Actualités

68 années d’un système inégalitaire

A 3 jours des élections municipales

Céline Tabou / 20 mars 2014

A l’occasion de l’anniversaire du 19 mars 1946, le Parti Communiste Réunionnais a organisé une conférence de presse mettant en avant le bilan de ces 68 années et les perspectives pour La Réunion. « Une date aussi importante pour nous que le 20 décembre » a dit le PCR.

JPEG - 86.7 ko
Julie Pontalba, Yvan Dejean, Ginette Sinapin et Camille Dieudonné représentaient hier la direction du PCR.

« Chaque année, nous faisons un point sur cette date, son bilan et ses perspectives », car « le 20 décembre a amené la liberté aux esclaves, le 19 mars a ouvert le champ de l’égalité sur le plan institutionnel par rapport à la France », a expliqué Julie Pontalba.

Un tournant pour l’île

En introduction de cette conférence de presse, Julie Pontalba est revenue sur le contexte économique et social de l’époque, les conditions « extrêmement difficiles » de la population, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Une situation due à la fin de la guerre et aux années de colonialisme. Pour 240.000 habitants, seuls 24 médecins exercés, « le taux de mortalité était le plus élevé du monde », a expliqué la jeune femme.

« C’est dans un tel contexte que nait le Comité Républicaine d’Action Démocratique et Sociale (CRADS), animé par le docteur Raymond Vergès, des syndicalistes et des intellectuels pour un changement d’institution. Le but est de bénéficier des droits politiques et sociaux et d’améliorer les conditions de vie des travailleurs », a expliqué Julie Pontalba.

Il s’agit alors « d’une rupture du régime colonial qui projette le CRADS » au devant de la scène et permet l’élection de Léon de Lépervanche et Raymond Vergès en tant que député. Ils vont dès leur élection déposer un projet de loi sur la départementalisation, un mois après la proposition d’Aimé Césaire et de Léopold Bissol.

« Cette loi de 1946 prend beaucoup temps pour se mettre en place. Il y aura des avancées » mais « il aura fallut lutter pour obtenir nos droits fondamentaux » déjà acquis par les Français de France, a expliqué Camille Dieudonné, secrétaire du PCR.

Une égalité pas totalement acquise depuis

En effet, en dépit de l’article 2 de la loi du 19 mars stipulant que « les lois et décrets actuellement en vigueur dans la France métropolitaine et qui ne sont pas encore appliqués à ces colonies feront, avant le 1er janvier 1947, l’objet de décrets d’application à ces nouveaux départements », « les Quatre Vieilles vivant encore sous le régime colonial, comme aujourd’hui. C’est alors qu’a commencé un long combat ».

« Face à des élus qui ne se battent pas, le PCR se créé les 9 et 10 mai 1959 pour permettre aux Réunionnais de voir la loi s’appliquer à La Réunion et dans les autres départements d’Outremer » a expliqué Camille Dieudonné. Deux objectifs sont mit en avant pour « sortir de la situation coloniale » : « faire appliquer la loi de 1946 et renforcer la lutte pour l’identité réunionnaise », comme « le créole et la Fèt Kaf dont beaucoup se targuent d’en être à l’origine, mais il a fallut se battre pour avoir cette liberté ».

D’autres luttes auront été menées par le PCR, comme le SMIC, d’un montant équivalent à celui de la France, obtenu en 1996, la gratuité de la cantine scolaire. « 68 ans après le vote de la loi, la quasi totalité des droits en France sont en vigueur à La Réunion, mais il y a toujours des inégalités et disparités de revenus », a indiqué Camille Dieudonné.

Une situation « hors norme »

De son côté, Ginette Sinapin a évoqué le contexte économique et social actuel, avec un taux de chômage de 28,5% et un taux de pauvreté de 42%. Le constat est clair pour cette dernière, « le manque d’emploi et des activités insuffisantes » sont les raisons de cette pauvreté. « Une précarité qui touche surtout les jeunes et les personnes âgées ».

Pour la secrétaire du PCR, cette situation ne va pas en s’améliorant face à la hausse démographique et au système économique de La Réunion. Un système qui créé des inégalités en matière de revenus, a précisé la secrétaire du PCR. D’autant plus que « les fonctionnaires indexés à 1,53 du fait de la cherté de la vie contre 2,22 dans les 1950 », et les autres ménages « sont les plus touchés par l’inflation » et doivent vivre avec des revenus basés sur ceux de France, ont expliqué Camille Dieudonné et Ginette Sinapin.

Face à cela, le PCR se pose la question de « la vision d’avenir à avoir pour La Réunion ». « Une vision pour laquelle il faut se battre, car nous voulons une Réunion réunionnaise », a expliqué Yvan Dejean, secrétaire général. Ce dernier a mis en avant les propositions de son parti pour « un développement social et solidaire à La Réunion », en rupture avec le système actuel.

Un « compromis »

« On appelle à un nouveau pacte de développement qui pousse à prendre en compte plusieurs problématiques comme le climat, la sécurité alimentaire, l’énergie, le problème de la pêche. Nous misons pour cela sur la formation. Il existe d’excellentes filières à La Réunion, dans un environnement en mouvement ». En effet, le Parti Communiste Réunionnais préconise une « compromis historique », basé sur l’intégration de l’île à la France et l’Union Européenne et au sein de la zone océan indien.

Cette intégration passera, pour Yvan Dejean, par la création d’une Compagnie Maritime de l’Océan Indien et d’une Université de l’Océan Indien « pour que les jeunes Réunionnais rayonnent dans toute la zone », a expliqué ce dernier. Le secrétaire général du PCR souhaite « une rupture fondamentale » pour un développement économique pérenne à La Réunion.

Sur le court terme et pour faire face à l’urgence sociale, le PCR propose la création de deux grands services (à la personne et pour la protection de l’environnement) mais aussi « la globalisation de l’argent qui rentre à La Réunion pour créer des emplois stables, afin d’éviter le clientélisme » a indiqué Yvan Dejean. En matière de logement, ce dernier a proposé que « le prix des loyers ne doit pas dépasser 10% du revenu d’une famille, afin de laisser respirer le porte monnaie des Réunionnais ».

Il s’agira également de développer l’autonomie énergétique et « une liaison ferroviaire moderne, sécurisé et écologique », pour « un modèle de développement durable et solidaire où l’humaine est au centre », a-t-il précisé. Pour permettre ce développement économique et social, Yvan Dejan a affirmé : « cela passe par une nouvelle gouvernance. Pour le PCR, c’est un territoire, une assemblée ».

 Céline Tabou 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le clientélisme c’est aussi l’utilisation des fonds récoltés par les municipalités de l’octroi de mer à hauteur de 80%, ( 400 millions €). Cette taxe prélevée sur les produits importés n’encourage pas les élus à inverser ce système. Au contraire il l’aggrave en important de plus en plus au détriment de l’exportation, de la production locale et de l’autosuffisance alimentaire et autres.
    Par conséquent, cette anomalie qui est factrice de ce marasme économique et social, est d’ordre structurel, non institutionnel.
    Comment, "la globalisation de l’argent qui rentre à La Réunion" va permettre la création des emplois si ce système économique, basé sur l’importation, au profit des importateurs, des monopoles de distribution, de l’octroi de mer n’est pas éradiqué ?
    Pouvons nous espérer une rupture avec ce système sans rompre avec ce modèle économique ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Bravo !!!

    Vous méritez la médaille de l’idiotie au lieu d’adorer un gourou soyez à l’écoute de la population et vous verrez que les choses iront mieux pour votre parti et surtout mettez des vrais responsables à la tete de votre secte.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • @ anonyme : quand on a pas d’argument, on insulte... le premier tour des municipales a fait des dégâts chez vous, je n’ose imaginer le langage que vous emploierez quand les électeurs de Saint-Paul vous auront signifié la défaite de votre camp dimanche.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • ici, sur Témoignages, si on se montre critique, on est automatiquement catalogué de Droite, ou alors de Traites !
    Mais les plus gros traites ce sont vous mêmes : voyez ce qui se passe à la possession !
    La plus grosse traitrise : l’Alliance ! qui a permis de mettre en l’air les Thien ah koon & consors en l’air, et réléguer à la traine les communistes, etc.. ;
    Vous critiquez toujours Bello, mais le PLR va se relever, et le PCR disparaitre.
    Mais comment j’ai pu croire en vous, comment la Réunion a pu croire en vous, après tout ce qu’on entend sur Bello de la part de Ary ??
    VOUS ETES LAMENTABLES !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Lucas, la peur de la défaite à Saint-Paul vous fait perdre votre sang froid

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com