Actualités

2013 : une année décisive pour La Réunion

Les rendez-vous inéluctables

Céline Tabou / 12 janvier 2013

A l’occasion d’une conférence de presse, Paul Vergès, président de l’Alliance et cofondateur du PCR a mis en exergue les défis à venir pour les Réunionnais et notamment les responsables politiques qui devront se battre pour limiter les conséquences de la crise à La Réunion.

JPEG - 62.2 ko

Octroi de mer, fonds structurels européens, accords de partenariats économiques, tant de dossiers que les 11 parlementaires réunionnais devront débattre avec le gouvernement. Dans un contexte de crise économique et financière internationale, la situation économique et sociale à La Réunion va en s’aggravant, d’autant que l’île est en pleine crise structurelle, ajoutée aux crises conjoncturelles française et européenne.

"Il est temps de trouver des alternatives, car à la différence de 1946, nous avons l’égalité sociale", a souligné Paul Vergès. Ce dernier a évoqué la crise sociale qu’à connue l’île en 2009, lors des manifestations du Cospar, contre la vie chère.

Sur la question de l’octroi de mer, Paul Vergès a de nouveau dénoncé la passivité des parlementaires et élus réunionnais : "Tout le monde dénonce l’octroi de mer, et disent que c’est en cela que les prix sont chers à La Réunion, mais Victorin Lurel attend toujours des responsables politiques des propositions" alternatives à l’octroi de mer. En effet, le régime dérogatoire de cette taxe va prendre fin cette année, bien que celle-ci permette de protéger l’agriculture et l’industrie réunionnaise et de financer en grande partie le fonctionnement des communes.

Planteurs en danger

Sur le plan européen, La Réunion a reçu de la part de l’Union européenne des aides financières de 1,950 milliard sur la période 2007-2013. En tant que Région ultrapériphérique et parce qu’elle est éligible à l’Objectif Convergence, l’île perçoit trois fonds structurels différents. Parmi eux, le Programme opérationnel spécifique à l’éloignement et à l’insularité (POSEI) qui sert de soutien aux filières traditionnelles (banane, canne à sucre, rhum), permet la diversification agricole et la mise en place du RSA (Régime spécifique d’approvisionnement) palliant les surcoûts liés à l’approvisionnement pour les intrants agricoles et les produits de première nécessité comme le riz à La Réunion. La remise en cause de ce fond pourrait entraîner la disparition des filières agricoles réunionnaises, et mettre au chômage des milliers de planteurs.

L’intégration dans l’environnement régional

Concernant les Accords de Partenariat Economique, ceux-ci vont être de nouveau débattus, mais ils "devraient être signés dans tous les pays voisins" afin d’intégrer le regroupement économique voulu par l’Organisation mondiale du Commerce et l’Union européenne.

Paul Vergès pose alors la question : "Que va faire La Réunion ?", face à ces zones de libre-échange. Située au coeur d’une zone économique dense, La Réunion possède une position géostratégique fondamentale pour la France, pour le développement économique de l’île, cela pose de nombreux problèmes, car "comment La Réunion va s’intégrer dans cet environnement économique, quand elle est rattachée à l’Europe”. Le cofondateur du PCR préconise un co-développement entre La Réunion et les pays voisins afin de répondre à l’urgence actuelle : la hausse démographique.

Céline Tabou


Kanalreunion.com