Actualités

9e Congrès du PCR : faisons fructifier l’héritage de Paul Vergès

Succès de l’assemblée générale préparatoire de Saint-Pierre

Manuel Marchal / 14 janvier 2017

Après Sainte-Suzanne et Le Port, le cycle des assemblées générales préparatoire au 9e Congrès du PCR s’est conclu hier à Saint-Pierre. Elle a permis de rappeler la responsabilité qui pèsera sur tous les délégués qui seront présents le 5 février à Sainte-Suzanne. Pour la première fois, Paul Vergès ne participera pas à un Congrès du PCR. Il appartiendra aux communistes d’être à la hauteur d’une lourde responsabilité : faire fructifier l’héritage laissé par Paul Vergès.

JPEG - 56.8 ko
Minute de silence en hommage à Paul Vergès.

Hier soir, les représentants des sections PCR du Sud avaient rendez-vous au restaurant le Colibri à Saint-Pierre pour participer à la troisième assemblée générale préparatoire au 9e Congrès du PCR, en présence du secrétariat général et du président du Parti. La réunion a commencé par une minute de silence pour saluer la mémoire de Paul Vergès, fondateur du PCR, décédé le 12 novembre dernier.

Nadège Técher, secrétaire de la section PCR de Saint-Pierre, a dit un mot d’accueil. Elle a tout d’abord fait un panorama de l’actualité sociale. Puis elle a rappelé les indicateurs sociaux qui font de La Réunion un département socialement hors-norme, en particulier le taux de chômage, la forte proportion de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ou le nombre important de Réunionnais touchés par l’illettrisme. Elle a également évoqué plusieurs menaces à venir, telles que la fin du quota sucrier pour la filière canne-sucre, ou la mise en œuvre des accords de partenariat économique avec les pays voisins.

Elle a rappelé que toutes les solutions appliquées jusqu’ici ont montré leur limite. D’où l’importance de dépasser le cadre actuel, « à nous Réunionnais de faire des propositions ».

Un Congrès très dense

Sont ensuite intervenus les autres secrétaires de section qui ont fait le point sur la situation dans leur commune. Joévanny Gibralta (Le Tampon) a mis en évidence une poursuite active de la campagne d’adhésion. Jean-Yves Grondin (Saint-Louis/La Rivière) a décrit une section qui a redémarré grâce à des camarades fidèles. Une délégation sera présente au Congrès, et au niveau des adhésions, la campagne est excellente. David Lebon (Saint-Joseph) était présent avec une délégation de camarades de la ville du Sud.

Maurice Gironcel, co-secrétaire général du PCR, a présenté le rapport du secrétariat. Il a tout d’abord rappelé que le 9e Congrès avait été décidé du vivant de Paul Vergès. Il devait se tenir en mars ou avril. Le décès du fondateur du Parti est à l’origine de l’avancement de la date, décision prise par le Conseil politique extraordinaire du PCR réuni le 13 novembre à Saint-Suzanne.

Le dirigeant a insisté sur la responsabilité que devront assumer les délégués qui participeront à un Congrès très dense, car il ne durera qu’une seule journée, le 5 février prochain.

« La disparition de Paul Vergès fait peser sur nous des responsabilités énormes », a-t-il ajouté, « comment être à la hauteur pour faire fructifier l’héritage laissé par Paul Vergès ? ». Maurice Gironcel souhaite que le congrès puisse être animé par « un débat fraternel, constructif et plein d’espoir », et réponde à cette question : « qu’est-ce qu’être communiste réunionnais aujourd’hui ».

Combats pour les avancées sociales

Puis Maurice Gironcel a présenté les deux projets de thèse.

Lors du débat qui a suivi, la question de la communication a été posée. Autrement dit, « comment faire avancer nos idées dans les masses ».

En conclusion, Ary Yée Chong Tchi Kan, co-secrétaire général du PCR, est revenu sur l’histoire du Parti qui va fêter ses 58 ans. Ces 58 ans ont un bilan qui ne se résume pas au nombre d’élus, a-t-il souligné. En effet, le PCR porte une part de responsabilité dans toutes les avancées de la société réunionnaise. Il a cité le droit de vote, l’amélioration des conditions sociales, les milliards au bénéfice des plus pauvres grâce à l’égalité, l’accès de tous les Réunionnais à l’eau potable au robinet notamment. L’histoire continue, et le 9e Congrès en écrira une nouvelle page.

M.M.