Actualités

À trois jours de la désignation de celui qui le battra dans 6 mois, Sarkozy panique

Le rassemblement autour des forces du changement s’élargit

Manuel Marchal / 13 octobre 2011

Après Manuel Valls et Jean-Michel Baylet, c’est au tour de Ségolène Royal d’apporter son soutien à François Hollande, et cela à quelques heures du débat télévisé entre le candidat arrivé en tête dimanche dernier et Martine Aubry. De son côté, le président de la République tente de reprendre la main sur son parti en attaquant les Primaires citoyennes. À six mois de la présidentielle, Sarkozy panique. Depuis 2007, l’UMP a perdu toutes les élections.

En France comme à La Réunion, les élections qui se sont succédé ont été une collection d’échecs de l’UMP. Depuis 2007, l’UMP a perdu aux municipales, aux cantonales, aux régionales, aux cantonales, puis aux sénatoriales. Ce résultat n’est pas étonnant, il est la conséquence des choix politiques de l’UMP depuis 2007. La présence fréquente du chef de l’État sur les écrans de télévision n’a pas permis à son parti de redresser la barre.
C’est dans ce contexte que se déroulent les Primaires citoyennes. Il s’agit d’un vote ouvert à tous les citoyens pour désigner qui sera le candidat qui devra battre Sarkozy dans six mois. C’est une première dans la vie politique dans la République, car jusqu’alors le choix du candidat à la présidentielle était interne aux partis politiques.
Ces primaires s’avèrent un succès qui dépasse les prévisions de leurs organisateurs. En effet, au lieu de susciter des divisions du côté des forces du changement, elles accentuent le rassemblement autour d’elles.
Ce phénomène n’est pas sans ébranler l’UMP. Le soir du premier tour des Primaires, le secrétaire général de l’UMP a tenté de s’opposer à cette dynamique. Jean-François Copé avait déclaré ironiquement qu’« il y avait 3 millions de Français à la braderie de Lille ». Mais depuis dimanche, des responsables de l’UMP sont de plus en plus nombreux à demander l’organisation de Primaires pour désigner leur candidat à la présidentielle de 2017. Ils rejoignent ainsi le point de vue exprimé le 5 octobre dernier, par François Fillon, Premier ministre, qui avait même été jusqu’à déclarer que c’est « un processus moderne qui convient à droite comme à gauche, pour toutes les grandes élections ».

Le chef de l’UMP panique

Mardi, Nicolas Sarkozy est donc entré dans cette bataille pour attaquer les primaires. Il a affirmé que l’élection présidentielle est un scrutin à deux tours, et non pas à quatre tours. Cette virulente sortie s’est faite sur le mode du chef de parti, pas du président de la République. Car en quoi l’intérêt suscité par les Primaires citoyennes peut-il provoquer une prise de position d’un chef d’État ? Par contre, cet intérêt ne peut qu’inquiéter le chef d’un parti opposé à celui qui organise les Primaires citoyennes. C’est bien l’habit du chef de l’UMP qu’a revêtu Nicolas Sarkozy pour tenter de freiner la dynamique qui se déploie partout.
Dans six mois, c’est la présidentielle. Et cette fois-ci, le chef de l’État ne pourra pas envoyer son parti en avant pour essuyer les plâtres. Si Nicolas Sarkozy veut être réélu, il devra bien évidemment s’impliquer personnellement dans la campagne électorale. Et s’il est battu, ce sera d’abord un échec personnel, car il n’eut de cesse depuis quatre ans de se montrer dans les médias, bien plus souvent comme chef de parti que comme chef de l’État.
Cette déclaration sur les Primaires est donc bien un geste de panique face à une défaite qui se rapproche.

Dans trois jours, le signal

Le résultat du premier tour des Primaires a montré un engouement, et donc un rejet de la politique de l’UMP. L’entre-deux tours a exprimé la dynamique du rassemblement au sein des forces du changement, car à l’heure où nous mettons sous presse, tous les candidats battus du premier tour sauf un ont décidé de soutenir celui qui est arrivé en tête dimanche dernier.
Cela signifie que dimanche prochain, c’est un candidat doté d’une légitimité sans précédent qui sera en face de Nicolas Sarkozy, prêt à le faire dégager de l’Élysée dans six mois. Sur ce plan, l’UMP a déjà perdu la bataille.
À La Réunion, 20 communes sur 24 ont déjà donné à François Hollande une grande avance. Dimanche prochain, à nous Réunionnais de donner le signal du changement en amplifiant encore davantage le rassemblement autour de celui qui aura la responsabilité de faire gagner les forces du changement dans six mois.

M.M.


Dans trois jours le vote

La dynamique du rassemblement autour de François Hollande

Après Manuel Valls et Jean-François Baylet, Ségolène Royal appelle à soutenir François Hollande dimanche. À La Réunion, Ségolène Royal était arrivée en troisième position, avec 12,5%. Il reste trois jours pour amplifier cette dynamique en faisant triompher partout celui qui a décidé de prendre position sur les propositions du PCR.

C’est hier qu’avait lieu le débat télévisé entre les deux candidats encore en lice pour le second tour des Primaires citoyennes. Pour François Hollande et Martine Aubry, les dynamiques de l’entre-deux tours sont différentes.
François Hollande est arrivé en tête du premier tour avec 39% des voix, huit points devant Martine Aubry. Peu après ce premier tour, il a reçu les soutiens de Manuel Valls et de Jean-Michel Baylet. Hier, à quelques heures du débat télévisé, c’est Ségolène Royal qui lui a donné son soutien.
Parmi les battus du premier tour, seul Arnaud Montebourg n’a pas donné sa position. Il a décidé de prendre position en utilisant un mode de décision qui est celui du PCR à chaque élection présidentielle : formuler ces propositions par écrit, les adresser aux candidats et publier leurs réponses.
Arnaud Montebourg a indiqué que sa décision sera prise après le débat télévisé. Autrement dit, à l’heure où nous mettons sous presse, Martine Aubry n’a pas reçu de soutiens supplémentaires.
Au soir du premier tour, François Hollande était en tête dans 20 communes sur 24. Dimanche prochain, le rassemblement doit permettre un plus grand succès encore, afin de donner la plus large victoire possible au candidat qui a décidé de s’engager par écrit avec le PCR.


Ségolène Royal : « Venez voter massivement dimanche prochain » pour François Hollande

Voici un extrait de la déclaration publiée hier par Ségolène Royal :

« J’ai depuis toujours mis mon action politique au service de l’intérêt général, de la justice sociale et de l’amélioration de la vie quotidienne des hommes et des femmes qui attendent une vie meilleure, pour eux et pour leurs enfants.

C’est animée de cette hauteur de vue que j’apporte aujourd’hui tout mon soutien à François Hollande pour trois raisons :

1/ Il est arrivé en tête du premier tour, et il est légitime d’amplifier cette avance donnée par les électeurs.

2/ Les solutions neuves que je défends seront prises en compte dans le programme du candidat comme l’a dit François Hollande hier soir : la réforme bancaire, que je défends depuis 2008 et sur laquelle aujourd’hui tous les socialistes sont rassemblés ; la lutte contre les licenciements boursiers ; la moralisation politique avec le non-cumul des mandats adopté sans délai ; la mutation écologique de l’économie.

3/ Nous devons donner un élan à notre candidat avec une nette avance qui ne laissera aucune prise à la droite.

C’est pourquoi je lance un appel à toutes celles et ceux qui veulent, dans la justice et l’efficacité, le changement d’un système à bout de souffle où la loi de l’argent décide de tout.
Venez voter massivement dimanche prochain pour donner force et légitimité à notre candidat François Hollande ».


Kanalreunion.com