Actualités

À l’occasion de la présentation de ses propositions pour la présidentielle et les législatives, le PCR appelle à franchir une nouvelle étape, aussi importante que celle du 19 mars 1946, et qui va engager plusieurs générations de Réunionnais

2012 : le changement. Quel changement ? Pour qui ? Par qui ?

Témoignages.re / 20 février 2012

La Conférence extraordinaire du PCR hier à Sainte-Suzanne donne la perspective d’un nouveau changement historique. Notre responsabilité, c’est de faire entrer notre pays dans le 21e siècle, le siècle du développement pour un million d’habitants.

Hier à Sainte-Suzanne, la conférence extraordinaire a joué son rôle d’élément fondateur d’une nouvelle ère. Prenant acte de l’impasse dans laquelle se trouve le pays, et de l’incapacité du système actuel à l’en sortir, les délégués réunis en conférence extraordinaire ont validé un projet qui sera soumis aux candidats à la présidentielle qui aura lieu dans deux mois.
L’enjeu est très important et le moment est décisif. L’application de ce projet marquera en effet la rupture avec le modèle d’intégration-assimilation que nous connaissons aujourd’hui. Cette Réunion nouvelle, il appartient à nous Réunionnais de la construire. C’est notre responsabilité.
Tout ce qui a été fait depuis Paris a échoué, nous ne pouvons plus continuer avec un système qui produit 120.000 illettrés, plus de 151.000 demandeurs d’emploi, qui est incapable de répondre aux besoins en logement de 25.000 familles et qui nous fait gaspiller chaque année des centaines de millions d’euros en carburants.

Nos aînés l’ont déjà fait

Nous savons que nous sommes capables de prendre en mains notre avenir.
Voici plus de 65 ans, quand il s’est agi de sortir de la misère coloniale, alors nos aînés ont réussi à s’entendre sur un programme et à l’appliquer. Le mot d’ordre était de sortir de la colonie. La loi du 19 mars 1946 a aboli le statut colonial et a sauvé le peuple en lui ouvrant le droit à l’égalité.
Mais à cette époque, dans une île de 260.000 habitants à deux semaines de bateau de l’Europe, qui savait ce qu’était la Sécurité sociale ? Qui pouvait concrètement décrire ce que les lois du Front populaire et de la Libération étaient capables de changer ? Ce grand saut, nos aînés ont été capables de le faire, car il fallait sortir absolument d’un système qui était au bout.
Or, nous sommes au 21e siècle et malgré l’application à La Réunion de toutes les lois sociales, nous sommes face à un mur. Nous devrons le faire tomber, mais pour cela, le Parti communiste réunionnais devra être plus solide que jamais. C’est pour cette raison qu’en phase avec ses propositions de rupture, le Parti communiste réunionnais engage la refondation de son organisation sur ses valeurs.

La refondation du PCR

Plus que jamais, la solidarité, le respect de la parole donnée et la discipline doivent guider l’action. Le renforcement du parti est en effet une condition nécessaire pour favoriser l’engagement des Réunionnais vers cette étape nouvelle. Le peuple doit en effet savoir qu’il peut s’appuyer sur son parti communiste. Car la tâche est immense, nous devons être capables d’être à la hauteur de l’engagement de nos aînés de 1946.
Tout comme ils ont réussi à inscrire La Réunion dans le 20e siècle, c’est à nous de le faire pour le 21e siècle, celui où nous serons un million sur notre petite île.
Ce projet de transformation sera le programme des candidats PCR aux législatives de juin prochain. Leur rôle sera de lutter à Paris pour donner les moyens du changement aux Réunionnais en faisant appliquer les propositions validées hier par la conférence extraordinaire, et soumises aux candidats à la présidentielle.



Zot la di

• Thérèse, La Possession : « Le PCR toujours debout »

« Cet évènement est extraordinaire, on voit que le PCR est toujours debout pour la bataille et pour les prochaines échéances électorales. Dans les interventions, on voit qu’il y a une grande force qui va redonner du dynamisme à la base, qui est toujours là. Ce dynamisme est plaisant, car c’est une nouvelle ère pour le parti. Le PCR restera toujours debout. L’union est importante, celle-ci redonnera de la vitalité au parti qui sera toujours présent ».

• Raphael Cerveau, Saint-Louis : « Pour l’avenir de notre pays »
« On est venu pour écouter la désignation des candidats. En toute âme et conscience, il faut faire les choses pour l’avenir de notre pays. On n’est pas des brebis, mais on suivra la position de la direction du parti. On est militant PCR, en tout état de cause, c’est la direction du parti qui décide, on suivra les décisions de la direction du parti. À Saint-Louis, on suivra la feuille de route du parti ».

• Claris, Sainte-Suzanne :
« C’est notre 20 décembre »

« On a participé à l’élection de Maurice Gironcel, on a tenu à apporter notre soutien, car nous joueurs de Maloya, on n’a pas fait le 20 décembre, mais avec cette élection et cet évènement, on a eu notre 20 décembre. Nous nous sommes sentis obligés de soutenir le PCR, car c’est lui qui a permis l’inscription du Maloya à l’UNESCO, le parti a toujours défendu les travailleurs, le Maloya et le Zarboutan. Comme nos ancêtres, il faut batailler pour nos enfants qui n’ont pas de travail ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Depuis plus de deux générations, le PCR a acquis une authentique dimension historique. Cette formation a souvent contribué, d’une manière décisive, au débat politique et, à ce sujet, les références au passé ne sont pas inutiles.

    La Réunion est en proie à une crise économique, sociale et surtout morale. Par delà les débats politiciens, le pays est en quête de repères dans tous les domaines.

    La "refondation" d’une formation politique aussi ancienne que le PCR implique que ce parti puisse s’affirmer comme une force de réflexion, de proposition, puis d’action et de rénovation.

    A tous égards, les prochaines batailles électorales seront décisives.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com