours de Véronique Humel, secrétaire régionale du SNJ Réunion qui a dénoncé « les violences faites aux journalistes (…) Les journalistes menacés le matin, molestés l’après-midi et frappés à coups de pied et de poing (…) Cela fait quatre journalistes agressés par l’équipe du même député-maire dans la journée ».
Cette dernière est revenue sur l’agression des journalistes lors de la conférence de presse du maire de Saint-Leu. « Il a organisé une conférence de presse samedi dernier, puis a ensuite appelé à chasser certains journalistes (…) Cette attitude de notre point de vue s’apparente à un guet-apens (…) Un élu de la République qui organise un guet-apens, ses électeurs devraient lui demander des comptes » a-t-elle ajouté.
Lors de ce rassemblement, plusieurs préconisations ont été proposées et validées par l’ensemble des organes de presse présents. Parmi elles, « le journaliste a le droit à une analyse critique, de faire des commentaires, cela doit être revendiqué et non culpabilisé », « On ne citera plus le nom de ce député-maire, même si on continue à informer sur ce qu’il fait ou ne fait pas (…) » ou encore « ne rien laisser passer, il faut informer le SNJ en cas d’entrave ».
Les représentants du SNJ ont également indiqué qu’un courrier sera envoyé au président du Modem, dont le député-maire de Saint-Leu relève et une demande écrite au préfet pour que la sécurité des journalistes soit garantie lors des évènements à Saint-Leu.
« Il ne faut pas se laisser intimider » a réaffirmé Véronique Humel. Une plainte a été déposée par les journalistes agressés et l’affaire pourrait se retrouver devant les juges. La secrétaire générale du SNJ Réunion a salué « la solidarité est réussie aujourd’hui ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com