Actualités

2013 sera bien plus difficile que 2012

Après la cérémonie des vœux

Témoignages.re / 2 janvier 2013

Le 31 décembre, c’est le jour de la présentation des vœux du président de la République et du ministre des Outre-mer. C’était l’occasion pour François Hollande et Victorin Lurel de faire un bilan de 2012 et de donner des perspectives pour 2013…

En France, l’année 2012 s’est conclue par un nombre de chômeurs sans précédent. Une des conséquences de cette situation sociale tendue, c’est la crise politique qui traverse la majorité. Plusieurs composantes de celle-ci, ainsi que des parlementaires du Parti socialiste, estiment que les mesures prises ne vont pas dans le sens du respect des engagements de la campagne présidentielle. Les divergences ont également divisé le gouvernement, entre partisans de l’intervention de l’État pour la sauvegarde de l’emploi et les garants de la liberté d’action des financiers.

Dans ses vœux, le président de la République estime tout comme son prédécesseur que la crise de l’euro est derrière nous. Et il annonce qu’en 2013, tous les efforts seront concentrés dans la lutte contre le chômage.

Or, en France, la conjoncture économique ne laissera aucun répit. L’INSEE annonce une croissance proche de zéro alors qu’il faut que ce chiffre dépasse 1,5% pour que l’activité économique puisse inverser la courbe du chômage, rappelle "Le Monde". Cela signifie que sans redressement significatif, le seul gain sera apporté par les emplois aidés.

Pour La Réunion, une telle perspective n’incite pas à l’optimisme. Les contrats qui vont arriver seront les bienvenus pour les quelques milliers qui en bénéficieront. Ils créeront encore plus de déçus, et ils ne régleront pas les problèmes d’emploi.

Concernant l’Outre-mer, le ministre n’a pas été plus encourageant. Il s’est borné à rappeler les mesures prises par ce gouvernement, et a assuré que les chantiers lancés par ses prédécesseurs continuent à progresser. Il s’agit en particulier des Accords de Nouméa pour la Nouvelle-Calédonie, et de la Collectivité unique en Martinique et en Guyane.

Pour le reste, rien de plus. La Réunion est évoquée comme le lieu où le ministre a annoncé quelques mesures de la loi contre la vie chère, mais pas un mot sur la dramatique situation sociale dans notre pays.

Ces vœux permettent en tout cas de mesurer l’écart entre la situation réelle et la manière dont la réalité est retranscrite à Paris. Alors qu’il est clair qu’à La Réunion, le modèle d’intégration est à bout, le gouvernement ne propose pas la moindre ouverture. La seule voie annoncée, c’est d’aménager ce modèle sans le remettre en cause. Ce n’est pas comme cela que les Réunionnais qui vivent sous le seuil de pauvreté pourront constater une amélioration de leur situation. La crise va encore s’aggraver.

M.M.

Extraits des vœux du président de la République

« Ce soir je veux vous dire ma confiance dans notre avenir : la zone euro a été sauvegardée et l’Europe a enfin mis en place les instruments de stabilité et de croissance qui lui manquaient. Ce résultat semblait, il y a encore 6 mois, hors de portée. Il a été atteint. (…)

Toutes nos forces seront tendues vers un seul but : inverser la courbe du chômage d’ici un an. Nous devrons y parvenir coûte que coûte.

Avec 150.000 emplois d’avenir pour les jeunes les plus éloignés du marché du travail. Avec les contrats de génération qui permettront de lier l’expérience du senior avec l’espérance du jeune. Ils prendront effet dès demain.

Avec la formation professionnelle qui sera réformée pour accompagner prioritairement les chômeurs vers l’activité.

Mais l’État n’est pas le seul acteur. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a ouvert la négociation sur la sécurisation de l’emploi.

Son objectif ? donner plus de stabilité aux salariés et plus de souplesse aux entreprises. Bref, conjurer une double peur. La peur du licenciement pour les travailleurs, la peur de l’embauche pour les employeurs. Cette négociation, si elle aboutit, sera une chance pour la France. Je fais confiance aux partenaires sociaux pour prendre leurs responsabilités. A défaut, je les assumerai. »
Extraits des vœux du ministre des Outre-mer

« Pour mon action, trois priorités m’ont été assignées par le président de la République, sous l’autorité du Premier ministre : lutter contre la vie chère, s’attaquer au chômage en redonnant une espérance à la jeunesse et impulser le développement économique.

De nombreux signaux forts ont été adressés aux Outre-mer par le président de la République et par le Premier ministre : trois ministres originaires des Outre-mer, un ministère des Outre-mer de plein exercice, un Budget 2013 en hausse malgré le nécessaire redressement de nos finances publiques, la loi contre la "vie chère" parmi les premiers textes législatifs promulgués, des Conférences économiques et sociales dans nos territoires, une place renforcée dans la mise en place des nouvelles politiques de l’emploi (emplois d’avenir, contrats de génération), le financement de l’économie avec la Banque publique d’investissement, ou encore des créations de postes dans l’Éducation nationale là où les besoins étaient les plus manifestes. 

A La Réunion, où j’ai effectué mon premier déplacement pour fêter le 14 juillet 2012, j’ai dévoilé les grands axes de la future loi portant régulation économique des Outre-mer. Cette loi, nous aurons tous à la faire vivre, à La Réunion comme ailleurs. »


Kanalreunion.com