Actualités

Air Austral : Didier Robert va-t-il persister dans son coup de force ?

Pris en flagrant d’autoritarisme

Témoignages.re / 13 janvier 2012

Dans un communiqué de presse publié dans la précipitation hier soir, la Région tente de jeter la confusion. Didier Robert, président de la SEMATRA, s’arroge le droit de parler sans consulter le Conseil général, actionnaire de 30% de la SEMATRA. Il est pris en flagrant délit d’autoritarisme, va-t-il persister dans son coup de force ?

Le 2 décembre dernier, Didier Robert avait fait reporter l’assemblée générale devant acter une augmentation de capital de la compagnie prétextant n’avoir pas eu le temps de réunir la SEMATRA pour discuter de la question. Le 14 décembre, "le Quotidien" annonçait au lendemain d’une réunion de la SEMATRA, les jours de Paul Vergès à la présidence d’Air Austral sont comptés.
Le 26 décembre, Paul Vergès reçoit une convocation pour une assemblée générale ordinaire prévue le 13 janvier avec un seul point à l’ordre du jour : le remplacement du Conseil de surveillance. Cette AG est précédée le même jour par une assemblée générale extraordinaire devant enfin acter l’augmentation de capital. Manifestement, Didier Robert profite de cette demande de la compagnie pour y prendre le pouvoir. Le démolisseur du tram-train et de la rocade du Tampon veut Air Austral.
Hier, dans un courrier adressé à Didier Robert, président de la SEMATRA, Nassimah Dindar demande le report de l’assemblée relative au renouvellement du Conseil de surveillance. La présidente du Conseil général, institution actionnaire de 30% de la SEMATRA, indique qu’à aucun moment la collectivité n’a été consultée. Par contre, le Conseil général soutient la tenue de l’assemblée générale extraordinaire qui doit voter l’augmentation de capital de la compagnie.
Hier soir, dans un communiqué manifestement rédigé dans la précipitation, Didier Robert tente de jeter la confusion.
Les faits sont pourtant là. Le 13 décembre, lors du Conseil d’administration de la SEMATRA, il n’y a pas eu de résolution demandant la recomposition du Conseil de surveillance. Cette résolution a été votée le 23 décembre sans la présence du Conseil général, qui détient 30% du capital.
Didier Robert va-t-il persister dans son coup de force et remettre en cause les principes qui ont fait d’Air Austral un fleuron qui fait la fierté des Réunionnais ?

Le Conseil général rappelle que la concertation préalable est nécessaire

Voici le communiqué diffusé hier par le Conseil général au sujet de sa demande de report de l’assemblée générale ordinaire des actionnaires d’Air Austral.

« Suite aux demandes écrites formulées auprès du président de la SEMATRA et du président du directoire d’Air Austral visant à reporter l’Assemblée générale ordinaire prévue ce vendredi 13 janvier 2012, la Présidente du Conseil Général, représentante permanente de la SEMATRA au sein du Conseil de Surveillance d’Air Austral, tient à apporter les éléments suivants en réponse aux sollicitations de la presse sur cette question.

La priorité : préserver la compagnie

Le Conseil Général est membre fondateur de la SEMATRA, actionnaire principal d’Air Austral, la priorité est avant tout d’accompagner dans les meilleures conditions Air Austral qui connait actuellement des difficultés financières pour sauvegarder et consolider le seul outil réunionnais de désenclavement et éviter des pertes d’emplois. Le Conseil général est donc favorable aux décisions visant à apporter une contribution à la SEMATRA pour la recapitalisation d’Air Austral et ceci malgré une situation budgétaire tendue pour la collectivité (pression sociale et charges croissantes). C’est pourquoi nous avons indiqué la nécessité de maintenir l’assemblée générale extraordinaire qui est prévue ce vendredi compte tenu de l’urgence des points inscrits à l’ordre du jour relatif aux modalités financières de l’accompagnement à apporter à Air Austral.

Au rapport de force, choisir le dialogue

L’évolution de la gouvernance de la compagnie en cohérence avec l’actionnariat a déjà été actée, mais elle doit se faire dans le respect de tous les actionnaires quelque soit leur importance dans le capital. Elle doit se faire à tout prix dans le consensus le plus large et la cohésion au sein des instances de la compagnie et de la SEMATRA.

C’est bien en ce sens que la présidente du Conseil géneral a écrit hier au président de la SEMATRA et au Président du directoire d’Air Austral pour demander une concertation préalable en interne à la SEMATRA nécessaire avant toute décision qui engage l’avenir de la compagnie (d’où la demande de report de l’Assemblée Générale Ordinaire). Il s’agit de sortir des questions de personne et de position pour privilégier une véritable vision stratégique claire et partagée de façon unanime, y compris par les salariés.

L’heure n’est pas à l’exclusion mais bien au rassemblement et à l’ouverture pour un front uni autour d’une seule priorité : la préservation des intérêts d’Air Austral. Si cette ligne est respectée nous trouverons tous ensemble les capacités de dialogue et de règlement des difficultés actuelles.

Pour l’heure nous restons en attente de la réponse du Président de la SEMATRA et du Président du directoire d’Air Austral sur nos demandes ».

Le Conseil général demande le report de l’assemblée générale

« De retour à La Réunion je prends connaissance de l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale ordinaire d’Air Austral qui se réunira le vendredi 13 janvier 2012 sur le point relatif à la "recomposition du Conseil de surveillance dans son ensemble par révocation et nomination de nouveaux membres du conseil de surveillance" », écrit Nassiman Dindar dans un courrier adressé ce mercredi à Gérard Éthève et à Didier Robert.
La présidente du Département a envoyé copie de ce courrier à tous les membres du conseil de surveillance de la compagnie aérienne et de la SEMATRA (un conglomérat d’actionnaires composé de la Région (50% des parts), du Département (30% des parts) et d’autres institutions, dont la chambre de commerce et d’industrie. Le reste des actions de l’entreprise, 53,41% au total, est détenu par des actionnaires privés).
« Lors du conseil d’administration du 13 décembre dernier, nous avions alors acté le principe d’une évolution de la gouvernance d’Air Austral en cohérence avec son actionnariat », écrit Nassimah Dindar à Didier Robert et à Gérard Éthève. « Cependant je dois vous informer que le Conseil général (actionnaire à hauteur de 30% au sein de la SEMATRA) et sa présidente, également représentante permanente de la SEMATRA au sein du conseil de surveillance d’Air Austral, n’ont jamais été consultés tant sur les conditions d’une recomposition du conseil de surveillance par révocation de l’ensemble de ses membres, que sur la nouvelle configuration de ce conseil et la place des représentants du Conseil général en son sein » ajoute, pour le regretter, la présidente de la collectivité départementale.

Nassimah Dindar se fait ensuite très ferme pour dire : « nous nous interrogeons donc sur l’origine et les raisons qui vous ont motivé à convoquer cette prochaine assemblée générale sur un tel ordre du jour, dont l’importance des décisions nécessite un délai raisonnable compatible avec une concertation préalable indispensable ». Elle poursuit tout aussi sèchement : « vous comprendrez que nous ne pouvons, par conséquent, accepter ce fait accompli ».
La colère de la présidente de la collectivité départementale est d’autant plus vive que la convocation pour le conseil d’administration du 23 décembre 2012 a placé le Conseil général « dans l’impossibilité de participer à cette réunion lors de laquelle le président de la SEMATRA (Didier Robert–NDLR) avait présenté le texte de la résolution qui stipule qu’à l’unanimité de ses membres, le conseil d’administration fait part de la "nécessité de recomposer le conseil de surveillance" ». Une "unanimité" dans laquelle le Département ne se reconnaît pas puisque, écrit Nassimah Dindar, « le Conseil général, actionnaire de la SEMATRA n’ayant pas été consulté sur ce sujet et sur ses enjeux autour de la gouvernance d’Air Austral ».
C’est sur un ton toujours très ferme que la présidente du Département achève : « Compte tenu de ces différentes interrogations et dans le respect du débat qui doit prévaloir préalablement au sein des instances de la SEMATRA, je vous demande de bien vouloir reporter la séance de l’assemblée générale ordinaire de ce vendredi 13 janvier 2012 afin de créer les conditions d’une nécessaire concertation au sein de la SEMATRA ».

Mahdia Benhamla pour www.ipreunion.com


Kanalreunion.com