Médias

SNJ-Réunion : « Touchez pas aux sources de nos confrères mauriciens ! »

Témoignages.re / 10 octobre 2017

Le 25 septembre, trois de nos confrères du quotidien mauricien L’Express ont subi des interrogatoires et des perquisitions à leur domicile suite à la publication d’articles mettant en cause le ministre de la justice, Ravi Yerrigadoo, qui a remis sa démission. Une fois entendus, ces journalistes ont pu regagner leur domicile, mais depuis deux semaines, la police continue de mettre la pression sur d’autres journalistes de ce quotidien mauricien : elle essaie par tous les moyens de saisir leurs ordinateurs et téléphones mobiles dans le cadre de cette enquête.

Soutenus par le Syndicat national des journalistes français, avec sa section Réunion- océan Indien, nos confrères s’opposent à toute saisie de leurs biens pour protéger leurs sources d’information. Selon nos contacts à L’Express, d’autres employés (journalistes et chauffeurs) devraient être convoqués cette semaine dans le cadre de ce qu’on appelle le Yerrigadoogate.

Le SNJ condamne fermement ces pressions et rappelle que si ni la loi mauricienne, ni la loi britannique ne protègent le secret des sources, la Cour européenne des droits de l’homme consacre la protection des sources journalistiques. Une protection des sources qui est un des principaux fondements de la liberté de la presse. Nous devons absolument défendre cette exigence démocratique.

Fait à Saint-Denis, lundi 9 octobre 2017

SNJ-Réunion