Médias

Pas de reportage de Réunion Première sur le plus grand meeting des régionales. Pourquoi ?

Près de 4.000 personnes rassemblées dimanche avec Pour une Réunion nouvelle, rien sur les écrans

Témoignages.re / 24 novembre 2015

Alors que la campagne officielle n’était pas commencée, Réunion Première a choisi de traiter différemment les grands meetings des principales listes en présence. Si ceux de Didier Robert, Bello-Annette et Thierry Robert ont été couverts, celui de la liste d’Union était absent des ondes radio et télé du service public alors qu’il comptait un nombre de participants plus important. Les auditeurs et téléspectateurs de Réunion première n’ont donc eu aucune information sur le plus grand rassemblement public de la campagne des élections régionales à La Réunion. Pourquoi ?

JPEG - 104.2 ko
Voici ce que les téléspectateurs de Réunion Première n’ont pas vu. Pourquoi ?

Depuis hier, la campagne officielle a commencé. Les règles changent, les temps de parole sont donc passés à la loupe afin que les candidats puissent avoir un temps d’antenne équitable, notamment à la télévision du service public.

La veille, la campagne officielle n’était pas commencée, ce qui laissait plus de liberté aux médias audiovisuels pour couvrir les actions des candidats. Ce dimanche, l’Union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile organisait le premier meeting de la liste Pour une Réunion nouvelle conduite par Patrick Lebreton. L’événement a remporté un succès considérable. Depuis que les candidats déclarés organisent des réunions publiques, c’était incontestablement celle qui a rassemblé le plus grand nombre de personnes.

Le meeting de Saint-Joseph a également permis au public présent d’être informé sur les principaux points du programme de l’Union des communistes, socialistes, radicaux de gauche et citoyens. Ainsi, Patrick Lebreton a annoncé que 12.500 personnes se sont d’ores et déjà engagées par écrit à voter pour la liste d’Union. Aucun autre candidat ne peut en dire autant.

Traitement de défaveur

Force est de constater que l’audiovisuel public a brillé par son absence. Aucun journaliste n’est venu sur place alors que d’autres organes de presse ont dépêché des équipes venues jusque depuis Saint-Denis. Cette absence fait que les auditeurs et les téléspectateurs du service public audiovisuel n’ont eu aucune information sur ce grand événement. S’il n’y avait pas d’autres presses, ils n’auraient même jamais su que le plus grand rassemblement de la campagne des régionales à La Réunion avait eu lieu.

D’autres candidats ont organisé leurs plus grands rassemblements les semaines précédentes. Didier Robert à Saint-Denis, Bello-Annette au Port et Thierry Robert à Saint-Leu ont peiné à rivaliser avec l’Union des forces de progrès, mais ils ont eu droit à la venue de Réunion Première et à des compte-rendus à la télévision et à la radio.

Quelle explication ?

Comment expliquer une telle différence de traitement ?
Il existe du côté de certains médias une volonté d’inscrire dans les têtes des Réunionnais que les élections se résumeront à un match entre Didier Robert et Bello-Annette. C’est ce que disent des sondages où la question commandée ne porte pas sur les intentions de votes des sondés, mais qui sont paroles d’évangile ! Cette absence de Réunion Première du plus grand rassemblement de la campagne des élections régionales à La Réunion relève-t-elle du choix éditorial ?

Ce fait renforce la détermination des militants qui sont pleinement engagés dans la bataille pour faire gagner la population. La campagne se gagne sur le terrain, et chaque jour les rapproche de la victoire, et le 6 décembre.


Kanalreunion.com