Médias

Les Réunionnais peuvent lire "Le Monde" en même temps que les Parisiens

Innovation et technologie pour démocratiser l’accès à la presse

Céline Tabou / 1er juin 2010

Grâce à la nouvelle rotative digitale acquise par RotOcéan, cinq titres nationaux, "Le Monde", "Libération", "La Croix", "Le Figaro", et "L’Equipe" seront distribués dans toute l’île. La primeur revient au quotidien "Le Monde", qui a été diffusé hier à Saint Denis dès 17H, ce qui fait que les Réunionnais ont pu même lire "Le Monde" avant les lecteurs situés en France.

“La Réunion, la terre d’innovation et d’excellence » écrit le communiqué de RotOcéan. En effet, pour pouvoir éditer la presse nationale, et bientôt internationale, dans l’île, RotOcéan a investit 3 millions d’euros dans un équipement flambant neuf, fournit par Kodak.

Enthousiasme et Optimisme

Les dirigeants de RotOcéan, dont Jean Pierre Boyer, président-directeur général de Graphica (l’un des actionnaires de RotOcéan, avec le Parti communiste réunionnais, "Témoignages", et des actionnaires privés), s’est dit très optimiste. Ce dernier compte sur la diversité de la population pour pouvoir diffuser le plus grands nombres de titres. Pour l’instant, cinq seront distribués, mais RotOcéan compte éditer des mensuels tels que "Le Monde Diplomatique", des hebdos : "Marianne", "Charlie Hebdo", "Le Courrier International", "Le Canard Enchaîné", ainsi que des quotidiens en langues diverses, comme "El Pais", "Wall Street Journal", "USA Today", ou encore "The Guardian".
L’objectif est d’offir aux lecteurs réunionnais des informations fraîches au quotidien, Marie-Dominique Renaud, directrice de la diffusion internationale du journal "Le Monde" explique que l’important est de proposer aux lecteurs Réunionnais, "Le Monde" « dont le contenu rédactionnel est en tout point identique à celui de l’édition parisienne en même temps qu’à Paris ». Les Réunionnais auront la possibilité de lire le journal au même moment que les lecteurs Parisiens, et avec un jour d’avance sur les habitants des autres régions de France.
Marie-Dominique Renaud a également ajouté que la proposition faite par RotOcéan avait séduit, d’autant plus qu’à l’heure actuelle « nous sommes très dépendant des nouvelles technologies ».

Technologie et Ecologie

Dans le souci de réduire l’impact écologique, "Le Monde" a décidé d’imprimer localement son quotidien afin de « réduire l’empreinte carbone de la distribution grâce à la suppression du transport aérien ». L’objectif explique Marie-Dominique Renaud est « d’améliorer le service », et de respecter l’environnement en utilisant du "papier recyclé, de l’encre non pulluante, et supprimer les transports aériens".
Cela passe également par l’imprimerie digitale, qui en plus d’être « l’avenir de l’imprimerie », est un « système idéal pour réagir efficacement aux médias électroniques et donner un nouvel élan "hyper local" à une presse nationale réputée dans le monde entier pour sa qualité », indique le communiqué de presse de RotOcéan. Cette nouvelle technologie va permettre, « grâce aux transferts de flux à très hauts débits », aux lecteurs de lire la presse nationale le même jour qu’à Paris.

Céline Tabou


Kanalreunion.com