Actualités

Agir en acteur solidaire : un des leitmotiv de la toute jeune section communiste !

Trois-Bassins en action

Témoignages.re / 25 janvier 2010

Une des résolutions émanant des orientations du 6ème congrès du PCR c’est « d’agir pour les plus pauvres et d’être des militants infatigables de l’union des Réunionnais pour le développement de La Réunion ». Coup de projecteur sur la mise en œuvre de cette résolution à Trois-Bassins avec la section communiste.

Au cœur de ces projets, la section communiste de Trois-Bassins a décidé d’inscrire l’abolition de la pauvreté comme priorité. Mais Simone Yee Chong Chi Kan, responsable de la section, considère que l’abolition de la pauvreté doit passer par la réflexion commune de moyens de vaincre la crise qui nous assaille.
Crise alimentaire, crise financière, dérèglements climatiques... Le modèle dans lequel nous vivons est à bout de souffle. Dans ce contexte, la solidarité ne se décrète pas, elle s’impose comme une nécessité.
La solidarité n’est pas un vain mot pour les militants(es). Preuve en est, l’action solidaire des militants(es) le 31 décembre 2009 à Trois-Bassins.
« Carmen, fait partie des employés de l’ARAST. Mais son cas est encore plus sordide car sa mère décède entre temps. Donc, elle se retrouve sans moyens de vivre. Elle frappe à toutes les portes, en vain. Pire, les démarches administratives sont encore plus contraignantes pour elle, balancée d’institutions en institutions... ». Les membres du bureau de la section communiste se sont rapidement mobilisés afin de permettre à Carmen de passer dignement les fêtes de fin d’année.

La solidarité est ici double a rappelé Simone Yee Chong Tchi-Kan, responsable de la section, car devant cette générosité, ceux et celles qui ont contribué à cette opération font eux — mêmes partie des 52% vivant au dessous du seuil de pauvreté.
Devant le problème immense de la pauvreté, qui frappe 52% de la population réunionnaise, les militants(es) de la section disent : OUI, il faut agir en urgence. Et cela concerne d’abord à réviser notre comportement d’achat, notre manière de vivre…

L’autosuffisance alimentaire

Les temps sont durs que faisons–nous ? Ne devrait-il pas nous dicter une conduite plus raisonnable ? Pour la section communiste de Trois-Bassins, il apparaît que pour sortir de la crise, chacun devra prendre des initiatives. Une idée qui entre dans le cadre du thème de la responsabilité que prône les militants(es) : chacun, quelque soit son rôle, peut favoriser, par un petit geste, le changement pour atténuer l’impact de la crise qui est là et sans doute pour un bon moment ! Et dans tous les discours ! La poussée inflationniste qui a atteint ces dernières années les prix.


• Faire baisser les prix
En effet, l’acte d’achat, acheter, engage la responsabilité de chacun d’entre nous et doit inviter à des comportements respectueux du produit mais aussi de ses conditions de production et de distribution.
Actuellement, 70% de nos importations viennent de France, seulement 1% provient de notre voisinage. Comment imaginer que les prix peuvent être plus bas qu’en France ?
Et bien, l’Afrique du Sud produit des marchandises d’aussi bonnes qualités qu’en Europe et les prix sont très intéressants. D’autres peuvent provenir de l’Inde ou de la Chine.

• Être autosuffisant en cultivant son jardin
Qu’on le veuille ou non, nous vivons tous en interdépendance dans un système de plus en plus mondialisé. On n’est jamais à l’abri d’une modification brusque de l’évolution du monde (changement climatique, situation géo-politique, ressources énergétiques, crises économiques ou sanitaires). Cultiver son jardin comme le faisait nos ancêtres pourrait avoir un léger avantage.
Trois-Bassins est avant tout rural. L’idée maîtresse de la section communiste est que les familles, disposant d’un petit carré de cour, puissent s’autoalimenter en cultivant des épices et des légumes. Il y a encore quelques années, chaque maison était entourée de parterres de fleurs et dans ces parterres poussaient tous les épices nécessaires pour la cuisine. Aujourd’hui, le béton a pris la place.
Il est apparu important à la section communiste de Trois-Bassins de proposer à la population d’améliorer le quotidien par la mise en place de petits jardins potagers en utilisant le moindre recoin autour de la maison. Ce qui permettrait de produire une partie non négligeable de son alimentation. Il est possible de faire plusieurs dizaines d’euros d’économie pour une famille de 4 personnes sans compter le plaisir de cultiver son potager.
La sensibilisation commence à prendre forme et des exemples sont visibles chez des adhérents.
D’ailleurs, le 31 décembre 2009, les membres de la section ont planté des épices au milieu des fleurs chez Carmen. Une économie de quelques dizaines d’euros sur sa fin de mois. Isabelle Zanotto qui cultive ses propres légumes en avait fait don de son surplus de plants.
• Faire du sport, c’est bon pour la santé
« Au-delà de l’économie, jardiner est aussi bénéfique pour la santé car les gens bougent. Nous menons de plus en plus une vie sédentaire. Le jardinage serait une forme d’exercice doux reconnue pour prévenir bon nombre de maladies dues à la sédentarisation (risques cardiovasculaires, ostéoporose ou encore diabète)… Accessible à tous, même à ceux qui sont les moins aptes au sport, cette activité peut être ludique, déstressante et créative.
C’est pourquoi, les militants ont décidé de fédérer les personnes âgées autour d’activités de jardinage ».

• Qu’en 2010 la mobilisation continue
À la section communiste de Trois-Bassins, l’animation tient aussi une place importante. Aussi, le 10 janvier 2010, les adhérents et invités se sont retrouvés autour d’un pot convivial et fraternel. Jeunes et vieux se sont essayés des pas de danse — des jeunes qui ont animés avec brio ce moment — la solidarité a été plus que jamais à l’honneur car les adhérents ont tous participer à leur manière en apportant gâteaux et boissons.


« Grâce à vous, aujourd’hui, nous approchons la centaine d’adhérents »

Simone Yee Chong Tchi Kan, responsable de la section, a tenu à rappeler :
« Nous étions ici-même, il y à 1 mois et 6 jours. Certains d’entre vous s’en rappelent sûrement. Ce jour-là, nous avons, ensemble, lancé la section communiste de Trois-Bassins. Et, grâce à vous, aujourd’hui, nous approchons la centaine d’adhérents. Faut-il remercier quelqu’un, en particulier ? Non ! Alors, un grand bravo, à nous tous !
Que le travail continue, pour faire de notre section un modèle de dynamisme, d’entente, de solidarité et de partage ».
En ce début de nouvel an, les Réunionnais ont l’habitude d’échanger des voeux. « Qu’est ce que je peux vous souhaiter ? », dira Simone,
« Une bonne année ? Une bonne santé ? Beaucoup de bonheur ? De l’amour, de la joiee..? Vous l’avez entendu mille fois... Si tout cela se réalise, vous serez les plus fiers... et, moi, je n’aurai plus rien à faire ici ! ».
Mais, hélas, vous savez que ce sont-là que des voeux. Mais, si nous ne voulons pas que cela reste à l’état de voeux pieux, c’est-à-dire sans lendemain, alors, il faut prendre notre courage à deux mains pour lutter, pour changer un ordre social absurde. Oui, il appartient à nous d’agir pour changer, indiqua la responsable de la section.
« La moitié de notre population vit avec moins de 700 euros par mois. Ici, même, nous rencontrons beaucoup de gens qui ont moins de 300 euros. Nous rencontrons des jeunes qui n’ont rien. Plus de 15 ans d’études et rien au bout », a-t-elle dit, « qui peut croire qu’avec ça nous pouvons passer une année de bonheur, de santé, de joie et de prospérité ? Une société qui abandonne ses jeunes et ses vieux est une société condamnée au déclin et à la disparition ».
« Nous au PCR, nous voulons sauver notre société, la société réunionnaise. Nous voulons sauver et réhabiliter le patrimoine de nos anciens ; en même temps, nous voulons nous ouvrir aux valeurs modernes de la société mondiale. Nous voulons que chaque réunionnais soit fier de sa place dans la société, qu’il soit fier de participer à l’unité de notre société. Personne ne fera ce travail à notre place, nous, Réunionnais ».
« 2010 doit être placée sur le signe de la préparation de notre avenir, un avenir maîtrisé par nous mêmes. Il nous faut du courage et de l’audace. Elle souhaite à chacun sa dose, et à tous, une volonté de construire ensemble le développement durable de la Réunion. Faisons table rase du passé et tendons notre main à tous ceux et celles qui veulent bâtir la Réunion de demain », a insisté Simone Yee Chong Tchi-Kan.


Kanalreunion.com