Actualités

200 euros pour les plus pauvres face à la vie chère

Le Parti communiste réunionnais solidaire de ceux qui souffrent

Manuel Marchal / 1er mars 2012

À La Réunion, il y a une catégorie de la population qui peut acheter la vie chère, les autres non et en particulier les plus pauvres. Puisque cette vie chère est une réalité reconnue par l’État, alors il est normal que l’État paie une prime de vie chère aux plus démunis le temps que des projets soient présentés pour mettre fin à ces inégalités. Proposée par le PCR, cette aide exceptionnelle de l’État pendant 4 mois n’est pas un effort insurmontable, et en Guadeloupe l’État a payé en 2009. Nou lé pas plis, nou lé pa mwin, respèkt anou.

Une nouvelle fois, l’État vient de reconnaître que la vie est trop chère à La Réunion. Son représentant se félicite de la publication d’une liste de 60 produits dont les prix sont en baisse. Si le préfet s’est impliqué de la sorte dans les discussions, c’est bien qu’il y a un problème de vie chère dans notre pays. D’ailleurs, depuis les années 50, les primes coloniales des fonctionnaires sont devenues des primes de vie chère, car l’État reconnaît l’existence d’un coût de la vie plus élevé à La Réunion qu’en France. Il verse donc un sursalaire de 53% à ses agents, ce qui leur permet d’acheter la vie chère et d’avoir un pouvoir d’achat préservé.
Mais pour la majorité de la population, il n’y a pas de prime de vie chère alors que les revenus sont calculés en fonction d’un coût de la vie qui est celui de la France, pas de La Réunion. Les minima sociaux, les retraites, le SMIC sont les mêmes qu’en France, avec des prix au moins 50% plus élevés qu’en France.
Cette injustice a fini par déboucher sur la crise qui continue de s’aggraver aujourd’hui. C’est tout un système qui doit être remis à plat, dans la transparence et pour l’intérêt général du peuple réunionnais. Des changements sont possibles, et chacun est invité à présenter ses propositions pour sortir de la crise. C’est le sens de la proposition du Parti communiste réunionnais : un délai de 4 mois pour que sortent des propositions qui pourront apporter le changement.
Mais dans l’attente de ses propositions, l’injustice doit cesser et son responsable doit aider à la recherche de solution. C’est dans ce cadre que s’inscrit la proposition d’une aide exceptionnelle de l’État pendant 4 mois. Au lieu de limiter à une seule catégorie la prime de vie chère, il peut l’étendre à ceux qui ont les revenus les plus faibles. Ces 200 euros seront donc une mesure de justice envers les victimes d’un système totalement dans l’impasse.
Confronté aux manifestations en Guadeloupe, l’État a décidé de donner 200 euros. À La Réunion où la crise est encore plus grave, il a le devoir d’agir.

M.M.

Vie chère : le grand débat boycotté par l’État et les présidents des collectivités

Hier, Réunion Première organisait en direct un débat sur la vie chère avec des invités à Saint-Denis et à Saint-Pierre. Tout le monde a pu constater que les présidents des collectivités et le préfet n’étaient pas là. Ce boycott montre bien leur connivence et leur refus d’assumer leurs responsabilités face à la population.


Kanalreunion.com