Actualités

15 propositions de rupture présentées par le Parti communiste réunionnais

À la veille de la Conférence économique et sociale

Céline Tabou / 14 novembre 2012

A l’occasion d’une conférence de presse, le Parti communiste réunionnais, représenté par Faïza Ibrahim, Yvan Dejean et Fabrice Hoarau, a présenté « quinze mesures prioritaires et significatives, marquant la rupture avec la situation actuelle et ouvrant la voie, dès maintenant, à un changement radical ».

JPEG - 25.3 ko

Présidée par Yvan Dejean, la conférence de presse a été l’occasion d’apporter un point de vue sur la conférence économique et sociale, dont les travaux se sont tenus les 29 et 30 octobre, et dont le rendu est pour le 14 novembre. Les mesures proposées sont « des mesures en rupture avec ce qui se fait actuellement » a précisé Fabrice Hoarau, celles-ci seront envoyées à l’ensemble des acteurs de la conférence économique et sociale, afin d’engager le débat pour le développement de La Réunion.

« Pour un véritable changement »

Faïza Ibrahim a expliqué que « le modèle actuel, prévalant à La Réunion, issu de l’intégration exclusive et mécanique à la métropole et à l’Europe a atteint ses limites ». En effet, les crises structurelles et conjoncturelles ont mis en évidence la nécessité d’un changement fondamental, car « le point de non-retour sera atteint dans les prochaines années » a expliqué la jeune femme. L’objectif pour le PCR est de « rompre avec la société post-coloniale actuelle découlant du régime de l’intégration pour ouvrir la voie à la nouvelle étape du développement durable ».

JPEG - 33.9 ko

Le Parti souhaite que cette vision globale de la situation soit partagée par l’ensemble des acteurs politiques, économiques et sociaux ainsi que le monde culturel afin d’amorcer d’un « véritable changement par des mesures novatrices et audacieuses s’inscrivant dans un cadre global et cohérent, et dans une perspective d’avenir tout en prenant en compte l’urgence de la situation ».

« Bâtir une société plus juste »

La jeune femme a donné les cinq niveaux au sein desquels le changement devra se réaliser. Tout d’abord, un nouveau modèle de développement basé sur l’autonomie énergétique, ce qui se traduit par un mode de transport propre avec le transport ferroviaire ainsi que l’autosuffisance alimentaire, pour laquelle La Réunion possède tous les atouts. Ensuite, une nouvelle stratégie de développement « rompant avec l’économie de comptoir et la dépendance exclusive avec la métropole, et ouvrant La Réunion sur son environnement géographique de l’océan Indien ».

Le troisième niveau est la mise en place d’un nouveau contrat social afin « de bâtir une société plus juste, de définir une nouvelle politique des revenus et de mieux orienter les flux financiers vers le développement économique et la cohésion sociale ». Par la suite, le PCR propose une nouvelle gouvernance avec « la création de nouveaux outils juridiques et de nouveaux moyens financiers au service du développement ». Et enfin, une nouvelle priorité au développement humain « par l’investissement massif en faveur de la formation et de la jeunesse, la priorité d’accès des Réunionnais à l’emploi » et la valorisation de l’identité et de la culture réunionnaise.

Céline Tabou

JPEG - 34.4 ko
«  Quinze mesures prioritaires et significatives »

Fabrice Hoarau a présenté les 15 mesures prioritaires, proposées par le Parti Communiste Réunionnais :

1. Décréter un moratoire concernant les postes à pourvoir dans la fonction publique pendant une période de 15 ans.

2. Tout employeur ne pourra recourir à un recrutement extérieur que s’il dispose d’une attestation de carence de compétence locale établie par Pôle Emploi.

3. Créer un établissement public regroupant l’ensemble des acteurs concernés chargé d’opérer les recrutements, la formation et la gestion des emplois aidés dans les deux grands services (aide à la personne et environnement), les contrats d’avenir devront également être gérés par un nouvel établissement public local.

4. Créer un statut d’acteurs de co-développement pour les jeunes diplômés.

5. Réaliser la construction de 30.000 logements sociaux sur la durée du quinquennat en mobilisant les moyens existants et à venir.

6. Rétablir la priorité au transport ferroviaire, « seule solution pour éviter le coma circulatoire » a indiqué Fabrice Hoarau.

7. Rétablir des tarifs d’achat des énergies renouvelables par EDF, « à un niveau suffisamment attractif pour relancer la filière et soutenir des opérations d’autonomie énergétique ».

8. Introduire dans les marchés publics une clause générale permettant de donner un accès prioritaire aux producteurs locaux sur la base de dérogations juridiquement fondées sur l’article 73 de la Constitution et l’article 349 du Traité européen.

9. Prolongation durant une période de trois ans reconductibles du RSTA et des exonérations de charges sur le bonus salarial « Cospar ».

10. Ouvrir d’urgence le chantier de l’harmonisation des revenus, « car la politique des revenus en vigueur depuis 65 ans crée un véritable apartheid social » a précisé Fabrice Hoarau.

11. Créer un fonds réunionnais de développement, articulé avec la future banque publique locale d’investissement, ouvert à l’épargne de tout contribuable et alimenté par des recettes nouvelles.

12. Créer sur la base de l’article 72 de la Constitution, une nouvelle Assemblée territoriale, se substituant à la Région et au Département, dotée de compétences élargies au service de la nouvelle étape du développement.

13. Créer une compagnie maritime régionale, de nature à favoriser la diversification des sources d’approvisionnement de La Réunion et son insertion dans son environnement géo-économique.

14. Exiger la maîtrise de la langue créole par tous les enseignants, notamment dans les écoles primaires, et enseignement obligatoire de l’histoire et de la géographie de La Réunion dans tous les programmes scolaires.

15. Valoriser l’identité et l’unité réunionnaises par la réappropriation de l’Histoire, la réhabilitation des lieux de mémoire, la défense de la langue créole et la relance de la MCUR.

Fabrice Hoarau a indiqué que la situation actuelle ne peut pas « continuer comme ça. Il faut aller vers des mesures concrètes qui permettent de créer l’espoir » d’un développement à La Réunion. « Nous avions déclaré lors d’une précédente conférence de presse que nous ferions des propositions. C’est ce que nous faisons aujourd’hui, à chacun de combattre ou amender ces propositions. Allons ouvrir le débat, car rien n’est figé », a conclu Yvan Dejean.


Kanalreunion.com