Actualités

21 octobre 1945 : la rupture par les urnes

Il y a 62 ans, les Réunionnais ont voté pour la décolonisation de La Réunion

Manuel Marchal / 21 octobre 2017

Le 21 octobre 1945, les Réunionnais ont décidé de voter en majorité pour deux candidats aux législatives qui avaient inscrit dans leur programme la rupture avec le système existant. Raymond Vergès et Léon de Lépervanche allait tenir leur engagement avec l’abolition du statut colonial le 19 mars 1946, moins de 6 mois plus tard.

JPEG - 60.2 ko
Rassemblement du CRADS au Jardin de l’État en 1946- ou 1947. Les communistes étaient parmi les principaux initiatiateurs du CRADS.

Mardi dernier, Témoignages organisait une conférence sur le centenaire de la Révolution de 1917 en Russie. Cet événement eut des répercussions dans le monde dont à La Réunion. Lors de son exposé, Julie Pontala expliqua la situation sociale de notre île à cette époque. Organisée autour de l’industrie sucrière, La Réunion comportait une importante classe ouvrière. Elle comptait de nombreux dockers, cheminots, ouvriers d’usine et agricole. Ces travailleurs subissaient la dure exploitation du système colonial. Or, la Révolution de 1917 avait montré qu’en s’unissant, les prolétaires avaient réussi à changer la situation.

Classe ouvrière nombreuse

Dans les années 1930, d’importants syndicats se sont organisés à La Réunion chez les ouvriers agricoles, dans les usines, dans le chemin de fer et chez les travailleurs du port. Au moment où en France le Front populaire prenait le pouvoir, ces syndicats s’unissaient avec ceux de la fonction publique pour constituer la Fédération réunionnaise du Travail, affilié à la CGT. Elle compte alors parmi ses dirigeants le cheminot Léon de Lépervanche, et le Docteur Raymond Vergès, directeur du service de la Santé. Ces travailleurs militent pour le mot d’ordre « Réunion département français ». La transformation de La Réunion de colonie en département est en effet le moyen permettant d’appliquer dans notre île les lois sociales obtenues en France.

La Seconde guerre mondiale allait faire plonger notre île dans la misère. La Libération amène d’importants changements politiques. Les femmes obtinrent enfin le droit de vote. Les syndicats et la Ligue des droits de l’Homme décidèrent d’une organisation politique, ce fut la création du CRADS (Comité républicain d’action démocratique et sociale). Aux municipales de 1945, les listes du CRADS l’emportèrent dans la plupart des communes, notamment dans toutes les grandes villes. Cette première victoire allait préparer le succès des élections suivantes. Le 21 octobre 1945, les citoyens doivent élire une assemblée constituante. Dans notre île, Raymond Vergès et Léon de Lépervanche sont les candidats du CRADS. Ils s’engagent à abolir le régime colonial et à faire de La Réunion un département français afin que toutes les lois sociales en cours en France s’appliquent dans notre île. Cela signifiait notamment la création de la Sécurité sociale, le droit à la retraite, l’impôt progressif sur le revenu. C’était la promesse de l’égalité avec le colonisateur.

Rupture avec l’ordre établi

Le 21 octobre 1945, dans les deux circonscriptions, plus de 70 % des électeurs se rendent aux urnes et votent majoritairement pour les deux candidats qui ont fait campagne pour l’abolition du statut colonial. Arrivés à Paris, les deux députés de La Réunion se mirent aussitôt au travail et unirent leurs efforts avec leurs collègues des 4 Vieilles. Moins de 6 mois plus tard, la loi de décolonisation était adoptée à l’unanimité, et promulguée le 19 mars 1946. C’est par les urnes que nos aînés ont choisi la rupture avec l’ancien ordre établi.

M.M.