Actualités

2025 : l’autonomie énergétique des Réunionnais

Le projet de développement de l’Alliance

Témoignages.re / 2 mars 2010

Libérer La Réunion des importations de charbon et de pétrole pour économiser des centaines de millions d’euros tout en apportant une contribution à la résolution d’un problème mondial, la lutte contre les gaz à effet de serre. L’Alliance propose d’accélérer la politique lancée en 1998, aller vers l’autonomie énergétique au plus tard en 2025.

« Tout découle de l’énergie. La “nouvelle économie” doit se libérer du fardeau de l’importation des énergies fossiles (pétrole, charbon) et se bâtir sur des modes de production et de consommation inédits.

La Réunion du développement durable doit d’abord être autonome en énergie. Les orientations du PRERURE et le dynamisme de l’ARER ont permis déjà d’accomplir des progrès significatifs.
Cette autonomie énergétique réalisable représente également un enjeu financier important car elle signifierait à terme la suppression de la facture du pétrole et du charbon importés tout en libérant le fonctionnement de notre économie de la dépendance énergétique extérieure.

Par ailleurs, l’objectif de l’autonomie énergétique dans le cadre d’une stratégie de développement réellement durable et respectueuse de l’environnement nous invite à changer nos modes de vie pour économiser l’énergie.

L’ambition de l’autonomie énergétique est éminemment stratégique car elle est porteuse d’un nouveau modèle de développement. La Région Réunion, depuis 1998, s’est clairement engagée dans cette voie. Mais nous ne sommes qu’au début de cette révolution. L’Alliance a la conviction que les Réunionnais sont conscients de l’enjeu et qu’ils permettront à la Région de poursuivre cette œuvre exaltante et capitale pour le sort de notre île et les générations futures. »


100% d’énergie 100% réunionnaise en 2025
Produire toute l’énergie consommée à La Réunion à partir des énergies renouvelables présentes en masse à La Réunion. Cet objectif doit être atteint au plus tard en 2025, et il s’inscrit dans une politique lancée en 1998. Voici comment l’Alliance propose d’arriver à relever ce défi.

- Les potentialités sont encore considérables dans les domaines du photovoltaïque, de l’éolien, de l’hydraulique, de la géothermie, de la mer et de la biomasse.

- S’agissant plus particulièrement des énergies de la mer, nous ne sommes qu’au début des recherches et de leur application, mais elles constituent sans doute le secteur le plus prometteur tant ses capacités sont inépuisables (projets d’énergie de la houle à Saint-Pierre, d’énergie thermique de la mer à Saint-Denis)

- S’agissant de la biomasse, le programme STARTER élaboré par la Région propose de construire une véritable "économie verte" et démontre toutes ses implications au niveau de l’aménagement du territoire, du traitement des déchets et de la culture de la canne, à partir du développement de la canne-énergie.

Sans, bien entendu, se substituer à la canne sucre, la canne énergie engendre un modèle intégré de développement économique et d’aménagement du territoire générateur d’une nouvelle industrie agro-industrielle non polluante et propre. Ainsi, le charbon et les hydrocarbures pourraient être éliminés de nos centrales thermiques.
L’Alliance est convaincue que si cette volonté politique est partagée par l’ensemble des acteurs de la filière canne, nous pouvons opérer une véritable mutation de notre économie.

- L’autre grand chantier des énergies renouvelables est celui du "solaire pour tous". L’ambition poursuivie est de rendre accessibles dans chaque foyer l’ensemble des technologies du solaire à tous les Réunionnais pour la construction, l’habitat, la vie quotidienne et les transports, dans des conditions économiques et environnementales viables.


L’autonomie énergétique de chaque Réunionnais

L’Alliance propose d’accélérer la politique qui a permis la pose de 100.000 chauffe-eau solaire dans notre île. Chaque Réunionnais pourra devenir le producteur de son électricité, et donc pourra voir sa facture EDF diminuer considérablement.

La généralisation des chauffe-eau solaires, dans toutes les maisons, pour l’économie d’énergie, est un objectif pouvant être atteint. La Réunion a installé récemment son 100.000ième chauffe eau solaire. Le dispositif de garantie, mis en place par la Région, devrait augmenter encore le rythme.

- Mais la grande révolution à accomplir, c’est de passer de l’autonomie énergétique de l‘île à l’autonomie énergétique de chaque Réunionnais en dotant chaque maison d’installation photovoltaïque. À terme, chaque maison puisse produire l’électricité suffisante pour pourvoir aux besoins du foyer (éclairage, électroménager etc.).

À l’instar de ce qui a été réalisé à Mafate, d’autres agglomérations de l’île peuvent être équipées en photovoltaïque et être autonomes en électricité. L’ARER a déjà entrepris les études de faisabilité pour le lancement de ce plan d’envergure. D’ores et déjà, des expérimentations peuvent être menées dans des villages, notamment des Hauts. Ces installations offrent l’avantage d’être indépendantes du réseau d’EDF.


Zéro émission de CO2 pour 100% des transports

L’autre volet de cette société du solaire, c’est celui du transport. Alors qu’aujourd’hui, 100% des véhicules fonctionnent avec de l’énergie fossile importée et polluante, en 2025, 100% des déplacements se feront avec des véhicules capables de fonctionner sans émettre un gramme de CO2 : tram-train, voitures électriques et vélos. Voici ce que propose l’Alliance.

L’électrification programmée du parc de voitures n’est plus une utopie, compte tenu de la recherche et des percées technologiques réalisées par les constructeurs d’automobiles.
L’enjeu ici est de créer un écosystème autour de la mobilité électrique. Il s’agit dans cette perspective de pouvoir produire pour les voitures de l’électricité propre et autonome, déconnecté du réseau. Cela est théoriquement possible avec les projets d’installation de centrales photovoltaïques, alimentant directement les véhicules. C’est notamment le grand projet de couverture de la route des Tamarins par des panneaux photovoltaïques. Ainsi, l’obstacle des 30% d’énergies renouvelables pouvant être accueillis sur le réseau EDF serait contourné puisque ces centrales photovoltaïques fonctionneraient de façon autonome.

- Enfin, en matière de transport, le projet de tram-train représente la contribution décisive et essentielle à la réduction d’émission de CO2 et surtout serait la colonne vertébrale autour de laquelle s’organiserait dans chaque commune un réseau de transports collectifs pour la vie professionnelle et les activités diverses de la population.


Kanalreunion.com