Actualités

À quoi joue RFO ?

Un enchaînement de faits révélateur d’un service public partisan

Céline Tabou / 23 avril 2010

Ce mercredi, les faits divers n’étaient pas à la "une" du journal télévisé de RFO. Priorité à la séance plénière de la Région avec Didier Robert sur le plateau. Et contrairement à la veille où un sujet consacré au PCR n’a pas été diffusé pour une raison inexpliquée, aucun problème technique n’est venu émailler ce grand moment de propagande où RFO a renoué avec ses vieux démons. Les fantômes de l’ORTF et de FR3 sont-ils de retour au Barachois ?

Chacun a pu constater pendant les douze années de présidence de Paul Vergès, ce dernier n’a jamais été invité sur le plateau de RFO-Télé à l’issue d’une assemblée plénière de la Région. Mercredi soir, le journal télé de RFO s’est ouvert sur la première séance plénière présidée par Didier Robert, et durant 20 minutes, ce dernier a pu ensuite s’exprimer sur ses décisions, et notamment l’abandon par la collectivité de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise.
C’est un changement radical avec la mandature précédente. Il n’était pas rare en effet qu’une séance plénière ne donne lieu qu’à un résumé de trente secondes commenté par une voix off sans que la majorité Alliance ne puisse exprimer son point de vue.
Il est d’ailleurs facile de constater qu’au cours de ces dernières années, le service public n’a à aucun moment fait son travail d’information sur la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise. Ce sujet était traité sous l’angle polémique, ce qui, de la part d’un service public au service justement de la population interpelle. Mais le malaise est beaucoup plus profond.

La censure et la manipulation

Lundi 19 avril, Élie Hoarau, secrétaire général du Parti communiste réunionnais, tenait une conférence de presse sur l’urgence sociale et économique que connaît La Réunion, depuis l’annonce de la suppression des chantiers par le nouveau président de la Région. À cette occasion, les médias étaient tous invités, RFO y compris.
Le journal du soir a commencé à diffuser le sujet, mais il y a eu un problème technique qui a entraîné l’arrêt de la diffusion après les premières images. Tout le monde s’attendait à voir donc ce reportage en fin de journal ou le lendemain. Mais rien n’est passsé. Et ni la présentatrice du journal télé, ni RFO n’ont donné d’explication, et les Réunionnais n’ont pu entendre les propos de la direction du PCR.
Toutefois, le lendemain matin, RFO Radio a diffusé un reportage sur cette conférence du Parti communiste réunionnais. Mais, l’angle choisi a pris des libertés avec la réalité. En effet, le sujet est une suite d’annonces indiquant que le PCR rencontrerait actuellement des problèmes internes, et qu’il menerait un combat contre le Parti Socialiste, tout en mettant en cause plusieurs personnes.
À aucun moment de la conférence de presse du PCR, Élie Haorau n’a fait mention des faits cités dans ce reportage. Le secrétaire général a centré le débat autour du "sursaut réunionnais" face à l’aggravation de la situation sociale et économique à La Réunion.

L’atteinte à la mémoire collective

Mais ce n’est pas tout. Quand Didier Robert supprime des pages entières du site Internet de la Région, effaçant douze années d’histoire de la Réunion, la chaîne publique, RFO, garante d’objectivité et de neutralité, n’émet aucune protestation. Le service public prend-il Didier Robert comme référence à un point tel qu’il nie l’Histoire en traitant de la sorte la conférence de presse du PCR ?
Car si en France, un élu aurait supprimé tout ce qui peut rappeler l’histoire, des journalistes, intellectuels et citoyens auraient crié au scandale et appelé à la démission de l’élu. Mais ici non, sommes-nous encore en colonie ?
À RFO, il semble normal d’effacer douze ans d’histoire de La Réunion, que ce soit les actions menées que les évènements relatant le 19 mars 1946, ou encore les relations sino-réunionnaises, tout est effacé.
Comme l’a indiqué Aline Murin Hoarau, lors de l’Assemblée plénière de mercredi, "L’époque de Perreau-Pradier est révolue. Ne mettons plus à la poubelle la mémoire des esclaves et des engagés". À cette époque, le service public d’information n’était qu’un outil pour faire la promotion du pouvoir. Il tenait un discours partial pour le parti au pouvoir, et donnait des informations biaisées, voire mensongères pour couvrir toutes les attaques contre la démocratie. 50 ans après, retour aux vielles méthodes ?

Céline Tabou



Un message, un commentaire ?



Messages






  • il faut que RFO reste neutre, et ce n’est pas le cas ! combien de fois avons nous vu Paul Vergés passer aux infos avant les élections ? Alors que didier robert y était presque tous les jours ! cela est inadmissible ! RFO n’appartient pas qu’a l’UMP ! mais à l ’emsemble du peuple d’outre-mer ! alors que la majorité des réunionnais sont à gauche, nous avons droit à une avalanche d’invitation des membres de l’ump ! il faudra tot ou tard faire une immense manistation de protestation devant les locaux de rfo, car rester sans rien faire n’arrangera pas les choses ! il faut faire quelques choses pour obliger les médias télévisés de la réunion pour qu’ils respectent la pluralité !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com