Médias

Personne n’est dupe

Humeurs de presse :

Témoignages.re / 16 avril 2012

La différence entre “Témoignages” et les autres organes de presse, c’est que notre journal assume son engagement, alors que les autres avancent souvent masqués. Cela dit, personne n’est dupe, particulièrement en campagne électorale.

Prenons l’exemple de Réunion Première. Ils sont capables, du meilleur comme du pire.
À la télé, c’est sans aucun scrupule que certains membres de leur rédaction montrent vers qui ils inclinent. Prenons les derniers exemples en date : la maire de Saint-Paul, volant au secours de sa supportrice Sylviane Rivière, attaque violemment Roland Robert. Le maire de La Possession, avec un calme que personne ne peut nier, remet calmement et fermement les points sur les « i », lors d’un point presse. C’est là que Réunion Première télé a fait fort : la chaîne ne se contente pas de relater la conférence de presse ; elle recherche la contradiction, et redonne pour cela la parole à Sylviane Rivière. Admettons qu’il n’y ait là que l’expression d’un « penchant » de la part d’un journaliste. Après tout, la « subjectivité désintéressée », tâche qu’Hubert Beuve-Méry assignait aux journalistes, n’est pas facile à assumer au quotidien. Et chacun, un jour, peut avoir ses faiblesses. Mais la chaîne va plus loin : elle conclut son reportage en disant que la mairie « tangue » et pour illustrer ce propos, le reporter a fait tanguer sa caméra filmant l’hôtel de ville, virtuellement en train de vaciller ! Là, le service public de l’audiovisuel ne « penche » plus, « n’incline » plus ; il tombe, à un niveau où l’objectivité, même nuancée, ne peut plus être invoquée. … La chaîne publique avait une occasion de se rattraper en couvrant honnêtement le meeting de lancement de campagne de Jean-Yves Langenier ; mais là encore, mauvaise pioche ! Non seulement la télé, comme la radio d’ailleurs, a fait le service minimum, avec un seul reportage dans l’édition de la mi-journée de dimanche. Mais encore, la relation qu’elle en a faite était ouvertement tendancieuse, notamment en divisant par 2 le nombre des participants…

Nos confrères de la presse écrite ne sont pas en reste.

Le journal de l’île livre un compte rendu très orienté et partiel du meeting d’ouverture de campagne Jean-Yves Langenier et Thérèse Rica. Le récit qu’il fait n’a rien à voir, ni avec le contenu des interventions, ni avec l’enthousiasme, visible d’ailleurs dans les vidéos qui circulent sur la toile qui a marqué ce meeting. Et lorsque l’envoyé spécial du “JIR” estime à 500 le nombre de personnes présentes au meeting alors qu’elles étaient plus de 1.000, et qu’il inspire manifestement Réunion Première, annonce-t-il le positionnement qu’il va adopter durant cette campagne ? : soutenir Huguette Bello contre le candidat du PCR Jean-Yves Langenier, comme il l’a fait pour Daniel Alamélou contre Maurice Gironcel. L’orientation traditionnelle de ce journal, celle de l’anticommunisme, va-t-elle prévaloir encore une fois durant cette campagne ?

Plus étonnante est l’attitude du “Quotidien”. Présent au meeting de Jean-Yves Langenier, il n’avait toujours pas fait de compte rendu, dans ses éditions de samedi et dimanche…

En tout temps, y compris en période électorale, le droit à une information honnête est un combat qui ne doit jamais faiblir. Ces premiers éléments nous appellent à la vigilance. Mais un nouvel élément pourrait changer la donne. À La Réunion comme dans d’autres pays où la liberté d’expression est sous contrainte, dure ou plus insidieuse, les réseaux sociaux permettent aux citoyens de percer le mur de désinformation.

A.P.


Kanalreunion.com