Actualités

53 Réunionnais seront jetés au chômage à Air Austral

Didier Robert soutient la casse décidée par d’anciens d’Air France

Manuel Marchal / 16 mai 2012

Les craintes se sont confirmées hier. L’expulsion des Réunionnais de la direction d’Air Austral et leur remplacement par d’anciens cadres d’Air France avec le soutien de Didier Robert a ouvert la voie à la première charrette de licenciements à Air Austral : 53 Réunionnais vont être jetés au chômage. Cette situation est la conséquence du choix de la Fédération socialiste de ne pas soutenir la seule liste capable de battre l’UMP aux régionales de 2010.

Les craintes se sont malheureusement confirmées hier. Pour la première fois, la direction opérationnelle de la compagnie a décidé d’organiser une première charrette de licenciement, et elle a été suivie par le Conseil de surveillance. Ce qui paraissait impossible voici quelques mois l’est devenu par un tragique enchaînement provoqué par une décision politique.
En mars 2010, contre toute attente, la direction de la Fédération socialiste décide de maintenir sa liste au second tour alors qu’elle n’a obtenu que 13% au premier tour, soit 17 points de moins que l’Alliance. Au lieu de soutenir la seule liste qui pouvait battre l’UMP, le choix de la Fédération PS allait permettre à l’UMP de prendre la direction de la Région Réunion. Les félicitations du socialiste Michel Vergoz au président UMP Didier Robert le jour de son investiture montraient bien que l’objectif de la Fédération PS était atteint.
En conséquence, Didier Robert pouvait prendre le contrôle de la SEMATRA, l’actionnaire principal d’Air Austral. Ceci lui permit ensuite de s’octroyer le titre de président du Conseil de surveillance d’Air Austral.
Une fois cette étape franchie, les jours de la direction réunionnaise d’Air Austral étaient comptés.
L’équipe de Gérard Éthève avait pourtant préparé un plan de redressement qui permettait de sauver l’emploi, il a été refusé par Didier Robert qui a tenu à rester dans le statu quo qui creusait le déficit.
Cette même équipe était ensuite poussée à la démission par une manœuvre qui n’a trompé personne. Elle fut aussitôt remplacée par un nouveau directoire avec à sa tête un cadre venu tout droit d’Air France, et avec le retour d’un autre ex d’Air France qui a laissé de très mauvais souvenirs de son passage à Air Austral.

Le président de Région accepte les suppressions d’emploi

Cette nouvelle direction a présenté hier son plan de redressement. Contrairement à ce que prévoyaient les anciens dirigeants réunionnais, les ex-cadres d’Air France ont décidé de supprimer 53 emplois. 53 Réunionnais vont donc être jetés au chômage car leur contrat ne sera pas renouvelé. Et Didier Robert a décidé de soutenir ce plan de casse sociale, qui signifie également une réduction de l’activité de la compagnie, et son affaiblissement par rapport à son concurrent Air France.
Il est décidément grand temps que cesse cette basse manœuvre politicienne à laquelle se sont prêtés des Réunionnais dans le sillage de Didier Robert. Puisque le président de Région a décidé de politiser la gestion d’Air Austral, il est donc clair que l’investiture d’un nouveau président de la République va peser de tout son poids.

M.M.


Kanalreunion.com