Actualités

Accord PCR-PS : « Offrir une autre politique aux Réunionnais »

Élections cantonales

Geoffroy Géraud-Legros / 7 février 2011

L’heure est grave : ces mots pourraient résumer le constat partagé par les dirigeants de la fédération réunionnaise du Parti socialiste et du Parti communiste réunionnais. Une prise de conscience mutuelle qui a conduit les deux formations à conclure un protocole de bonne conduite et de désistement actif dans la perspective des élections cantonales. Objectif : mettre le Conseil général à l’abri des représentants de Nicolas Sarkozy à La Réunion.

Monique Orphé, Jean-Claude Fruteau, Patrick Lebreton et Gilbert Annette pour le PS, Élie Hoarau, Jean-Yves Langenier, Yolande Pausé et Maurice Gironcel pour le PCR : les représentants des deux grands partis de progrès présents à La Réunion ont donné hier une conférence de presse conjointe. Celle-ci s’est conclue par la signature d’un protocole d’accord relatif aux élections cantonales.

Battre les représentants de Sarkozy

« C’est la volonté d’agir ensemble qui nous a poussés à nous mettre d’accord », déclare d’emblée Élie Hoarau, secrétaire général du PCR, qui rappelle « l’aggravation sans précédent » de la condition de l’immense majorité des Réunionnais « tant au plan économique que social », à laquelle s’ajoute "la ruine de la politique de développement durable". Au premier rang des responsables de cette dégradation, « la politique menée par Nicolas Sarkozy », menée à La Réunion par des représentants « avérés ou plus discrets » de ce dernier. Des pions du gouvernement UMP qui « sous leurs appellations diverses », relaient activement la politique de casse sociale dictée par l’Élysée.
Gilbert Annette, premier secrétaire de la fédération réunionnaise du Parti socialiste, a appelé à son tour à « l’union ». « Nous avons tiré les leçons de l’échec aux régionales », a-t-il ajouté, affirmant que « reconduire la majorité sortante » garantira un « bouclier social » pour protéger les Réunionnais. Une « union des forces de progrès pour construire une politique de progrès » dont les grands axes communs ont été énoncés par Monique Orphé, qui a donné lecture publique du protocole. La majorité reconduite et confortée à la tête de l’institution qui a la charge du social qui ambitionne, selon les termes d’Élie Hoarau, d’« offrir une autre politique aux Réunionnais ».

Geoffroy Géraud-Legros


Les engagements souscrits par les deux organisations

« La présentation, par le PCR et le PS, de candidats aux élections cantonales doit s’inscrire dans une dynamique de rassemblement le plus large des Réunionnais attachés aux valeurs d’égalité et de solidarité. Elle doit traduire une volonté commune de mettre en échec les candidats soutenus par l’UMP, Objectif Réunion, “La Réunion en confiance”, le Nouveau Centre, l’AMPR ou leurs autres alliés.

Afin d’assurer la réalisation de cet objectif, nos 2 organisations conviennent des engagements suivants dans le cadre du scrutin des cantonales

- S’agissant du 1er tour :

L’expression propre du PCR et du PS au 1er tour ne doit en aucun cas faire obstacle à la stratégie d’union et de rassemblement. Ainsi, dans tous les cantons où le PCR et le PS présentent ou soutiennent chacun des candidats distincts, ceux-ci s’engagent sur un code de « bonne conduite » excluant toute attaque réciproque à caractère personnel de nature à porter atteinte aux conditions de leur union au 2ème tour. La déclinaison de cette démarche pourra être précisée sous forme d’échanges par écrits ou mails entre nos deux organisations.

Dans cet esprit, les candidats du PCR et du PS doivent clairement orienter leur campagne contre leurs adversaires principaux que sont les candidats soutenus par l’UMP, Objectif Réunion, “La Réunion en confiance”, le Nouveau Centre, l’AMPR et leurs autres alliés.


- S’agissant du 2nd tour :

Nos 2 organisations conviennent de l’application du principe du “désistement républicain” en faveur du candidat le mieux placé. Tout doit être mis en œuvre pour un désistement républicain actif afin de garantir la dynamique d’union et de rassemblement.

Ainsi, dans chaque canton, seul le candidat présenté ou soutenu par le PCR ou le PS ayant fait le plus de voix au 1er tour est maintenu en lice pour le 2nd tour et bénéfice du soutien actif du PCR et du PS. Le candidat étant arrivé en 2nde position parmi les candidats présentés ou soutenus par le PCR et le PS doit se retirer sans condition et appeler à voter pour celui restant en lice.

Le PCR et le PS s’engagent à l’application de ces principes et à leur mise en œuvre par leurs candidats aux élections cantonales de mars prochain ».


Kanalreunion.com