Médias

Manifestations contre la censure sur Internet

Tunisie

Témoignages.re / 4 mai 2010

Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali s’est engagé lundi, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, à protéger "l’information électronique", tandis que la police locale s’est opposée à une manifestation de protestation contre la censure sur Internet.

Dans un message à "la famille de la presse", le président Ben Ali a promis de "veiller à la promotion du dispositif régissant l’information électronique en vue de lui permettre de s’adapter aux évolutions que connaît le monde dans ce domaine".

Selon les autorités tunisiennes, la censure sur Internet ne vise que les sites qui "portent atteinte aux bonnes moeurs (pornographiques) et à caractère terroriste".

Toutefois, les animateurs de media électroniques ne comptent pas baisser les bras, à l’instar du blogueur Ziad Hani qui a été empêché de manifester ce lundi devant le ministère de la Communication pour revendiquer "la liberté de presse et l’égalité devant la loi".

Pourtant, a-t-il déclaré, dès la mi-avril, il avait engagé une démarche auprès du ministère de l’Intérieur pour obtenir l’autorisation d’entreprendre cette "manifestation pacifique prévue par la Constitution du pays".

M. El Hani travaille pour le journal pro-gouvernemental "Assahafa", mais il dirige un syndicat des radios libres et est membre du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT).

Il entretient un blog particulièrement critique des sphères du pouvoir régulièrement censuré et milite sans relâche pour légaliser sa radio électronique.

L’activiste, qui se dit souvent filé par des agents de la police, a indiqué que cette pression policière justifie son intention de porter plainte devant le procureur de la République contre le ministre de l’Intérieur "pour abus de pouvoir".

De son côté, le journal "Al Maoukif" (La Position), organe du parti démocratique progressiste (PDP), principale formation de l’opposition, a convié des professionnels de la presse et des experts à une table- ronde sur la censure sur Internet.

"Nous avons tenu cette table-ronde pour stigmatiser le verrouillage des sites Internet qui prend des proportions alarmantes", a indiqué son rédacteur en chef, Rachid Khéchana.


Kanalreunion.com