Actualités

9e Congrès du PCR : appel au rassemblement sans exclusive des Réunionnais pour la responsabilité

Grand succès du Congrès du Parti communiste réunionnais

Correspondant Témoignages / 6 février 2017

Ce dimanche 5 février 2017, dans la Salle du Rwa Kaf à Sainte-Suzanne, s’est déroulé un événement historique pour le peuple réunionnais : il s’agit du 9e Congrès du Parti Communiste Réunionnais (PCR), qui a ouvert des perspectives encourageantes pour construire l’avenir de notre pays de façon libre et responsable. Que ce soit avec le nombre de délégués et d’invités présents ainsi que la qualité des interventions et l’ambiance générale tout au long de cette journée au Parc du Bocage, on peut vraiment dire qu’il y a de nombreux enseignements positifs à tirer de cet événement inoubliable. Ce Congrès a été marqué par l’adoption du rapport politique et de celui sur les moyens à l’unanmité, ainsi que par l’élection elle aussi à l’unanimité de la direction du PCR, avec un Comité central, parlement du Parti, dans lequel chaque membre aura une responsabilité définie, Maurice Gironcel secrétaire général du PCR, Elie Hoarau confirmé à la présidence du Parti et Yvan Dejean, porte-parole du PCR.

JPEG - 91.2 ko
L’adoption des rapports et l’élection de la nouvelle direction ont été votées à l’unanimité.

Comme prévu, il a commencé un peu après 9 heures par un mot d’accueil des congressistes comme des invités de la part d’Éva Sambenoun, au nom de la Section communiste de Sainte-Suzanne. Parmi la cinquantaine de personnalités qui ont répondu à l’invitation du PCR, elle a notamment salué les représentants du Groupe de Réfugiés des Chagos, du PCF et de Cuba ainsi que les représentants de nombreuses organisations syndicales, politiques et associatives de La Réunion intéressées par les projets du PCR.

Ensuite, elle a donné la parole à Ary Yée-Chong-Tchi-Kan, qui a rendu un vibrant hommage au « regretté Paul Vergès, qui pour la première fois depuis sa fondation du PCR il y a 58 ans, n’a pas pu participé à ce Congrès, dont la tenue avait été programmée avec lui quelques mois avant sa disparition ». Pour lui rendre cet hommage, les organisateurs du Congrès ont notamment présenté trois de « ses œuvres immenses » parmi bien d’autres : le lancement du maloya avec deux disques de 33 tours au 4e Congrès du PCR en 1976 ; ensuite, le combat à portée internationale menée par le président de l’Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique (ONERC) qu’il a créé en 2001 ; enfin, la solidarité exprimée de diverses manières par Paul Vergès depuis des décennies avec le combat du peuple chagossien chassé de son pays il y a plus de 40 ans par les impérialistes pour installer dans notre région leur plus grande base militaire.

JPEG - 60.2 ko
Discours du nouveau secrétaire général, Maurice Gironcel.

Un chant magnifique pour Paul Vergès

Pour mieux faire connaître l’œuvre considérable accomplie par ce grand Réunionnais au service de son peuple et de toute l’humanité mais aussi pour cultiver la fidélité à ses combats jusqu’à 91 ans, Ary Yée-Chong-Tchi-Kan a annoncé la création probable d’un Institut Paul Vergès. Et cet hommage au fondateur du PCR s’est terminé de façon très émouvante par la proclamation d’un nouveau chant magnifique créé par le groupe Lagarrigue à la fois pour féliciter Paul Vergès et inviter notre peuple à continuer ses engagements.

Ensuite, Nadine Damour, première présidente de séance, a organisé trois votes des congressistes : la modification du statut du PCR pour le vote à main levée, suivie de l’élection de la Commission politique du Congrès et de celle du Bureau du Congrès, avec Yvan Dejean, Nadine Damour, Georges Gauvin, Ghislaine Cataye et Johnny Lagrange. Les trois votes se sont déroulés à l’unanimité, dans une ambiance très chaleureuse et enthousiaste.

JPEG - 60.2 ko
Message du président du PCR, Elie Hoarau.

« Ansanm nou va batir lavnir La Rényon »

Le premier responsable du PCR à prendre alors la parole pour transmettre un message aux communistes réunionnais sur les objectifs de son parti fut son président, Élie Hoarau, pour qui « la priorité de notre engagement commun est la lutte contre les injustices et inégalités à La Réunion comme dans le monde entier ». Élie Hoarau a aussi souligné l’importance des orientations politiques proposées par ce Congrès, à savoir : « rassembler les Réunionnais pour la responsabilité » car, dit-il, « il est indispensable d’aller vers un véritable changement et les communistes doivent y prendre leur place en répondant à cet appel : ansanm nou va batir lavnir La Rényon ».

Sur cette base, Yvan Dejean a présenté le rapport politique du Parti en rappelant qu’« en tant que peuple réunionnais, aspirons à la responsabilité pour diriger notre pays afin de sortir du régime néo-colonial mis en place depuis 70 ans et pour voir l’avenir avec espoir ». Dans son exposé très intéressant, Yvan Dejean a exposé en détail les propositions concrètes du PCR pour construire un avenir durable et il a souligné avec force que « notre objectif sera atteint si nous sommes unis, solidaires et responsables pour inventer ensemble avec toutes les forces vives du pays un nouveau cadre de nos relations avec Paris, l’Union européenne et la COI avec un partenariat équitable et solidaire ».

JPEG - 44.7 ko
Rapport politique du secrétariat présenté par Yvan Dejean, élu porte-parole du PCR.

« Un Front Populaire Réunionnais »

Après ce rapport politique du PCR, 13 congressistes sont intervenus pour apporter leur contribution à ce projet :

- Jean-Paul Ciret, de Saint-André, est intervenu sur l’importance du Parti de prendre en compte les problèmes des personnes handicapées ;

- Philippe Berne, du Tampon, a évoqué les graves problématiques du climat et de l’environnement ;

- Pierrot Partal, de Sainte-Suzanne, a dénoncé les carences de la loi sur l’égalité réelle dans les Outre-mer avec toutes les décisions néfastes prises par Paris pour La Réunion sur le plan économique, social, éducatif, environnemental, institutionnel ;

- Marylène Berne, du Tampon, a souligné l’importance pour les communistes réunionnais de défendre le respect des droits et de la dignité des femmes dans notre pays ;

- Jacky The-Seng, de Saint-André, a déclaré que « nous ne devons pas être indifférents aux problèmes du logement dans notre pays, où plus de 30.000 foyers sont dans l’attente du respect de leur droit à un logement décent » ;

- Yves Cerneaux, de Saint-Paul a lui aussi dénoncé les carences très graves de la politique menée à La Réunion dans le domaine du logement ;

- Pierre Thiébaut, de Saint-Paul, a rappelé que « la lutte contre la pauvreté est une de nos priorités à venir » ;

- Simone Yée-Chong-Tchi-Kan, de Trois-Bassins, a prôné en faveur « des échanges durables avec nos voisins », de la solidarité entre les peuples frères de l’Indianocéanie, notamment au sein de la Commission de l’Océan Indien, où le peuple réunionnais n’est pas représenté ;

- Julie Pontalba, de Saint-Denis, a également fait une intervention très intéressante sur les carences de la politique d’éducation scolaire actuelle et elle a fait plusieurs propositions pour le calendrier scolaire climatique, l’apprentissage de notre langue créole, la connaissance de notre Histoire, etc. ;

- Pascale David, du Port, a plaidé en faveur d’une nouvelle collectivité réunionnaise « pour une vraie démocratie, participative et directe, avec un vrai droit au pouvoir de tous les citoyens et un souveraineté populaire » ;

- Christian Balou, de Saint-Denis, est revenu sur les problèmes sociaux du pays en attirant l’attention sur les graves problèmes vécus par de nombreux retraités à La Réunion ;

- Guy Martin, de Sainte-Suzanne, a fait une intervention très importante en prônant « l’union de toutes les forces vives du pays comme il y a 80 ans en France avec le Front Populaire, en créant un Front Populaire Réunionnais » ;

- Enfin, l’économiste Risham Badroudine a présenté les avantages d’une économie sociale et solidaire à La Réunion.

JPEG - 70 ko
Philippe Yée Chong Tchi Kan a présenté le rapport sur les moyens.

Les moyens du Parti pour réaliser ses objectifs

Après ces interventions très intéressantes, le rapport politique du Congrès a été adopté à l’unanimité par les congressistes, qui ont ensuite fait une pause de déjeuner, avant de reprendre les travaux, sous la présidence de Ghislaine Cataye, avec l’examen d’un rapport sur les moyens à mettre en œuvre par le PCR pour réaliser son projet. Ce rapport a été présenté par Philippe Yée-Chong-Tchi-Kan et il a concerné cinq moyens essentiels : l’idéologie du PCR, ses moyens de communication et de formation, ses actions (manifestations, pétitions, grèves, boycots, élections…), son organisation (instances territoriales avec les cellules et les sections, instances centrales avec le comité central, son bureau, son secrétaire général, son président…) et les finances du Parti.

Sur ce rapport, 6 congressistes ont fait part de leurs idées :

- Philippe Saminadin, qui a mis l’accent sur l’importance des luttes du PCR pour la liberté d’expression, le droit à l’information des Réunionnais et le respect de l’identité réunionnaise ;

- Alain Gravina (Saint-Denis), qui a souligné l’importance de l’hommage aux anciens et à leurs combats ;

- Jocelyne Minatchy-Petchy, qui a plaidé en faveur de l’exemplarité des élus communistes ;

- Michel Méra, qui a parlé de l’importance de sensibiliser les jeunes sur les luttes à mener contre l’intoxication médiatique et pour le partage des idées ;

- Jean-Noël Abodi, pour qui « le Parti est toujours debout, comme le montre ce Congrès, grâce aux qualités de ses militants » ;

- enfin, Manuel Marchal, rédacteur en chef de ‘’Témoignages’’, qui a rendu hommage à Paul Vergès et Bruny Payet, anciens directeurs du journal, et à tous les autres militants qui se sont battus à travers ce journal pour « informer, faire réfléchir et faire agir ».

De longues ovations pour les responsables élus

Suite à ces interventions très pertinentes, le rapport politique sur les moyens du PCR à mettre en œuvre a été adopté à l’unanimité, ainsi que l’élection des 54 membres du Comité Central du Parti, celle du secrétaire général du PCR, Maurice Gironcel, celle du Président du PCR, Élie Hoarau, et celle de son porte-parole, Yvan Dejean. Ces nouveaux responsables du Parti ont été élus avec ferveur, avec des acclamations fortes et de longues ovations.

Il y a eu aussi beaucoup d’émotion lors des lectures des messages de Partis extérieurs au PCR :

- celui du Parti Communiste Britannique, lu par Sabine Letoullec du Port ;

- celui du Parti Communiste Portugais, lu par Ginette Sinapin de Bras-Panon ;

- celui du Front Démocratique de la Libération de la Palestine, lu par Jean-Yves Grondin de Saint-Louis ;

- celui de l’AKFM (Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar), lu par Joany Gibralta du Tampon.

JPEG - 48.3 ko
Discours de Jean-Louis Le Moing, représentant du Parti communiste français.

L’importance de la solidarité internationale

Trois autres allocutions très touchantes ont été prononcées par des invités extérieurs au Congrès illustrant l’importance de la solidarité internationale :

- celle de Salim Lamrani, président de l’association La Réunion – Cuba, qui a souligné la solidarité des peuples cubain et réunionnais dans la lutte pour la souveraineté des peuples ;

- celle de Sylvestre Marin, qui aux côtés de Rosemond Saminadin, dit Ti-Frère, et de Georges Gauvin, président du Comité Solidarité Chagos La Réunion, a lu un très beau message d’Olivier Bancoult, président du Groupe de Réfugiés Chagos, sur l’importance de cultiver la solidarité entre nos peuples pour faire respecter le droit du peuple chagossien de retourner dans son pays ;

- celle de Jean-Louis Lemoing, représentant du Parti Communiste Français, qui a notamment déclaré que les Réunionnais comme les autres peuples des Outre-mer ont besoin d’un nouveau statut pour leur pays afin de favoriser un développement endogène et de faire face aux effets néfastes du néo-colonialisme.

JPEG - 62.6 ko
Ary Yée Chong Tchi Kan remet le cadeau du PCR à la délégation des Chaos composée Rosemond Saminadin et de Sylvestre Marin.

Ces deux allocutions ont été conclues par la remise de la part d’Ary Yée-Chong-Tchi-Kan au nom du PCR aux deux intervenants de planches d’exposition sur la solidarité de Paul Vergès avec le peuple chagossien et sur l’œuvre immense de Paul Vergès avec l’ONERC contre le réchauffement climatique.

Maurice Gironcel secrétaire général, Elie Hoarau président et Yvan Dejean porte-parole

Ce grand Congrès du PCR s’est terminé vers 17 heures comme prévu par un admirable discours de clôture, prononcé par Maurice Gironcel, qui a d’abord lu un message du Parti Communiste de Syrie pour dire « non à l’impérialisme et au sionisme ». Il a ensuite relancé cet appel à « nous rassembler sans exclusive en tant que Réunionnais pour définir ensemble le nouveau cadre d’une politique de développement durable et solidaire pour que les plus pauvres de notre pays gardent de l’espoir ».

Le secrétaire général du PCR a également déclaré avec force que « nous devons être fidèles à notre camarade Paul ; c’est une lourde responsabilité à assumer mais c’est aussi une source de bonheur pour tout notre peuple et tous les autres peuples du monde ». Maurice Gironcel a conclu son discours par des paroles importantes et longuement applaudies : « notre 9e Congrès a démontré l’attention forte de nos délégués aux propositions du Parti, leur volonté de faire partager aux Réunionnais nos objectifs sur le terrain pour faire gagner La Réunion ; in gayar kongré ! », avec vraiment une nouvelle porte ouverte à l’union des Réunionnais pour entrer dans l’ère de la responsabilité. Un congrès conclu dans la chaleur par la proclamation collective des chants révolutionnaires : ‘’Le chiffon rouge de la liberté’’ et ‘’L’Internationale’’.

Correspondant