Médias

Quand Charlie déconne à plein tube, les islamophobes frétillent de joie

Témoignages.re / 20 septembre 2012

Ce texte d’un lecteur assidu de Charlie-Hebdo apporte un éclairage sur les motivations de la publication de caricatures de Mahomet dans les colonnes de ce journal.

À l’âge de 19-20 ans, j’ai découvert Hara-Kiri. Puis ce furent Charlie et l’Hebdo Hara-Kiri dont je devins un lecteur assidu.
En pleine période de pudibonderie debréiste, peyreffitienne et de chasse à « l’ennemi intérieur » marcellinienne — toutes mes excuses pour ces références que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, et c’est tant mieux — Hara-kiri était un pur bol d’air : anti-guerre d’Algérie, anti-censure, anti-crétins, anti-bien-pensants, anti-ORTF lèche-bottes, anti-institutionnels et mandarins compassés. Le tout fait avec une intelligence, un goût de la dérision étincelants.

Une période de grand flottement

Après sa UNE "Bal tragique à Colombey", l’Hebdo Hara-kiri fut interdit. La semaine suivante paraissait le n°1 de Charlie-Hebdo créant le prix bête et méchant aussitôt attribué à Raymond Marcellin, ministre de l’Intérieur.
À cette époque, se payer ces culs-pincés, censeurs et pères-la-pudeur, ça avait de la gueule.
Tourner en ridicule toute cette camarilla d’étrangleurs des libertés n’avait rien de facile.
À la même époque, à La Réunion, “Témoignages” en a fait l’expérience plus souvent qu’à son tour.
Hara-Kiri était l’un des rares médias parisiens à se faire l’écho — percutant, provocant — de ceux, l’immense majorité, privés du droit à la parole.
Vint le moment où — à partir de Mitterrand —, la parole devint libre et le droit de caricature respecté.
L’opposition put, peu à peu, s’exprimer (je ne parle pas, là, des infos de TF1, France2 (alors Antenne 2), RFO dont les "prompteurs-journalistes" sont toujours au garde-à-vous face au pouvoir : de droite quand la droite gouverne, de “gauche”-à-droite, quand la droite est battue, alors qu’on ne leur demande que l’objectivité et le — vrai — débat).
Comme toute la presse anciennement d’opposition, Hara-Kiri et Charlie-Hebdo vécurent alors une période de grand flottement. Comment critiquer un pouvoir suscitant autant d’espérances ? Mais aussi, comment vendre son journal ?
Peu à peu, “Charlie-Hebdo” perdit de son lectorat. Cavanna (parkinson), Pr Choron (2006), Reiser (1984)), Delfeil de Ton et Wolinski disparurent de ses colonnes et “Charlie-Hebdo” avec eux.
Gébé et Cabu lui rendirent la vie. Mais, Gébé disparu (2004), l’hebdo passa sous la férule de Philippe Val et perdit son âme.

Dans le sens du vent

Au lieu de s’en prendre aux travers du pouvoir sarkozien, Val multiplia les travaux d’approche du château-sarko en ciblant son nouvel ennemi intérieur, le même que celui choisi par le FN : l’islam.
Voici comment un journal, tout entier tourné contre les puissants et œuvrant à contre-courant, en est venu à se placer dans le sens du vent, celui du sarkozysme et du FN !
Dès lors, dans un pays en difficultés et recherchant un bouc-émissaire, toutes les occasions furent bonnes pour stigmatiser "Monsieur Musulman", tout musulman étant forcément un islamiste-terroriste-abuseur d’allocations familiales — polygame et j’en passe.
Woaow ! Quelle témérité, quelle audace ! “Charlie-Hebdo” s’attaquant enfin à un péril redoutable, menaçant la richesse de la France. Les banquiers ? La casse sarkozyste ? Les ukases de la Commission européenne ? Non, non, non, non ! Tout ça ne vend pas assez de papier ! Par contre, s’attaquer à beaucoup plus dangereux que ça : les musulmans (pardon : les islamistes), là, oui, ça, c’est vendeur coco !

La bien-pensance

Ayant ainsi rejoint BHL (le pote à Sarko), Val, franchissant le pas de fourmi l’en "séparant" encore, rejoignit Sarkozy. Lequel, reconnaissant, le nomma immédiatement directeur de France-Inter. D’un hebdo originellement contestataire et irrévérencieux, Val devint le patron d’une radio de révérence. Quelle "belle" mue !
Et puis, quel bon filon il a laissé à Charlie le soin d’exploiter désormais ! À chaque baisse des ventes, hop ! un bon coup d’islamophobie et ça repart à la hausse ! Même le FN achèterait en masse et distribuerait, c’est dire ! Manque plus que quelques abrutis viennent s’en prendre à Charlie et ça va booster la vente !
Et si les compatriotes musulmans qui se font ostraciser, casser la figure par des crétins se réclamant d’un éventail allant désormais du FN jusqu’à la "molgauche", tant pis pour eux, ils ne sont pas nés dans la bonne religion !
Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Charlie-Hebdo qui, AVANT, choquait l’opinion pour l’obliger à garder les yeux grands ouverts, a choisi, AUJOURD’HUI, la bien-pensance panurgienne et, les yeux grands fermés, fait diversion en criant "Haro sur l’Islam" !
Quelle trahison ! Quelle irresponsabilité ! Quelle bassesse ! Quel danger pour notre cohésion que de taper ainsi sur des personnes déjà lourdement ostracisées dans le monde occidental par G.W. Bush, Sarkozy, et nombre de chefs de gouvernements européens qui ne doivent d’être au pouvoir que par cette excitation à la haine des musulmans.

Jean Saint-Marc


Kanalreunion.com