Médias

Portail web POP : comment masquer le flop du POP en manipulant le CRJ

Témoignages.re / 21 décembre 2010

Dans un communiqué, sous les signatures d’Alexis Chaussalet, responsable fédéral de l’UNL Réunion, et de Pauline Lauret, attachée de presse de l’UNL Réunion, le premier syndicat lycéen de l’île dénonce le fait que la Région « tente de récupérer grossièrement une instance qui doit servir uniquement la cause de tous les lycéens et apprentis de l’Ile » (cf. communiqué de Patricia Doxiville à propos de l’élection de Pauline Lauret) lors de la présentation du portail POP ce vendredi 17 décembre.

Avec 15.000 bons “POP” émis, 7.500 retirés dans les lycées et, à ce jour, seulement 3.500 utilisés dans les magasins, l’UNL Réunion ne peut donc que constater « sa totale inefficacité ».
De plus, le syndicat étudiant rappelle que depuis la mise en place du CRJ (Conseil régional des jeunes), les délégués n’ont jamais été consultés sur l’efficacité et l’utilité de ce dispositif.
En effet, l’UNL Réunion estime navrant que cette instance ne soit là que « pour appuyer les projets de la majorité régionale » et regrette que cette institution a priori indépendante des engagements politiques de la Région Réunion ne représente qu’une « vitrine » de l’engagement lycéen, « pour donner du crédit aux projets portés par M. Robert ».

L’UNL Réunion demande à la Région de consulter les élus au CRJ sur l’utilité de ce Plan ordinateur portable.
Elle rappelle que le CRJ a pour objectif de penser et porter de vrais projets pour les lycéens de La Réunion et en aucun cas de plébisciter les projets du président de Région.

L’UNL Réunion s’interroge sur le fait que la présidente du CRJ, seule personne habilitée à représenter l’institution, n’ait pas été informée et convoquée à cette présentation. « La majorité régionale considérerait-elle que la présidente du CRJ, attachée de presse de l’UNL, représente une opposition plus virulente du fait de son engagement et de sa conscientisation syndicale ? Est-ce là un exemple du respect de la démocratie à l’égard des jeunes qui ont élu Pauline Lauret à la présidence du CRJ ? ».

L’UNL Réunion dénonce l’action de communication « partisane, sectorielle et sectaire » (cf. communiqué de Patricia Doxiville) de la majorité régionale qui ne vise qu’à « redorer par tous les moyens possibles son plan POP qui est d’ores et déjà un flop ! ».

Pour le syndicat étudiant, il ne s’agit là, ni plus ni moins, que d’une provocation emmenée par la Région à l’égard de son organisation qui s’est clairement positionnée en défaveur de la mise en place du POP. L’UNL Réunion affirme que d’autres priorités existent, par exemple la gratuité des manuels scolaires ou encore l’accès à la culture, aux soins et aux transports pour l’ensemble des lycéens.

Selon le communiqué de l’UNL Réunion, la Région Réunion n’aurait semble-t-il pas accepté la tenue d’une conférence de presse par l’UNL le vendredi 10 décembre pour appeler à l’arrêt des provocations, des insultes et de la diffamation tenues par la responsable du CRJ, Mme Patricia Doxiville.

L’UNL Réunion appelle « solennellement à travailler ensemble dans l’intérêt des jeunes et à reconnaitre la représentativité de notre organisation et la légitimité de la présidente du CRJ dans cette instance ».


Kanalreunion.com